Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 01. Conversation -- 5 Miracles of Christ

This page in: -- Arabic? -- Chinese -- English -- FRENCH -- German? -- Hausa -- Indonesian -- Russian

Previous booklet -- Next booklet

01. Dialogue avec Les Musulmans à Propos de Christ

5 - Les Dix Miracles de Christ dans Le Coran



5.01 -- Les Dix Miracles de Christ dans Le Coran

D’après ce que le Coran dit au sujet de Christ

5.02 -- Les miracles de Christ qui prouvent sa mission divine

Muhammad voulait gagner les chrétiens de la péninsule arabique à l’Islam. Ainsi il leur a témoigné de ce qu’il avait entendu de Jésus de la part des esclaves chrétiens, des délégations des églises du Nord Yémen, des voyageurs venant de l’Ethiopie et des amis hanif devenus chrétiens. Muhammad était impressionné par le Fils de Marie et ses miracles. Il a réalisé que ses miracles allaient au-delà des puissances de l’homme et il les a donc considérés comme étant des évidences (bayyinaat) de son autorité divine (Sourate al-Baqara 2:87, 253; al-Mâ’ida 5:110; al-Zukhruf 43:63; al-Saff 61:6).

Muhammad mentionne neuf (9) miracles que Moïse a fait en Egypte, qu’il appelle aussi les évidences (Sourate al-Baqara 2:54-60; al-Isrâ’ 17:101). Mais les miracles de Moïse étaient des séries de punitions infligées par Dieu sur l’Egypte pour relâcher les enfants de Jacob pris en esclavage. Cependant, les miracles de Jésus dans le Coran, apparaissent positivement comme des bénédictions de la part de Dieu pour amener les enfants d’Israël à faire confiance et à obéir à ‘Isa.

Muhammad était un malheureux, en ce sens que lui-même n’avait pas de quoi être capable d’accomplir soit des miracles positifs ou négatifs. Il ne pouvait pas comprendre pourquoi la plupart des Juifs étaient durs de cœur au point de ne pas céder sur les évidences éminentes du Fils de Marie, mais l’ont plutôt rejeté et haïs.

5.03 -- Les évidences de Christ (bayyinaat)

● Dans la Sourate al-Baqara nous lisons que `ISA ne pouvait pas accomplir ses miracles sans l’aide de l’Esprit de Celui qui est Saint (Sourate al-Baqara 2:87). Muhammad a imaginé que Allah a envoyé Djibril (Gabriel) pour fortifier le Fils de Marie afin qu’il puisse accomplir ses grands miracles. Muhammad a revendiqué par cette déclaration que Christ était incapable d’accomplir un miracle de lui-même. Pour les accomplir, il avait besoin de l’aide d’un messager de la part d’Allah, qu’il a appelé l’Esprit de Celui qui est saint.

Ce titre est souvent traduit à tord comme „Le Saint-Esprit.“ Dans le Coran Allah lui-même est „Celui qui est Saint“, et l’esprit est seulement son esclave. L’esprit de Celui qui est Saint n’est pas saint en lui-même et n’a pas de nature divine. Il est une création du Tout-Puissant. Cet esprit dans le Coran ne devrait pas être confondu avec le Saint-Esprit de l’Evangile, bien que Muhammad puisse avoir admis que l’Esprit de Celui qui est saint était le vrai Saint-Esprit qui fortifiait le Fils de Marie. Ainsi, Muhammad pourrait sembler avoir reconnu indirectement l’unité de la Sainte Trinité, parce que dans le Coran les trois:-Allah, Son Esprit et christ- ont ensemble accompli les miracles!

Muhammad ne pouvait pas comprendre que les Juifs rejetaient constamment les évidences des messagers d’Allah, mais les ont appelés au contraire des menteurs et en ont même tués quelques-uns (Sourate al-Baqara 2:87)!

● Dans la même Sourate (al-Baqara 2:253) Muhammad confesse qu’il y a des différences substantielles entre les messagers d’Allah. Il a préféré l’un par rapport à l’autre et l’a placé dans une position élevée. A Moïse, Il lui a parlé directement, ce qu’Il n’avait pas fait à Muhammad. Ce dernier a reçu ses soi-disante révélations à travers un esprit inconnu, qu’il a plus tard appelé Djibril. Muhammad n’a jamais vu Allah lui-même, ni ne l’a entendu! Il n’avait pas de contact personnel avec Allah.

Selon le Coran, Allah a placé le Fils de Marie dans une position plus élevée que Moïse, parce qu’il lui a accordé des évidences spéciales (bayyinaat) en le fortifiant par l’Esprit de Celui qui est Saint. Muhammad a secoué sa tête sur la bataille choquante des Juifs et des chrétiens les uns contre les autres et sur leurs divisions en dépit de ces privilèges (Sourate al-Baqara 2:253). Il a vu dans leur désaccord une prédestination sage d’Allah que l’islam comme une troisième force, pourrait émerger victorieusement sur ces deux parties combattantes. Muhammad n’avait pas réalisé que le Fils crucifié d’Allah et sa justification des pécheurs, hormis les bonnes actions, étaient la raison principale de querelle entre les Juifs et les chrétiens. Les musulmans et les juifs sont souvent plus rapprochés les uns des autres que les chrétiens et les musulmans!

● Dans la Sourate al-Mâ’ida nous lisons un des quatre discours adressés à Christ dans le Coran (Sourate al-Mâ’ida 5:110). Il disait: „Rappelle-toi ma grâce sur toi et sur ta mère quand je te fortifiais de l’Esprit de Celui qui est Saint“. Alors, il s’en suit une liste de plusieurs miracles de Christ qui culminent dans la déclaration qu’Allah retenait les enfants d’Israël de ‘Isa, afin qu’ils ne puissent pas le tuer, bien qu’il était venu vers eux avec des évidences claires (bayyinaat). Mais ils l’avaient haï et disaient: „Ceci n’est rien d’autre que de la magie.“

Dans ce verset Christ apparaît comme celui qui a été renforcé et aidé par l’Esprit de Allah. Ceci confirme que dans le Coran, le Fils de Marie ne possède pas en lui-même une nature ou une capacité divine. Cependant, Muhammad confesse tout de même les miracles inimitables de ‘Isa et les évidences de son autorité, gratifiées par Allah. Muhammad ne pouvait pas comprendre l’humilité de Christ, quand il s’est rabaissé lui-même et a donné toute honneur à son Père, disant: „Le Fils ne peut rien faire de lui-même; il ne fera que ce qu’Il voit faire au Père, parce que tout ce que fait le Père, le Fils le fait aussi“ (Jean 5:19).

● Dans la Sourate al-Zukhruf nous lisons l’explication orientale d’une évidence de Christ (Sourate al-Zukhruf 43:63): Il parlait aux Juifs avec „sagesse“ afin d’ouvrir leurs yeux à la raison à cause de leur critique et de leur désaccord mutuel. Muhammad avait probablement entendu parler de l’enseignement de Jésus dans Matthieu 7:1-28 à travers la tradition orale, et expliquait les discours de Jésus comme étant des efforts à réconcilier les partis hostiles. En cela, ‘Isa exigeait leur obéissance inconditionnelle et leur soumission totale à ses ordres.

● Selon la Sourate al-Saff, ‘Isa est venu vers les enfants d’Israël pour confirmer que la Torah n’était pas falsifiée (Sourate al-Saff 61:6). Cette explication spéciale du dessein de la venue de ‘Isa nous donne la chance de prouver aux musulmans que la Bible n’est pas modifiée, parce que, selon le Coran, la première tâche de Christ était de confirmer l’inérance de la Torah.

Cependant, le dessein ultime de la venue de ‘Isa, le but final de ses miracles, selon le Coran, est la promesse révélée par le Fils de Marie qu’après lui viendrait un messager grandement loué d’Allah. Avec cette prophétie, Muhammad voulait faire croire que sa propre venue provenait de la déclaration de ‘Isa! Depuis lors, les musulmans ont fouillé la Bible pour chercher le nom caché de Muhammad, qui signifie littéralement „celui qui est loué.» Plusieurs commentateurs musulmans affirment que Muhammad est le Parakletos promis, l’Esprit de réconfort. Afin de rendre ce mot grec convenable à Muhammad, les musulmans ont changé les voyelles de Parakletos en Periklytos, qui signifie „Celui qui est grandement honoré.“ Comme résultat les musulmans accusent les chrétiens d’avoir couvert ou falsifié la prophétie de ‘Isa au sujet de Muhammad dans l’Evangile ou bien effacé son nom de la Bible.

5.04 -- Les signes merveilleux de 'Isa et Muhammad (aayaat)'

Dans trois versets du Coran, les miracles de Jésus sont appelés signes (aayaat) de sa mission divine (Sourate Âl ‘Imrân 3:49-50; al-Mâ’ida 5:114). Le mot utilisé par Muhammad pour ceci peut-être aussi trouvé dans l’évangile de Jean pour décrire les miracles de Jésus. Par-là nous lisons: «Ceci est le premier des signes que Jésus a accomplis par lesquels il révéla sa gloire» (Jean 2:11-12). Plusieurs personnes croyaient en son nom lorsqu’ils voyaient les signes qu’il accomplissait (Jean 2:23). Quand Il a guéri de loin le fils d’un officier royal, Jean appela cette guérison un autre signe que Jésus a fait (Jean 4:54). Quand les gens ont vu le signe (de la muliplication des pains) ils disaient: «Certainement c’est le prophète qui doit venir dans le monde» (Jean 6:14).Cependant, quand Jésus voyait qu’ils accouraient vers Lui pour faire de lui leur Roi, à cause de ses miracles du pain, il se retira.

Jésus n’a pas opéré Ses signes pour que les gens puissent croire en lui, mais qu’ils puissent reconnaître son amour, son autorité et l’omnipotence de sa divinité. Jésus ne voulait pas que les gens le suivent à cause de ses miracles, mais il s’attendait à la repentance et au renouvellement de leur part. Jésus a averti les gens en leur disant: „A moins que vous ne voyiez les signes et les merveilles, vous ne croirez jamais“ (Jean 4:48). Dans les évangiles nous lisons plusieurs fois que Jésus recommandait à ceux qu’ils avaient guéris de n’en parler à personne. (Matthieu 9:30; Marc 3:12; 5:13; 7:36; Luc 5:14; 8:56; 9:21).

Quand Jésus était persécuté et menacé de mort à Jérusalem, les foules qui voulaient voir les miracles se détournèrent de Lui. Seuls les disciples, qui avaient confessé leurs péchés devant Jean-Baptiste et dont l’orgueil avait été brisé par la repentance, restèrent fidèles à Jésus. Ils voyaient sa gloire même quand Il était persécuté et mort sur la croix. Quand les Juifs avaient tenté Jésus et exigeaient de lui un signe pour prouver son autorité et sa mission, il leur a répondu: „Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai…“ (Jean 2:18-22). Et Il ajouta: „Une génération méchante et adultère demande un signe; Mais il ne lui sera donné d’autre signe que celui du prophète Jonas“ (Matthieu 12:39-40; 16:4).

Les évidences et signes que Muhammad attribua à ‘Isa dans le Coran essayent de créer exactement cette croyance que Jésus a rejeté! Alors nous ne devons pas expliquer les signes de Christ aux musulmans parce qu’ils sont des miracles, mais nous devrons pointer seulement sur sa grandeur, son amour, son humilité, sa sainteté et son autorité. Jésus-Christ Lui-même devrait être glorifié en mentionnant ses miracles. Les miracles n’ont aucune gloire en eux-mêmes. Tout miracle de guérison qui ne conduit pas à la repentance et au renouvellement a profondément fait échec à la foi en Jésus.

5.05 -- Christ a parlé étant un bébé nouveau-né

Trois fois nous trouvons qu’il est rapporté dans le Coran des propos étonnants au sujet du nouveau-né fils de Marie, encore couché dans un berceau. Le simple fait que ses propos ont été mentionnés deux fois dans (Sourate Al 'Imram 3:46; al-Mâ’ida 5:110), et que le contenu de ses propos peut être lu en détail dans la (Sourate Maryam 19:24-33) est très étonnant.

L’histoire incroyable de ce nouveau-né qui pouvait parler parfaitement, est expliquée de différentes manières par les commentateurs du Coran. Quelques-uns disent: ‘Isa avait seulement besoin de minutes, d’autres affirment d’heures, pour qu’il puisse prononcer des lettres, des paroles et des phrases sans commettre d’erreur. Son cerveau était pleinement développé dès sa naissance, et sa compréhension, son sentiment et ses habiletés logiques se développèrent en un laps de temps comme ils le revendiquent ainsi.

Pourquoi les commentateurs musulmans croient et discutent-t’ils sur ce phénomène? Ils lisent dans le Coran que Christ est: „une parole d’Allah“ en personne. Le Tout-Puissant lui a enseigné la Torah, les proverbes de Salomon, l’Evangile et le Livre original dans le ciel, avant sa naissance (Sourate Âl ‘Imrân 3:48). Il était né dans le monde plein de connaissance, d’intelligence et d’habileté à parler. Il prononçait continuellement les paroles d’Allah de sa naissance à sa mort. Il était comme une éruption de révélations de la part de son Seigneur.

Le Coran affirme que le Fils de Marie n’était pas un être humain normal, mais un esprit d’Allah dans la chair. Il provenait des environnements de celui qui est Eternel (Sourate Âl ‘Imrân 3:45) et possédait une grande connaissance et des capacité spirituelles supérieures à celles de n’importe quel autre mortel.

Ces déclarations spéculatives dans le Coran se rapprochent de la compréhension chrétienne sur l’incarnation du fils de Dieu dans l’Evangile. Mais là, Jésus était né comme un bébé réel emmailloté et couché dans une crèche. Sa mère Marie n’avait jamais rien dit au Docteur Luc au sujet des propos que son enfant tenait peu après sa naissance, parce que tout en étant un bébé, il était incapable de parler et avait besoin de temps pour se développer (Luc 2:40, 52).

D’où vient cette histoire imaginaire? Dans les évangiles apocryphes de l’enfance des chrétiens syriens et coptes, nous trouvons des traces de tels récits. Les mamans avaient l’habitude de chanter bercements du bébé Jésus à leurs enfants pour que ceux-ci puissent s’en dormir. Les sources de l’histoire concernant les propos du bébé Jésus sont aujourd’hui connues en détail.

Muhammad a écouté de telles histoires des enfants de la part des esclaves syriens et des chrétiens coptes et il a cru en elles! Il croyait plus que les pères de l’église, qui n’avaient pas inclus de telles bonnes fables dans le canon de la Bible, puisqu’elles ne se sont pas réalisées. Ainsi Muhammad apparaissait comme un crédule chercheur de la vérité, mais n’était pas un prophète. Il ne pouvait faire la distinction entre les fables et les réalités.

En considérant le contenu du soi-disant propos du nouveau-né Fils de Marie (Sourate Maryam 19:24-33), le bébé voudrait avant tout réconforter sa jeune maman parce qu’elle l’a enfanté sans être mariée. Elle savait qu’elle devrait être lapidée. Ainsi le nouveau-né ‘Isa lui donnait des informations qu’elle avait enfanté une personne exceptionnelle sous un palmier dans le désert afin de l’encourager.

En arabe, un mot pour une personne exceptionnelle est suryun, avec les pluriels surawaa’, asriyaa’ ou saraat (tous dérivant de la racine arabe S-R-W). Mais les lecteurs jaloux du Coran changèrent la voyelle et le sens de ce mot en „petite crique ou petit cours d’eau“ (qui en arabe est sariyun) en le dérivant de la racine S-R-Y ayant les pluriels asriyat ou suryaan. Les lecteurs musulmans étaient en colère parce que Isa encore nouveau-né était déjà placé plus haut que Muhammad, ainsi ils changèrent simplement la voyelle et le sens d’une „personnalité exceptionnelle“ à „rivulet“, quand bien même leur interprétation a donné moins de sens.

L’enfant nouveau-né disait alors à sa mère de secouer le tronc d’un palmier et de faire tomber les dattes sur elle afin qu’elle puisse se fortifier après un enfantement douloureux. Quelle logique Bédouine! Même plusieurs personnes sont incapables de secouer un palmier. Comment une jeune maman pourrait-elle faire ceci juste après avoir enfanté? Dans les jours de Muhammad, la vie des Bédouins était dure, et deux fois plus dure pour les femmes et les mères.

A la fin de son premier propos ‘Isa disait à sa jeune maman désespérée ce qu’elle devrait dire à toute personne qui pourrait la questionner au sujet de l’origine du nouveau-né, qu‘elle avait promis à Allah Le Miséricordieux, de jeûner et de ne parler à personne ce jour là. Ainsi la première suggestion que le nouveau-né ‘Isa a parlé à sa maman était une astuce, une ruse, un mensonge pour la sauver de son danger immédiat.

Le récit continue pour montrer comment le bébé nouveau-né défendait sa mère contre les villageois en colère en le présentant comme un prophète béni dans son second propos de bébé dans le Coran.

Ceux qui considèrent cette histoire objectivement verront comment le rêve et la réalité se mélangent et deviennent un Fata Morgana dans la pensée de Muhammad. Le Coran entier est ainsi un mélange de faits et de fictions.

5.06 'Isa crée un oiseau

De ces mêmes sources apocryphes vient un autre récit: Le jeune ‘Isa a forma un oiseau en argile, souffla dessus et l’oiseau s’envola! (Sourates Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110). Nous pourrions être inclinés à oublier ce récit irréaliste du Fils de Marie, mais il en résulte trois conclusions:

Dans la Sourate Âl ‘Imrân 'Isa raconte aux enfants d’Israël: «Je vais créer pour vous une espèce d’oiseau en argile» Dans la Sourate al-Mâ’ida, Allah, après l’Ascension de ‘Isa, confirme: «Tu as crée la forme d’un oiseau à partir de l’argile!» Ce miracle est attesté dans le Coran au présent et au passé, une fois par ‘Isa et une fois par Allah lui-même. Cette double confirmation rend le texte significatif.

Dans les milieux musulmans nous entendons dire que ‘Isa était capable de créer un oiseau vivant à partir d’une matière sans vie. En arabe, le mot „créer“ (khalaqa) est habituellement attribué seulement à Allah, Le créateur, qui a créé toute chose à partir de rien. Mais ce même mot spécial est attribué aussi à ‘Isa. Il est le seul humain, selon le Coran, à être un créateur et être capable de créer (donner) la vie à partir d’une matière morte. Christ dans l’Islam apparaît comme un créateur.

Cependant, Muhammad a limité son action d’honorer le Fils de Marie et introduit l’expression: «Avec la permission d’Allah!» Et cela plusieurs fois dans les passages coraniques concernant les miracles de Christ. Alors nous pouvons demander aux musulmans sceptiques: „Croyez-vous réellement que Christ, avec la permission d’Allah, était capable de créer un oiseau à partir d’une matière inerte?“ La réponse peut être „bien sûr; le Coran confirme ceci deux fois!“ Ensuite nous pouvons leur dire que le Fils de Marie est un créateur unique - avec la permission d’Allah!

Ce récit d’enfance légendaire contient une autre surprise. ‘Isa a amené l’oiseau d’argile près de sa bouche et a soufflé dessus. Alors l’argile est devenue vivant et l’oiseau s’est envolé. Selon le Coran, ‘Isa porte en lui-même un souffle à donner la vie avec bien sûr la permission d’Allah.

Dans la Bible, Dieu souffla „le souffle de vie“ dans Adam. Et ainsi le premier être humain a été créé (Genèse 2:7). Dans la nuit de pâques, Christ a soufflé sur ses disciples à la fois effrayés et débordants de joie et leur a dit: „Recevez le Saint-Esprit!“ (Jean 20:22). Alors ses disciples étaient revivifiés, car Christ est l’esprit qui donne la vie (1 Corinthiens 15:45).

Cependant, Muhammad n’était pas allé si loin en ce qui concerne son récit. Quand ‘Isa a soufflé dans une matière sans vie, cela n’était pas devenu un être humain, ni un enfant né de nouveau de Dieu, mais seulement quelque chose comme un oiseau! Muhammad n’avait pas osé nier que Jésus portait en lui-même l’esprit qui donne la vie, d’un créateur.

Le récit de la création d’un oiseau a donné aux commentateurs coraniques quelques maux de tête, car si ‘Isa était capable de créer un oiseau vivant à partir d’une matière inerte, avec même la permission d’Allah, alors, il était de loin au-dessus de tous les autres hommes, même plus élevé que Muhammad. Ainsi certains interprètes écrivent: „‘Isa voulait créer un animal à quatre pattes et un oiseau volant, mais aucun d’eux n’a réussi. Ce qui en était sorti de son effort était seulement une „chauve-souris“, qui n’est ni un oiseau, ni un mammifère, mais les deux à la fois.» Nous pouvons répondre à de telles critiques, „la chauve-souris est le seul mammifère volant, c’est-à-dire spécialement développé, car il porte une unité ultrason (comme un radar) dans sa gueule et peut même voler de nuit, comme des avions modernes!»

5.07 -- La guérison de l’aveugle

Après ces deux miracles douteux du jeune ‘Isa, pour lesquels Muhammad n’était pas entièrement responsable, comme il les a pris des Evangiles apocryphes de l’enfance, nous lisons le récit au sujet de Christ lui-même, confirmé par Allah, que ‘Isa était capable de guérir plusieurs personnes aveugles (Sourate Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110).

Dans ces récits, nous présentons la miséricorde de Christ au malheureux qui ne peut pas voir la lumière du soleil et qui avance en trébuchant dans les ténèbres. Le Fils de Marie selon le Coran, n’avait pas accompli les miracles pour démontrer sa puissance ou pour gagner les Rois et les Princes à Lui, mais parce qu’Il voulait aider le malade, le misérable et le paria de la société. Sa pitié et Son amour l’ont amené à accomplir ces signes.

Le mot guérir en arabe „bari’a“ est dans le Coran rattaché aux notions de „justifier“ ou „nettoyer.“ Si la maladie est considérée comme une punition infligée par Allah à cause des péchés commis, alors Christ n’avait pas seulement guéri la maladie, mais Il s’est aussi attaqué à sa cause.

Jésus n’avait pas ouvert les yeux de l’aveugle avec un couteau tranchant, ni avec un rayon laser, Il n’avait pas besoin d’un médicament ou d’un antibiotique, mais Il les a guéris seulement avec sa parole. Il n’avait pas utilisé la magie, les incantations ou les esprits mystérieux, mais Il libérait les gens misérables de la souffrance et de leurs ténèbres seulement par Sa Parole puissante. Bien entendu, Muhammad ajoutait la phrase stéréotype: «Avec la permission d’Allah!» Cependant, personne ne pouvait reconnaître l’autorité de Jésus-Christ et Son amour envers les méconnus dans le Livre des musulmans.

A partir du Coran, un musulman ne peut pas connaître les détails sur comment, où, quand ou à qui Jésus a ouvert les yeux. Ainsi ces textes ont besoin du témoignage des témoins oculaires dans les Evangiles. Nous devrons ouvrir la Bible sur ces passages pour les musulmans intéressés, mais nous ne devons pas leur lire ces histoires, plutôt les encourager à lire les passages pour eux-mêmes, afin qu’ils puissent surmonter leur peur d’interdiction, de prendre les Saintes Ecritures dans leurs propres mains et voir Jésus avec les yeux de leur cœur. Ainsi ils peuvent reconnaître que Jésus n’avait jamais obligé quelqu’un à accepter son aide ou sa guérison, mais avait attendu jusqu’à ce que le malade vienne à Lui ou crie au secours. Jésus voulait provoquer chez les gens souffrants la volonté d’être guéris, au point où ils pourraient demander la guérison. Il a suscité en eux la confiance en Lui et en Son omnipotence, afin qu’Il puisse les délivrer de leur fardeau. La guérison arrive rarement si une personne ne peut faire confiance aux malédictions de tous les médecins. Christ ne force pas Sa grâce sur quelqu’un, mais cultive en eux la volonté, la foi et l’amour en Lui, leur Rédempteur. Jésus attire l’attention sur la responsabilité de la personne guérie en disant: „Ta foi t’a guéri“ (Matthieu 9:22; Marc 5:34; 10:52; Luc 7:50; 8:48; 17:19; 18:42). Tout ceci est étrange pour un musulman. Il ne connaît pas de Sauveur, ni celui qui apporte le secours. Sa confiance en Christ, Son Rédempteur, devrait être nourrie, afin qu’elle croisse spirituellement en lui.

5.08 -- 'Isa purifie les lépreux

Dans les deux références coraniques au sujet de la purification et de la guérison des lépreux, les témoignages de ‘Isa et d’Allah confirment ces miracles (Sourate Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110). La forme en arabe pour les lépreux guéris est écrite au singulier, mais signifie la forme collective du pluriel couvrant ces gens malades. Comme pour l’aveugle, cela ne signifie pas seulement un seul miracle, mais une série de merveilleuses guérisons que Christ a accomplies envers les lépreux.

Si vous avez rencontré de telles personnes souffrantes en Inde, avec des doigts manquant, des visages défigures, courant ensemble pour mendier aux stations d’essence, vous pourrez comprendre le grand amour de Jésus, sa majesté et sa victoire sur la répugnance et la peur de l’infection. Il n’avait pas chassé les lépreux parce qu’ils étaient impurs, mais a parlé avec eux et a même touché quelques-uns d’entre eux. Il a construit un pont pour leur foi, afin qu’ils puissent comprendre que ce Jésus m’aime personnellement! Christ est même plus fort que la lèpre! Il peut et veut me guérir (Matthieu 8:1-4; Marc 1:40-45; Luc 5:12-16). Quand Jésus a guéri les dix lépreux, Il s’attendait à recevoir d’eux une foi sur humaine. Ils ont placé leur confiance en celui qui leur a parlé de l’amour de Dieu et ils ont senti (Luc 17:11-19).

Ce que le Coran rapporte est seulement les faits généraux qui ont besoin de l’illumination de L’Evangile et en plus de notre témoignage: qu’Il nous a purifiés de toute notre iniquité et impureté!

En plus de la guérison des lépreux, on peut ajouter le pardon de Jésus. Dans certains pays où il y a l’Islam populaire, la lèpre est considérée comme une punition d’Allah pour la rébellion ou les péchés cachés. Ici le récit biblique au sujet de la guérison du paralytique est convaincant. Il attendait de Jésus une parole de „guérison“ mais au lieu de cela, il entendit: „prends courage, enfant; tes péchés te sont pardonnés!“ Pendant que les avocats de la Torah pensaient que Jésus était en train de blasphémer, il se tourna vers eux et dit: „Pourquoi avez-vous ces mauvaises pensées en vous-mêmes? Qu’est-ce qui est le plus facile? De dire tes péchés te sont pardonnés ou de dire lève-toi et marche? Eh bien vous saurez que le Fils de l’homme a, sur la terre, le pouvoir de pardonner les péchés…Il se tourna vers le paralytique et dit! Je te l’ordonne, lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. Le paralysé se leva et s’en alla chez lui!“ (Matthieu 9:1-8).

5.09 -- La résurrection d’un mort

Si vous lisez la courte phrase qui est confirmée deux fois dans le Coran que Jésus pouvait ressusciter les gens morts, même si votre respiration peut être arrêter pour un instant (Sourates Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110). Dans ces deux versets vous trouvez la forme du pluriel et non du singulier! En arabe cela signifie que Christ a ressuscité plus de deux ou au moins trois personnes de la mort. Il est conseillé de connaître par cœur le passage dans l’Evangile où Jésus a ressuscité un enfant, un jeune homme et un adulte des morts et de lire ces passages ensemble avec les musulmans intéressés (Matthieu 9:18-26; Marc 5:21-43; Luc 7:11-17; 8:40-56; Jean 11:1-45).

Le Coran utilise deux termes différents pour la résurrection d’un mort par Christ. Dans Sourate Âl ‘Imrân 3:49), Il dit; „Je ramènerai encore à la vie le mort.“ Dans un autre verset (Sourate al-Mâ’ida 5:110, Allah confirme: „Vous avez renvoyé le mort (à la vie) au dehors du tombeau (de la tombe)!“

Si vous connaissez un musulman qui s’intéresse à Christ. Vous pouvez lui demander sur la base de ces deux témoignages dans le Coran: „Qui est capable de ressusciter le mort?“ Dans la plupart des cas la réponse est: „Personne, sauf, Allah.» Si vous demandez encore: „Dites-vous que Christ est Allah, depuis qu’il a restauré la vie au moins à trois personnes mortes?“ Vous pouvez entendre des malversations: «Je me range du côté d’Allah pour prendre position contre vous.» Si vous continuez à demander: mais dans le Coran vous trouvez deux versets où Christ a en effet ressuscité deux personnes de la mort“, vous pouvez entendre la réponse après quelque temps de recherche: „Mais chaque fois vous trouvez de lui, ‘avec ma permission’! Christ était incapable de ressusciter les gens morts. Ainsi Dieu lui a envoyé Djibril pour le fortifier, afin qu’il puisse accomplir le signe du résurrection de mort dans le but de glorifier Allah!“ Si vous continuez à demander avec circonspection, „Ainsi vous croyez qu’Allah et l’Esprit de Celui qui est Saint et le fils de Marie ont ressuscité ensemble le mort?“ Vous pourriez entendre une hésitation, „Oui cela est révélé dans le Coran.“ Alors vous pouvez répondre: „Vous croyez ainsi en la coopération de la trinité?“ ceci pourrait, après un reniement préliminaire, conduire à la déclaration que le Coran confirme évidemment l'unité de la Trinité en action, mais pas une Trinité en esprit et en substance. Ce n’est pas nécessaire qu’un musulman puisse être convaincu par tous nos arguments. Mais cela peut être une aide pour lui d’entendre les nouvelles idées confirmées dans le Coran, afin qu’il puisse commencer à réfléchir d’une manière différente.

Le fait que le mort ait été ressuscité par le Fils de Marie est si étonnant que vous puirriez vous demander pourquoi dans le Coran Muhammad a inclus le témoignage qu’il avait entendu des chrétiens autour de lui. Il avait fait cela probablement pour présenter son Islam comme une religion apparentée au christianisme afin de gagner les chrétiens à sa foi.

Nous sommes confiants qu’avec le témoignage de la victoire sur la mort dans le Coran cela pourra agir comme la levure, et ouvrira les yeux des musulmans de l’intérieur, afin qu’ils puissent reconnaître le vrai Christ qui a en Lui la vie éternelle. Alors ils pourront comprendre que Christ peut donner la vie éternelle à toute personne qui lui en fait la demande pour cela. Le fait que Christ ait ressuscité les gens de la mort est un défi pour tous les enfants d’Abraham, les Juifs aussi bien que les musulmans: „Quiconque croit au Fils a la vie éternelle, mais quiconque rejette le Fils ne verra pas la vie.“ (Jean 3:36; 1 Jean 5:12).

5.10 Celui qui est Omniscient

Dans la Sourate Âl ‘Imrân, nous trouvons un verset étrange selon lequel ‘Isa disait aux Juifs qu’il allait leur révéler qu’ils avaient mangé en secret et quels trésors ils cachaient dans leurs armoires.

Cette histoire improbable admet des explications variées: plusieurs Juifs n’observaient pas strictement les lois de Moïse, et mangeaient souvent en secret ce qui est interdit. Les autres ne jeûnaient pas correctement aux jours prescrits et mangeaient secrètement dans leurs maisons ce qu’ils voulaient. En plus ils gardaient leurs trésors cachés dans leurs armoires et leurs placards au lieu de les donner aux pauvres et aux réfugiés de la Mecque.

Al-Suyuti, un commentateur islamique explique: ‘Isa encore enfant était en train de jouer avec les autres enfants lorsqu’il leur dit: „Je peux vous prophétiser ce que vos parents sont en train de manger pendant que vous êtes absents de la maison, et ce qu’ils gardent secrètement dans leurs armoires à votre insu.» Quand ces enfants ont demandé au sujet de ces révélations, leurs parents étaient surpris et ont demandé à leurs enfants: „Qui vous a dit ces secrets?“ Quand les enfants ont répondu que c’était ‘Isa qui leurs avait dit ces secrets, les parents ont interdit à leurs enfants d’aller jouer avec ‘le Fils de Marie et les enfermaient dans la cour derrière leur maison.

Lorsque plus tard ‘Isa demanda aux parents de ses amis, pourquoi il ne pouvait plus les voir, on lui a dit qu’ils ne sont pas à la maison en ce moment. Quand ‘Isa a répondu aux parents: „Mais je peux les entendre faire du bruit dans vos cours de derrière“, ils lui disaient: „Ceux-ci ne sont que nos cochons affamés.“ Puis ‘Isa les regarda tristement et répliqua:  „Vous avez raison! Ce sont seulement vos cochons qui font de tel bruit dans vos cours de derrière.“ Lorsque les parents regardèrent leurs enfants, les paroles de ‘Isa étaient la vérité. Tous les enfants étaient devenus des cochons!

Cette histoire ignoble d’une imagination calomniatrice visait les Juifs qui ne gardaient jamais les cochons dans leurs cours de derrière, aussi bien que Jésus lui-même, afin de garder les enfants éloignés de Lui, parce qu’Il pouvait leurs révéler les vérités cachées. Cependant, ce texte du Coran confirme que Christ peut bien voir à travers les murs! Selon Muhammad, Il possédait les yeux de „rayon-X“ Dans l’évangile de Jean nous pouvons lire que Jésus voyait à travers tous les hommes. Il n’avait pas besoin du témoignage de quelqu’un d’autre: „Car Il connaissait ce qui était en l’homme“ (Jean 2:24-25).

Dans ce verset le Coran prouve l’omniscience de ‘Isa, mais tire de mauvaises conclusions de ceci. Ce n’est pas la nourriture prise en secret, ni les trésors cachés que Jésus découvre avec ses yeux rédempteurs. Il découvre les péchés cachés et reconnaît l’aspiration individuelle à la justice, la pureté et la vérité. Il veut sauver, purifier et renouveler chacun, et ne veut pas mettre la main sur leurs richesses.

Muhammad souffrait, de la tension grandissante entre les réfugiés qui étaient venus avec lui de la Mecque et les habitants originaires de Médine. Les immigrants de la Mecque trouvaient rarement du travail, ils ne possédaient pas de maisons et ne pouvaient hériter rien des parents. D’autre part, les musulmans d’origine médinoise devenaient de plus en plus riches. Ces derniers ont pris les immigrants dans leurs maisons et ont promis de prendre soin d’eux comme des frères de sang. Mais le fossé entre l’intention et la réalité était très grand. Les gens de la place mangeaient de meilleurs aliments pendant que les réfugiés étaient dehors; et les propriétaires de maisons cachaient leurs richesses aux yeux des demandeurs d’asile. Muhammad en entendant parler de ce comportement, souhaitait mettre sa main sur les trésors cachés. Alors, il disait: „Quand Jésus reviendra de nouveau, Il vous dira ce que vous mangez en secret et ce que vous cachez dans vos maisons, parce qu’Il peut voir à travers vous tous.“

Nous devrons considérer ce témoignage du Coran et, en donnant des conseils spirituels aux musulmans, les tenir informé que nous avons tous besoins d’être testés et découverts par l’amour de Jésus-Christ et de plus en plus par sa vérité! L’argent caché et les possessions des chrétiens pourraient être suffisants pour évangéliser le monde entier, si les individus pouvaient être déplacés et se séparer de leurs trésors.

5.11 -- La table du ciel

Dans la Sourate al-Mâ’ida (5:112-115), nous pouvons trouver un écho de la multiplication des pains pour 5000 personnes par Christ dans la forme islamique. Nous traduirons ce texte littéralement, afin que la manière de penser de Muhammad et l’attitude de ces musulmans puissent être comprises comme une base pour nos conversations avec eux.

Verset 112: Les disciples dirent: „Ô ‘Isa, Fils de Marie! Votre Seigneur peut-Il faire descendre (envoyer) du ciel pour nous une table couverte de nourriture?“ Il leur répondit: „ Craignez Allah si vous êtes croyants!“

Verset 113: Mais ils dirent: „Nous voulons manger de ceci afin que nos cœurs puissent être apaisés et nous pouvons savoir que tu nous as révélé la vérité, et nous serons témoins oculaires de ceci“ (la table).

Verset 114: Puis ‘Isa, le Fils de Marie dit: „Allahumma (Elohim), notre Seigneur! Fais descendre sur nous une table servie de nourriture du ciel, afin que cela soit une fête pour nous, pour le premier et le dernier parmi nous, et un signe de votre part.!Et soutiens-nous (pour notre pain quotidien)! Vous êtes le meilleur de tous les pourvoyeurs.“

Verset 115: Dieu répondit: „Je vais déjà la (la table de nourriture) faire descendre pour vous. Mais ensuite, si quelqu’un d’entre-vous ne va toujours pas croire, Je le punirai terriblement, comme Je n’ai puni quelqu’un d’autre au monde!“

Sur cette histoire imaginaire au sujet de la multiplication des pains pour 5000 personnes, nous faisons les commentaires suivants:

● Plusieurs fois Muhammad a fait la distinction entre les chrétiens selon leur maturité et les a appelés disciples (débutants), des aides ou des combattants enthousiastes, des croyants qui prient, des musulmans, les disciples et les témoins (Sourate Âl ‘Imrân 3:52-53). Dans l’histoire de la table du ciel ‘Isa s’adresse aux disciples comme des débutants.

● Dans le Coran ‘Isa n’est pas considéré lui-même comme étant pour être le „Seigneur“, mais Allah est son Seigneur. ‘Isa est toujours à sa disposition.

● Après que ‘Isa avait prononcé un long sermon dans le désert, les disciples étaient affamés. Ils n’avaient pu attendre patiemment jusqu’à ce que ‘Isa puisse pourvoir à la nourriture pour eux, mais l’ont „tenté“ et questionné sur l’Omnipotence d’Allah, s’Il pouvait être capable de les aider. Ils n’avaient pas réellement cru à sa sollicitude, mais voulaient plutôt l’éprouver.

● ‘Isa ne défiait pas ses disciples à croire, mais plutôt à craindre Allah. L’amour pour Dieu et la confiance en ses soins ne sont pas les principaux thèmes dans l’Islam, mais plutôt, la soumission totale à Allah et la crainte avec un profond respect pour lui.

● Les musulmans n’ont pas l’assurance d’être rachetés et n’ont pas la paix intérieure parce qu’il n’y a pas de Saint-Esprit dans leur religion. L’esprit de Celui qui est Saint est considéré comme Djibril (Gabriel), ainsi les musulmans cherchent-ils souvent une évidence substantielle pour leur foi. Ils voulaient être des témoins oculaires de la table, non pas de l’action de ‘Isa. La table et ce qui était dessus étaient au centre de leurs attentes.

● Ce qui est étrange, c’est que le fils de Marie ne priait pas Allah, mais Allahumma (Elohim). Ce nom pour Muhammad semblait être la clé des prières utiles qui pouvaient être exaucées rapidement. Elohim est la forme plurielle de Allah et contient la possibilité de la Sainte Trinité. Dans le Coran ‘Isa appelait le Dieu de l’Ancien Testament „Le DIEU (Allahumma) notre Seigneur.“ Ceci est contraire à ce que „Le Seigneur“ révéla à Moïse quand Il disait: «Je suis le SEIGNEUR votre Dieu!» Muhammad a essayé d’islamiser le dieu de l’Ancien Testament.

● ‘Isa dans le Coran appelait le banquet du ciel une fête spéciale pour toute personne, pareillement pour le moindre et le plus grand des disciples de Christ. Muhammad dans son imagination a peut-être confondu la table du souper du Seigneur avec la multiplication des pains pour 5000 personnes comme une même chose. Il appelait ce banquet du ciel un signe miraculeux. La cinquième Sourate du Coran est conforme à cette pensée, appelée „Le banquet“ (al-Mâ’ida). ● Le Fils de Marie a aussi demandé à Allah de pourvoir régulièrement à ses disciples toute la nourriture nécessaire. Dans l’Islam, la foi signifie un commerce (Sourate Fatir 35:29-30) et devrait déboucher sur un succès concret. Allah n’est pas un Père, mais un sultan qui pourvoit généreusement aux besoins de ses musulmans s’il le désire ainsi.

● Allah a immédiatement répondu à la prière de ‘Isa, qui est remarquable dans l’Islam. Pendant que ‘Isa était encore en prière, Allah commença à faire descendre instantanément la table du ciel pour les disciples affamés de ‘Isa.

● Cependant, l’effet secondaire du miracle de ‘Isa est terrible. Dieu menace tout incrédule sceptique parmi ses disciples de toutes les punitions les plus horribles qu’il peut infliger dans ce monde présent et dans celui avenir. Cette menace est aussi proférée envers les musulmans(!) à moins qu’ils ne croient aux miracles de ‘Isa transcrits dans le Coran.

● Les commentateurs du Coran discutent plus de la variété de la nourriture sur la table que de la nature de celui qui a pourvu de dons célestes. Les musulmans aimeraient savoir si le vin, le porc et autre nourriture prohibée les attend au paradis, cependant, ils oublient celui qui avait fait descendre la table du ciel. La plupart d’entre eux ne se sont pas rendus compte que même dans l’Islam, le Fils de Marie a le privilège d’intercéder pour ses disciples.

● Quand vous dites aux musulmans que Jésus n’avait que cinq pains et deux poissons dans ses mains pour nourrir les 5000 personnes, vous pouvez remarquer les mines déçues, parce que le pain et le poisson ne sont pas considérés comme étant la nourriture spéciale du paradis.

● Mais si vous inspirez vos auditeurs avec la pensée que tandis que Jésus rendait son action de grâce pour le peu qu’il avait entre ses mains, cela est devenu une nourriture abondante, alors vous pouvez expliquer aux musulmans que recevoir la nourriture et l’argent n’est l’évidence de la vérité, mais que d’emblée la foi avec une action de grâce pourront amener la bénédiction pour plusieurs.

● Nous savons que Jésus Lui-Même était le centre de ce miracle, qu’était la multiplication des pains. Notre Seigneur nous assure qu’Il donne le pain quotidien à tous ceux qui le suivent, qui Lui font confiance et le remercient d’avance pour ses soins provisionnels. Ceci contrecarre ce que le Coran enseigne. La grâce biblique de Dieu, le Père peut déplacer le concept d’un sultan arbitraire qui sauve celui qu’il désire, et qui déroute celui qu’il désire.

● Ce message remarquable du miracle de Jésus dans le Coran est l’évidence qu’Il est seulement le Médiateur entre Dieu et les humains. Il est le centre du secret de ce grand miracle que chaque musulman peut comprendre s’il le veut. La prière faite au nom de Christ est aussi rendue possible aux musulmans. Christ a ouvert la porte, nous donnant accès à Dieu. Il n’y a pas d’autre voie qui mène à Dieu à l’exception de Lui: „Car il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Christ Jésus“ (1 Timothée 2:5; Sourate al-Anbiya' 21:28).

5.12 -- 'Isa le législateur divin

Dans le Coran nous trouvons plusieurs passages qui certifient l’autorité de Christ sur la Torah. Deux de ces passages rappellent son attitude et sa connaissance des Ecritures de l’Ancien Testament, un signe et une évidence pour sa mission divine (Sourate Âl ‘Imrân 3:50-51; al-Mâ’ida 5:46-47; al-Zukhruf 43:63). Les points suivants de ce miracle légal devraient être pris en considération:

● Allah a envoyé Christ dans le monde pour confirmer l’infaillibilité de la Torah. Alors pourquoi les musulmans prétendent-ils coûte que coûte que la Torah a été falsifiée? Le Coran lui-même renie cette réclamation à plusieurs reprises. En plus, Christ est la parole d’Allah personnifiée et représente ainsi la Torah dans sa vie Sourate Âl ‘Imrân 3:50; al-Mâ’ida 5:46).

● Allah a lui-même enseigné au Fils de Marie- avant qu’il soit né, la Torah, les proverbes de Salomon, L’Evangile et les Livres originaux avec tous leurs pré- figurants (Sourate Âl ‘Imrân 3:48). Ainsi Christ était capable de venir vers les enfants d’Israël avec la sagesse divine et leur expliquer toutes les questions non résolues de la loi, mettant ainsi fin à la raison de leurs divisions.

● Selon le Coran, Christ possédait l’autorité de changer et d’annuler quelques dispositions des commandements d’Allah dans la Torah, et d’en découdre avec ses disciples. Dorénavant ‘Isa est un législateur dans l’Islam; Il n’est pas sous la loi en tant qu’exécutant. Ceci signifie plus qu’un miracle aux musulmans, parce que pour eux Seul Allah est le Législateur et Le révélateur de la loi. Selon le Coran, Christ possédait cette fonction de la parole d’Allah dans la chair: Il est la révélation divine et la loi en personne (Jean 13:34; Sourate Maryam 19:21; al-Anbiya' 21:91; al-Tahrir 66:12 et autres).

Dans ces versets du Coran, nous entendons un écho islamique de la révélation de Jésus: „Ne pensez pas que je suis venu pour abolir la loi et les prophètes; Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour les accomplir“ (Matthieu 5:17-18). Il a aussi expliqué: „Il était dit auparavant au peuple….Mais Je vous dis“ (Matthieu 5:21-48). „Ce qui rend un homme impur, ce n’est pas ce qui entre dans sa bouche, mais ce qui en sort“ (Matthieu 15:16-20).

Muhammad aurait entendu ces principes révolutionnaires que Christ a enseignés, mais il ne les a pas compris comme l’accomplissement de la loi, mais comme un retranchement de quelques obstacles de la loi pour ses disciples. D’une manière surprenante, il a attribué à ‘Isa ce droit divin de dissoudre les lois et d’en imposer des nouvelles en tant que messager d’Allah.

● En dépit de toutes les altérations de la loi par le Fils de Marie, il confirme le cœur de l’adoration islamique: „Crains Dieu!“ L’islam n’est pas gouverné par l’amour d’Allah pour les hommes ou par leur amour pour Lui. Il n’y a pas de lien paternel pour Allah ni de désir de sauver tous les hommes, mais seulement la puissance, l’omnipotence et la souveraineté sacro-saintes d’Allah, qui, en tant qu’un dictateur ne peut pas être questionné ou être responsable de quoique ce soit. Les musulmans ne font seulement que se prosterner devant lui et l’adorer dans un profond respect avec crainte.

● Une soumission similaire devrait être offerte à tout messager de la part d’Allah. Dans le Coran, le Fils de Marie a demandé par deux fois à tous les Juifs, chrétiens et musulmans: «Obéissez-moi!» (Sourate Âl ‘Imrân 3:50; al-Zukhruf 43:63). Cette phrase tourne complètement l’Islam à l’envers! Toute personne devra honorer Christ Jésus, se dévouer à Lui et garder soigneusement ses commandements, juste de la manière dont ils craignent Dieu! L’Islam n’enseigne pas: „Croyez dans la grâce d’Allah ou acceptez le pardon de Christ ou aimez-le parce qu’il nous a aimés le premier“. Mais plutôt, ‘Isa exige la foi obéissante et la soumission inconditionnelle à son autorité. Quiconque comprend ce commandement coranique peut trouver en cela une méthode commode pour évangéliser les musulmans. Un musulman devrait premièrement apprendre la loi de Christ, avant qu’il ne lui soit enseigné sa grâce qui sauve. Nous devrons premièrement étudier avec lui les 510 commandements de Christ dans les quatre Evangiles et les comparer avec les 613 commandements de Moïse dans la Torah. Alors, nous devrons vivre selon la loi de Jésus comme des vrais exemples et confesser devant un musulman que nous ne sommes pas tous en train d’accomplir complètement ses commandements, et qu’ainsi nous devrons demander chaque jour pardon. Un musulman devrait reconnaître qu’il est impossible d’accomplir la loi de Christ parce qu’il nous a donné l’ordre: „Soyez parfaits….comme votre père Céleste est parfait!“ (Matthieu 5:48). Et „Aimez-vous les uns, les autres comme je vous ai aimés!“ (Jean 13:34). Alors il doit comprendre que personne ne peut accomplir la loi de Christ de lui-même, mais a besoin du pardon quotidien de Jésus et de son salut. La grâce de Christ Jésus est la seule voie au Père (Jean 3:16; 14:6 et al.).

● Muhammad a arrêté rapidement de telles idées critiques et les conclusions en faisant dire Jésus que: „Allah est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorer-Le, ceci est un bon service“. Il n’avait laissé ‘Isa dire dans le Coran: „Je monterai chez mon Père et chez votre Père, chez mon Dieu et votre Dieu!“ Non, Muhammad a placé ‘Isa sous la puissance et l’autorité d’Allah. Muhammad n’était jamais prêt à admettre que Le Christ Jésus est le Seigneur lui-même pour la gloire de Dieu son Père. Tandis qu’en acceptant quelques principes essentiels de la foi chrétienne, il en a finalement rejeté le cœur en faisant du Fils de Marie un esclave d’Allah, qui pourrait conduire ses disciples au Paradis sur la «voie large“ de la loi islamique.

En dépit de ces devises islamiques, Muhammad a confirmé Christ Jésus comme un Législateur divin qui a le droit d’exiger l’obéissance inconditionnelle de ses disciples et de tous les hommes. Nous devons inciter tous les musulmans chercheurs à être avertis de ce message coranique, et les aider à travers un brisement spirituel de leur orgueil, à accepter la grâce de Christ disponible pour eux aussi.

5.13 -- Christ renouvelle ses disciples

Dans le Coran, il y a plusieurs versets qui décrivent le caractère des chrétiens d’une manière positive. Dans les témoignages de Muhammad, on reconnaît que le fils de Marie est capable de changer les arrogants en des personnes humbles et les égoïstes en des serviteurs miséricordieux. C’est le plus grand miracle que Christ a fait selon le livre des musulmans. Ce changement ne se produit pas une fois seulement, mais cela se passe quotidiennement, de temps en temps. Les chrétiens sont décrits plus de 50 fois dans le Coran. Quelques-uns de ces versets n’ont pas été écrits au sujet des chrétiens seulement, mais aussi au sujet des juifs. (Sourate Âl ‘Imrân 3:55, 113-114; al-Mâ’ida 5:65-68; al-An'am 6:90; al-Hadid 57: 26-27; al-Saff 61:14 et al).

Dans la Sourate Âl ‘Imrân, nous lisons dans l’évaluation de Muhammad la déclaration d’une chrétienne venue du Yémen du Nord (Wadi Nadjran), qui a discuté de la foi avec lui à Médine pour trois jours. Il a essayé de gagner ces chrétiens à l’Islam et à amener Allah à dire à ‘Isa: „Je placerai ceux qui te suivent au-dessus des incroyants jusqu’au jour de la résurrection“ (Sourate Âl ‘Imrân 3:55).

Muhammad et ses musulmans étaient impressionnés du bon habillement de la délégation de soixante (60) hommes chrétiens du Nord Yémen. Muhammad a senti que leur culture était plus élevée que la sienne, mais voulait les attirer à l’Islam. Il a notifié leur supériorité et domination économique sur les idolâtres et les animistes. Mais certainement dans ses négociations, il n’avait pas révélé sa vraie opinion, à savoir que les musulmans sont, bien sûr, sur un niveau beaucoup plus élevé que les chrétiens.

Dans cette même Sourate, nous lisons sur les esclaves et ouvriers qui se rencontraient de nuit pour lire ensemble la Bible, et adorer leur Seigneur par le prosternement. Ceux-ci étaient probablement des chrétiens orthodoxes, parce qu’aucune autre église, ni même les Juifs, se prosternaient pendant leurs cultes. Muhammad a reconnu qu’ils gardaient leur alliance avec Dieu et que leur vie s’accordait avec leur foi. Il les appela: „Ceux qui sont bons“ qui pourraient être récompensés par Allah (Sourate Âl ‘Imrân 3:113-114). Quel grand témoignage au sujet des chrétiens tyrannisés dans le Hijaz!

Selon la sourate Âl ‘Imrân, Muhammad a aussi rencontré des chrétiens humbles et modestes et qui citaient les versets de la Bible sans demander de l’argent, par rapport aux Juifs qui à Médine lui racontaient habituellement seulement quelque chose du Mishna ou du Talmud lorsqu’il acheta la première fois des biens chez eux (Sourate Âl ‘Imrân 3:199). Selon le Coran, les chrétiens ont essayé à maintes reprises d’évangéliser Muhammad, mais en vain.

Dans la Sourate al-Mâ’ida, une ligne de démarcation est tracée entre les Juifs et les chrétiens. Allah est supposé s’être révélé à Muhammad: „Tu trouveras certainement que les Juifs et les idolâtres sont les ennemis les plus acharnés des croyants (musulmans). Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants (musulmans) sont ceux qui disent: „Nous sommes chrétiens.“ C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil.“ (Sourate al-Mâ’ida 5:82).

Muhammad a reconnu l’humilité de Christ à travers ses disciples, qui ne s’accordaient aucune importance. De même Muhammad a compris que cette qualité ne provenait pas d’eux-mêmes, mais de leurs leaders (meneurs) spirituels. Ce verset offre une reconnaissance étonnante de l’humilité des chrétiens dans les jours de Muhammad.

Dans la Sourate al-Hadid, vous pouvez lire une profonde analyse des chrétiens. Muhammad laisse Allah révéler:

«Finalement, nous avons permis à ‘Isa, le Fils de Marie, de suivre (nos messagers précédents), et lui avons donné l’Evangile et mis dans le cœur de ceux qui le suivent l’amour bienveillant, la miséricorde et le monachisme» (Sourate al-Hadid 57:27).

Muhammad a fait la différence entre les différents chrétiens, il a reconnu ceux qui cherchent comme étant des disciples, les guerriers enthousiastes et les aides qui étaient prêts à livrer bataille pour la nouvelle doctrine, comme étant les croyants conscients et des pieux (adorateurs) qui priaient, qui essayaient de vivre selon leur conviction, comme étant des vrais „musulmans“ qui se dévouaient à Allah et à son messager (Christ) et se soumettaient inconditionnellement à lui, ceux qui le suivaient et qui essayaient d’imiter leur maître et allaient avec lui contre vents et marées, des témoins oculaires de ses œuvres et qui étaient préparés à mourir pour son témoignage. La seule chose qu’ils ont demandé à ‘Isa est d’écrire leurs noms dans le Livre de vie dans le ciel (Sourate Âl ‘Imrân 3:52-53).

Selon Muhammad, ce ne sont pas tous les chrétiens qui prennent part au secret des plus grands miracles que Christ a faits. Sauf ceux qui le suivent! Muhammad a senti que Dieu s’est personnellement investi pour eux. Il a mis quelque chose dans leur cœur que personne d’autre ne peut posséder: la pitié et la miséricorde, même pour leurs ennemis! Lorsque Muhammad réfléchissait au sujet de ce charisme, il n’avait rien trouvé d’autre comme source sinon l’Evangile, inspiré par Allah à ‘Isa.

Muhammad croyait que cette pitié et cette miséricorde dans les cœurs des gens qui suivaient Christ provenaient de ce livre. Mais il ne reconnaissait pas la puissance du Saint-Esprit avec laquelle Paul écrit: «Dieu a répandu son amour dans nos cœurs par l’Esprit Saint qu’il nous a donné.» (Romains 5:5).

Muhammad éprouvait des sentiments positifs à l’égard des vrais chrétiens. Il connaissait non seulement Waraqa b. Naufal, le cousin de sa première épouse Khadidja, l’ancien honorable d’un groupe d’étude de maison à la Mecque, mais il avait aussi appris que 83 musulmans avaient trouvé abri chez les chrétiens en Abyssinie lorsque la persécution des musulmans à la Mecque devenait insupportable. Le comportement des chrétiens abyssiniens a formé à l’image des chrétiens dans le Coran plus que nous le suspectons. Cependant, les Abyssiniens avaient échoué à évangéliser les réfugiés musulmans. Lorsque les musulmans retournèrent à Médine après que l’Islam est devenu fort, 230 Ethiopiens avaient accepté l’Islam, mais un seul musulman était devenu chrétien là-bas. Un seul est mort aussitôt (c’est-à-dire un court temps après sa conversion, probablement une mort violente).

Dans la Sourate al-Saff, les chrétiens sont appelés les aides et co-ouvriers d'Allah Lorsqu’ils avaient juré de rester fidèles à ‘Isa dans ses épreuves et s’étaient préparés à combattre pour lui. Allah leur assura de la victoire sur leurs ennemis (Sourate al-Saff 61:14).

Lorsque vous lisez ce verset dans le Coran vous trouvez que Muhammad a notifié que ‘Isa avait transformé les gens qui le suivent à son image. Ils aimaient leurs ennemis, bénissaient ceux qui les maudissaient et faisaient du bien à ceux qui les insultaient et les persécutaient (Matthieu 5:44). Ils étaient humbles et doux, pas cupides, mais priaient dans leur congrégation, même pendant la nuit si nécessaire. Leur Livre était le centre et la source de leur adoration. Ces chrétiens décrits dans le Coran n’étaient habituellement pas des étrangers, mais des Arabes de la Péninsule Arabique du nord, du sud et de l’ouest. Christ a accompli ses plus grands miracles en eux: ils vivaient selon ce qu’ils croyaient et étaient devenus une nouvelle création par la grâce de leur Sauveur. Aujourd’hui, les musulmans d’autre fois trouvent leur nouvelle identité comme des chrétiens bibliques décrits dans le Coran. Ces versets peuvent les aider lorsqu’ils s’entretiennent avec leurs parents musulmans.

5.14 -- Le vrai Ayatollah

Deux fois nous trouvons dans le Coran que Christ Jésus et sa mère sont de grands signes faits par Allah (Sourates al-Anbiya' 21:91; Âl ‘Imrân 3:50). Une fois, il est révélé que Christ Lui-même est un signe pour le peuple et une miséricorde d’Allah (Sourate Maryam 19:21). Ces trois versets confirment le mystère de Christ dans le Coran et résument l’essence de tous ses miracles. Le but de ses miracles n’est pas une fin en soi, mais plutôt comme une révélation de lui, qui les a opérés.

En arabe, le mot pour traduire signe, est ayatun, qui veut dire aussi miracle. Mis ensemble avec le mot Allah, ces deux mots constituent le titre honoraire Ayatollah! Christ Jésus est le signe miraculeux d’Allah! Le texte dans le Coran élargit le sens de ce mot et montre son but: Pour les hommes! Chacun devrait voir l’omnipotence d’Allah dans le Fils de Marie. Aucun autre prophète, ni un Roi ou un prêtre ne porte ce titre d’honneur selon le Coran, ni même Muhammad. Christ est le seul miracle d’Allah que tous les hommes devraient reconnaître. Tous les autres Ayatollahs ne recevaient leurs titres que de la part des hommes.

Quand nous demandons pourquoi le Fils de Marie est le plus grand signe d’Allah dans le Coran, nous trouvons la réponse dans la croyance islamique que Dieu avait crée Christ en Marie uniquement à travers sa parole, sans aucune participation d’un père humain. Dieu souffla son Esprit dans le corps de Marie. Ainsi Christ n’est pas seulement un homme né d’une femme, mais selon le Coran, il est aussi un Esprit de la part d’Allah dans le corps d’un humain. ‘Isa existait avec Allah même avant qu’il ne soit né. Après son Ascension, il est retourné à Allah avec le corps, l’âme et l’esprit. Aujourd’hui, Jésus vit avec Dieu. Muhammad est mort. Christ Jésus est le seul homme qui peut être appelé l’Esprit d’Allah et sa Parole incarnée. Ainsi Christ est le seul signe sensoriel d’Allah pour tous les hommes.

Ayant cette double qualité, étant un vrai homme et un vrai Esprit de la part d’Allah-tous ses signes et ses miracles se sont déroulés selon le Coran.

  • Il est la Parole incarnée d’Allah. Il parlait déjà tout en étant un enfant nouveau-né dans le berceau.
  • Il est un créateur avec un souffle qui donne vie avec la permission d’Allah!
  • Il est plein de miséricorde pour le malade et le misérable. Il a guéri tous ceux qui venaient à lui.
  • Il est le meilleur docteur dans le monde avec la permission d’Allah!
  • Il est victorieux sur la mort, car il a ressuscité le mort avec la permission d’Allah!
  • Il est omniscient, car ses „yeux rayon-x“ peuvent voir à travers toute personne et toute chose.
  • Il a le droit d’intercéder comme médiateur entre Allah et les gens qui le suivent.
  • Il avait fait descendre la nourriture du paradis et avait pourvu à leur pain quotidien!
  • Il est un législateur et a confirmé l’infaillibilité de la Torah. Il a changé les lois divines et mis sur pied de nouveaux commandements.
  • Il a le mérite de demander la foi obéissante de tous les hommes, y compris les musulmans.
  • Il a changé les caractères égoïstes des gens qui le suivaient et les a remplis de l’amour et de l’humilité.

Ces signes sont comme un miroir qui reflète les attributs et les qualités de ‘Isa, le fils de Marie dans le Coran. Ils montrent qu’Il est le miracle de tous les miracles.

Le Jésus biblique peut être discerné de plus en plus dans les versets du Coran. Muhammad a beaucoup inséré de foi chrétienne là-dedans pour présenter son Coran comparable à l’Evangile, pour que les chrétiens puissent être entraînés à accepter l’Islam. Il ne révélait pas toujours son rejet de la divinité de Christ ou qu’il ait écarté la crucifixion de Jésus. Il a reconnu ‘Isa le miséricordieux faiseur de miracles, le physicien, celui qui réssuscite les morts et le législateur afin d’attirer les chrétiens à l’Islam.

De par là, nous avons le droit de ressortir le témoignage déformé des chrétiens du Coran et de le situer dans un bon contexte de l’Evangile tout entier, comme la seule vérité et la voie qui mène à la paix avec Allah. Le but n’est pas seulement de montrer la loi et la grâce, les commandements et leur obéissance par la foi, mais de faire apparaître l’image véritable du Christ aux yeux des musulmans, afin qu’ils puissent Le voir, L’aimer, croire en Lui, s’attacher à Lui, recevoir Sa vie éternelle et porter les bons fruits de Son Esprit.

Pour ceci, Jésus dit qu’il est Lui-Même la lumière du monde, le pain de vie, le bon chemin, la vérité éternelle, le bon berger, le vrai vin, la résurrection et la vie, le roi (avec couronne d’épines), le premier et le dernier. Les paroles de Jésus dans l’Evangile qui commencent avec un «Je suis…» peuvent illuminer un musulman chercheur à comprendre que Jésus n’est pas seulement un faiseur de miracles, mais le très bien-aimé de Dieu et Sa sainteté en personne.

Jésus, Seigneur merveilleux,
Souverain, maître suprême,
Fils de l’homme et Fils de Dieu,
C’est toi que j’honore, que j’aime,
Toi ma joie, la couronne de mon âme!

Belle est la forêt au printemps
Si beaux sont les prés et les champs,
Mais Jésus est plus beau, plus pur,
Qui réjouit mon cœur,
Me console, me rassure!

Nous apprécions le clair de lune,
Admirons le soleil brillant
Et tous les astres scintillants,
Mais Jésus est plus beau, plus pur,
Surpassant les anges rayonnants!
Amen!

5.15 -- QUESTIONNAIRE

Cher lecteur!

Si vous avez étudié ce petit livre sérieusement, vous pouvez facilement répondre aux questions suivantes.

  1. Combien de miracles de Moïse le Coran mentionne-t-il mention? Quels sont leurs caractéristiques et leurs buts?
  2. Combien de fois les évidences (bayyinaat) de Christ sont-elles mentionnées dans le Coran? Quels sont leurs caractéristiques et leurs buts?
  3. Qui est l’Esprit de Sainteté qui, selon le Coran a fortifié Christ pour accomplir ses miracles? (Sourate al-Baqara 2:87, 253; al-Mâ’ida 5:110 et al.)
  4. Comment Muhammad avait-t-il essayé de soutenir sa propre prophétie avec les évidences de Christ? (Sourate al-Saff 61:6).
  5. Combien de fois Muhammad utilisait-t-il le terme signe (aayat) pour les miracles de Christ dans le Coran? Où peut-on lire dans les Evangiles le même terme pour les miracles de Christ? Comment le sens de ce mot diffère-t-il dans les deux livres?
  6. Pourquoi Muhammad avait-t-il considéré le désir de voir les miracles comme une incroyance ou bien un acte de tenter Dieu selon l’Evangile?
  7. De quelles sources Muhammad avait-il appris au sujet de la légende que le nouveau-né ‘Isa parla immédiatement après sa naissance? Pourquoi Muhammad tolérait et croyait-t-il à une telle histoire?
  8. Comment l’inclusion de cette légende au sujet de ‘Isa dans la révélation coranique d’Allah prouve-t-elle que Muhammad n’était pas un véritable prophète?
  9. Quels sont les contenus douteux et fantastiques de la première mention de Christ dans le Coran? (Sourate Maryam 19:24-26).
  10. Comment Muhammad imagina-t-il la création d’un oiseau par le petit garçon ‘Isa?
  11. Pourquoi l’expression «Je crée» dans la description coranique de ce miracle par le Fils de Marie est-elle importante dans nos conversations avec les musulmans?
  12. Qu’est ce que nous pouvons déduire du souffle de ‘Isa dans une forme d’oiseau en argile et la revendication du Coran que l’oiseau s’était envolé après tout? Où pouvons-nous lire dans les Evangiles que Jésus a réellement soufflé sur les personnes? Quels étaient les différents résultats du souffle de Christ dans le Coran et dans l’Evangile?
  13. Comment Muhammad a-t-il essayé dans le Coran de limiter la capacité de ‘Isa à accomplir ses miracles? Pourquoi Jésus lui-même a-t-il limité sa capacité d’accomplir les miracles dans Jean 5:19?
  14. De combien de personnes aveugles, Christ a-t-il pu ouvrir les yeux selon le Coran? Et comment a-t-il avait pratiquement ouvert leurs yeux selon l’imagination de Muhammad?
  15. Comment la lèpre est-elle mal jugée et évaluée négativement dans plusieurs pays en Asie et en Afrique?
  16. Quelle est l’autorité de Christ à guérir les malades et même les lépreux?
  17. Que révèlent les soins du Fils de Marie sur la personne malade et misérable dans le Coran?
  18. Comment Christ avait-il ressuscité des personnes mortes et les rendues à la vie dans le Coran?
  19. Pourquoi Christ était-il la seule personne sur terre qui a ressuscité des morts selon le Coran?
  20. Quel secret pouvons-nous expliquer aux musulmans en accord avec l’idée islamique que Christ pouvait accomplir ses miracles avec l’aide de l’Esprit de la part d’Allah?
  21. Comment ‘Isa apparaît-il dans le Coran pour être omniscient? Comment pouvons-nous utiliser le secret de l’omniscience de Jésus dans nos conversations avec les musulmans?
  22. Comment Al-Suyuti pouvait-t-il commenter le Coran lorsqu’il utilisait une tradition (Hadith) au sujet de Jésus pour expliquer son omnipotence?
  23. Qu’est-ce qui vous semble le plus important dans l’histoire coranique au sujet de la table du ciel pour ceux qui suivent ‘Isa?
  24. Pourquoi Jésus avait-t-il prié «Allahumma» et non pas «Oh Allah»?
  25. Comment Muhammad avait-il confirmé que Jésus avait le droit de faire la médiation entre ceux qui le suivent et Allah? Pourquoi le Tout-Puissant avait-t-il immédiatement répondu à l’intercession du fils de Marie?
  26. Pourquoi Christ pouvait-il changer la loi inspirée de Moïse? Comment pouvait-il «permettre» à ceux qui le suivent ce qui était interdit par Dieu? Selon le Coran, Christ avait-il seulement l’autorité exécutive ou aussi législative?
  27. Pourquoi dans le Coran Christ parle-t-il souvent au sujet de la crainte d'Allah et pratiquement jamais de l’amour de Dieu?
  28. Dans le Coran, que signifie le commandement catégorique de Christ «Obéis-moi!» Pour tous les musulmans?
  29. Comment Muhammad pouvait-il par jeu de mots essayer de démunir Christ de son autorité et faire de lui un croyant musulman digne de ce nom?
  30. Quels différents titres et noms Muhammad pouvait-il inventer pour décrire les différentes étapes dans la maturité des disciples de Christ? Pourquoi les appela-t-il des musulmans?
  31. Quels attributs uniques Muhammad utilisait-il pour caractériser les gens qui suivent Christ? D’où connaît-il ces attributs?
  32. Pourquoi la transformation des pécheurs égoïstes en des serviteurs paisibles du Seigneur est-elle le plus grand de tous les miracles de Christ?
  33. Pourquoi dans le Coran, ‘Isa est-t-il le seul Ayatollah mâle désigné par Dieu dans l’histoire? Que signifie ce titre et quel est le titre équivalent à Christ que nous pouvons trouver dans les Evangiles?
  34. Comment Muhammad expliquait et approfondissait-il le titre Ayatollah pour Christ? Qu’est-ce que cela signifie dans l’Islam que Christ est la miséricorde qu’incarne Allah?
  35. Quels dix titres et attributs de Christ découlent des récits des miracles de Christ dans le Coran?
  36. Pourquoi Muhammad pouvait-il dépeindre l’image extrêmement positive de Christ pour la délégation chrétienne qui l’avait visité?
  37. Comment pouvons-nous utiliser les miracles de Christ dans le Coran comme un pont vers le véritable Evangile? Qu’est-ce qui est indispensable pour atteindre ce but dans vos services pratiques parmi les musulmans?

Si vous répondez correctement à 30 de ces questions, nous vous enverrons une autre brochure gratuitement. Nous attendons vos réponses.

GRACE ET VERITE (Grace and Truth),
Boîte Postale 1806,
70708 Fellbach,
Allemagne

Ou par e-mail à:
info@grace-and-truth.net

Nos sites dans l’Internet:
Internet: www.grace-and-truth.net
Internet: www.grace-and-truth.org

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 20, 2012, at 12:02 PM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)