Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 01. Conversation -- 6 Unity of the Trinity

This page in: -- Arabic? -- Chinese -- English -- FRENCH -- German? -- Hausa -- Indonesian -- Russian

Previous booklet -- Next booklet

01. Dialogue avec Les Musulmans à Propos de Christ

6 - Comment Expliquer a un Musulman Le Mystère de L'Unité de La Sainte Trinité



6.01 -- Comment Expliquer a un Musulman Le Mystère de L'Unité de La Sainte Trinité

Celui qui entre en dialogue avec des musulmans se rend vite compte que notre foi en Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit est considérée par eux comme un péché irrémissible. La confession de foi islamique insiste: Il n’y a pas de Dieu en-dehors d’Allah. Celui qui attribue au Créateur un Fils ou qui lui juxtapose un Esprit divin est considéré comme ennemi d’Allah et de ses anges. (Sourates al-Baqara 2:97-98; al-Mâ’ida 5:73).

6.02 -- Le rejet de la sainte Trinité dans l’Islam

Le rejet de la Trinité dans l’Islam revêt plusieurs aspects, briévement esquissés ici comme information de base en vue du dialogue avec les musulmans. Les premiers nombres sont ceux des sourates, les suivants ceux des versets coraniques.

Muhammad ordonna aux chrétiens: „Ne dites pas: Trois; cessez de le faire; ce sera mieux pour vous“ (Sourate al-Nisâ’ 4:171). „Marie n’a pas enfanté le Fils de Dieu“ (Sourate al-Mâ’ida 5:116). „Personne n’a le droit de considérer un autre homme comme son Seigneur“ (Sourates Âl ‘Imrân 3:64; al-Tawba 9:31). „Si le Christ avait revendiqué pour lui la divinité ou si Marie se l’était attribuée, cela eût été, pour le Créateur, une vétille de les anéantir“ (Sourate al-Mâ’ida 5:17).

6.03 -- Le rejet de la divinité de Jésus-Christ

La filialité divine de Jésus-Christ est réfutée sévèrement en 17 endroits du Coran (Sourate al-Tawba 9:30, entre autres). ‘Isa est seulement appelé le fils de Marie, mais jamais le Fils de Dieu. Il est regardé comme un être créé comme Adam (Sourate Âl ‘Imrân 3:59). Allah aurait dit: Soit! Et il vint à l’existence (Sourates al-Baqara 2:117; Âl ‘Imrân 3:47, 59; Maryam 19:35). Mais là, nous découvrons une grave incohérence dans le Coran. En effet, celui-ci déclare par ailleurs, deux fois, très clairement: Nous lui avons insufflé (à Marie) de notre Esprit (Sourates al-Anbiyâ’ 21:91; al-Tahrîm 66:12). C’est par ce moyen que Jésus pris naissance en Marie. L’Islam croit en la naissance virginale de Christ; mais contrairement aux affirmations de la confession de foi de Nicée, Jésus aurait été créé et non engendré par Allah, ni émané de lui.

Le Coran qualifie le Christ d’esclave d’Allah (Sourates Maryam 19:30; al-Zukhruf 43:59), d’envoyé d’Allah (Sourates al-Baqara 2:87; Âl ‘Imrân 3:49; al-Nisâ’ 4:157,171; al-Mâ’ida 5:75; al-An'am 6:61) et de prophète d’Allah (Sourate Maryam 19:30). Il se serait soumis à Allah (Sourates al-Mâ’ida 5:52,117; al-Tawba 9:31); il aurait adressé ses prières à Elohim (Allahumma; Sourate al-Mâ’ida 5:114); il aurait reconnu qu’Allah était son Seigneur de qui il recevait des ordres (Sourates Âl ‘Imrân 3:51; al-Mâ’ida 5:72,114,117; Maryam 19:36; al-Shûra 42:13; al-Zukhruf 43:64).

Dans le Coran, dans environ 50 passages, Jésus est dépouillé de sa divinité, de sorte que l’avertissement de l’apôtre Jean (1 Jean 2:23-25; 4:1-5) vise également l’Islam.

6.04 -- Le rejet de la divinité du Saint-Esprit

Le Coran dénigre non seulement le Seigneur Jésus-Christ, mais aussi le Saint-Esprit qu’il considère comme un être créé et non pas comme Dieu. Cependant, Allah parle de „mon“ esprit (Sourates Sâd 38:72; al-'Ankabut 29:15) ou de „notre“ esprit (Sourates Maryam 19:17; al-Anbiyâ’ 21:91; al-Tahrîm 66:12). Mais celui-ci est toujours décrit comme un être créé. L’Islam ne peut concevoir l’existence d’un Esprit divin doué de personnalité, puisque Allah est toujours un et ni deux ou trois.

Les traditions islamiques s’accordent à voir dans Djibril (l’ange Gabriel): l’Esprit d’Allah (Sourates al-Baqara 2:97-98; al-Tahrîm 66:4) qui transmit les révélations d’Allah à Zacharie, à Marie, à Jésus et à Muhammad. Il est appelé „Esprit de Sainteté“ lequel aurait accordé à Jésus le pouvoir d’accomplir ses miracles (Sourates al-Baqara 2:253; al-Mâ’ida 5:110; al-Nahl 16:193). Néanmoins, malgré son rôle important, l’esprit reste esclave d’Allah, sous son autorité, accomplissant fidèlement la mission confiée par Allah (Sourates al-Isrâ’ 17:85; al-Shu’arâ’ 26:193; al-Shûra 42:52; al-Qadr 97:4). Les musulmans honorent beaucoup le Saint-Esprit, mais sans le connaître réellement.

6.05 -- Que manque-t-il à l’Islam?

Cette introduction permet à celui qui se livre à une réflexion spirituelle, de comprendre quelques principes de base utiles au dialogue avec des Musulmans: l’Islam ne connaît ni Père, ni Fils, ni Saint-Esprit (Sourate al-Ikhlas 112:1-4).

Il n’y a pas de refuge auprès d’un Père divin affectueux, pas de contact personnel avec le Tout-Puissant, pas de certitude quant au pardon des péchés, pas de possibilité de connaître la Sainte Trinité (1 Corinthiens 12:3; Romains 8:8-10,15-16, etc.), pas de fruits de l’Esprit (Galates 6:16-26), pas de réel espoir quant à la vie éternelle (Jean 11:25-26; 1 Pierre 1:3; Apocalypse 1:17-18). Là où l’on nie l’existence du Saint-Esprit, il manque aussi une authentique intelligence spirituelle, ainsi qu’une authentique vie chrétienne.

Aussi, dans nos efforts à expliquer l’Evangile aux musulmans, une intercession instante doit accompagner nos entretiens, afin que Jésus en prépare certains par son Esprit et leur accorde la grâce d’entendre sa parole, de la comprendre et de la recevoir. Personne ne peut expliquer à un musulman le mystère de la Trinité, si ce n’est le Saint-Esprit qui crée chez les uns et les autres une soif de connaître le vrai Dieu et une disponibilité à écouter. C’est aussi lui qui leur accorde la lumière spirituelle qui traverse les ténèbres des cœurs.

Celui qui veut évangéliser les musulmans ne doit pas se laisser rebuter par leur opposition, ni par l’esprit antichrétien qui essaye de nous contrer. La grâce de Jésus-Christ est plus puissante que le lien collectif qui enchaîne les musulmans dans leur Islam.

Celui qui cherche des arguments éprouvés par la pratique pour expliquer la Trinité à des musulmans trouvera ci-après cinq points de départ pour le dialogue.

6.06 -- Le témoignage de l’Ancien Testament sur la Trinité

Dans la Torah (le Pentateuque) et les prophètes se trouvent maintes indications selon lesquelles le Dieu unique est un en trois (c’est-à-dire: Dieu est une tri-unité). Le témoignage de l’Ancien Testament est surtout important pour des musulmans intéressés parce qu’il leur montre que la Trinité n’est pas une invention des chrétiens, mais qu’elle représente la façon d’être, l’essence du Dieu éternel.

Les premiers versets de la Bible attestent déjà la sainte Trinité:

„Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, mais l'Esprit de Dieu planait (ou couvait) au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut“ (Genèse 1:1-3).

Dès l’ouverture, la Bible nous parle de Dieu, de son Esprit et de sa Parole. L’évangéliste Jean déclare que Dieu a créé l’univers par sa parole incarnée, Jésus (Jean 1:1-14).

Les premières paroles de la Bible nous encouragent aussi à prier Dieu afin que son Esprit prépare les cœurs et les pensées de personnes isolées, de clans, de villages, de villes et de pays musulmans entiers, et qu’il puisse dire: „Que la lumière soit !“ Et il sera lumière.

En Genèse 1:26, Dieu dit: „Faisons l'homme à notre image selon notre ressemblance!“

Dieu (Elohim) utilise le pronom pluriel (nous), ce qui sous-entend la possibilité d’une pluralité de personnes en Dieu. Les juifs et les musulmans, cependant, désignent cette forme comme un pluriel de majesté. Muhammad, lors d’un entretien avec une délégation chrétienne venue du Wadi Nadjran (Yémen du Nord), avait été profondément impressionné par ce verset, à telle enseigne que souvent, dans le Coran, il a aussi utilisé le pronom ‘nous’» pour Allah.

Elohim, le mot hébreux pour désigner Dieu est au pluriel. „El“ signifie force, puissance, pouvoir (Matthieu 26:64) et le suffixe „him“ est le suffixe marquant le pluriel. Ainsi, „Elohim“ se comprend comme une force plurielle. Le mot Allah peut se comprendre comme „al-el-hu“, c’est-à-dire: „Il est la force (lui, l’unique)“. Le Dieu de la Bible par contre se révèle comme le Dieu unique dans la pluralité. Muhammad a arabisé le mot Elohim en Allahumma, que l’on trouve dans le Coran en des endroits importants (Sourates Âl ‘Imrân 3:26; al-Mâ’ida 5:114; al-Anfâl 8:32; Yunis 10:10; al-Zumar 39:46). L’invocation d’Allahumma apparaît dans le Coran comme la clé pour l’exaucement des prières.

En Genèse 18:1-3, nous apprenons qu’Abraham eut la visite de trois personnages. Mais il s’adressa à eux en leur disant: „Mon Seigneur“, au singulier.

En Nombres 6:24-27 se trouve la bénédiction aaronique où le Dieu bénisseur est invoqué trois fois comme Seigneur. Beaucoup de communautés y reconnaissent l’invocation du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Mais la triple bénédiction reçue est la bénédiction du Dieu un.

Le Psaume 2:1-4 décrit la révolte des hommes contre le Seigneur et son oint (= son messie). Le Tout-Puissant s’en moque et dit cette parole: „Tu es mon Fils. Aujourd’hui je t’ai engendré“ (Psaume 2:7). Cette révélation nous parvint déjà 1000 ans avant la naissance du Christ. Elle signifie l’émanation spirituelle du Fils de toute éternité. Cet engendrement spirituel ne peut être considérée comme un engendrement biologique en Marie, car Jésus existait longtemps avant sa naissance biologique. Il est Dieu éternel issu du Dieu éternel.

Esaïe 9:5 est un exemple rayonnant de l'unité de la trinité: „Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.“

Ce verset nous montre que le fils promis est non seulement un Admirable Conseiller, Dieu puissant, mais encore qu’en lui, le Père éternel est devenu homme (Jean 1:14; Philippiens 2:6-7). Où, d’autre, un père peut-il s’identifier avec un nouveau-né? Cette prophétie a été faite 700 ans avant la naissance du Christ.

Au Psaume 45:7-8, il est question d’une onction d’huile de joie pratiquée par Dieu sur Dieu! Le Père a oint son Fils du Saint-Esprit. Chacun de ces trois est „vrai Dieu de vrai Dieu“ en une unité parfaite (Hébreux 1:9).

Esaïe 6:3 nous décrit la triple invocation des séraphins: „Saint, saint, saint“. Le Père est saint, le Fils est saint, l’Esprit est saint! Ces trois sont un, car sa gloire remplit toute la terre.

Psaume 110:1 résonne majestueusement à travers tous les temps et toute l’éternité: „Parole de l’Eternel à mon Seigneur: Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied“.

Pour l’Eglise primitive, ce texte parlait de l’Ascension de Jésus et de son intronisation céleste (Matthieu 26:64; Actes 2:25,34; 1 Corinthiens 15:25; Philippiens 2:8-9; Hébreux 10:12-13). Le Fils s’est assis avec le Père sur le trône de ce dernier (Apocalypse 3:21). Les deux régissent l’univers en une parfaite unité. Le Père déposera aux pieds de son Fils, lors de la rédemption complète, tous ses ennemis. Cette affirmation englobe aussi toutes les puissances antichrétiennes.

Celui qui engage un dialogue pastoral avec un musulman, devrait lui montrer les prophéties de l’Ancien Testament quant à la venue du Messie et les déclarations concernant son unité avec son Père. Car l’accomplissement des prophéties bibliques constitue, pour tout musulman honnête un argument contraignant. Quand Allah dit quelque chose dans le Coran, cela s’accomplit immédiatement. S’il fait une promesse, elle s’accomplira sans défaut. Dans ce sens, les 333 prophéties de l’Ancien Testament, qui trouvent leur accomplissement dans le Nouveau Testament, constituent pour bien des musulmans, un jalon vers la compréhension de la Trinité. Aussi faut-il faire lire les prophéties de l’Ancien Testament et leur accomplissement dans le Nouveau Testament en même temps. Les Bibles à parallèles permettent de trouver aisément ces textes.

6.07 -- Le témoignage du Nouveau Testament sur l'Unité de la sainte Trinité

Les Evangiles, les épîtres, ainsi que l’Apocalypse témoignent du début à la fin de l’unité entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Celui qui rencontre des musulmans qui sont prêts à lire des passages du Nouveau Testament, devrait d’abord mettre l’accent sur l’unité de Dieu dans la tri-unité. Les Sémites comprennent Dieu comme „un unique“. Quelques chrétiens conçoivent la divinité plutôt comme un trio. Ces derniers devraient se tourner vers les Sémites et apprendre d’eux à souligner l’unité de la trinité.

Matthieu 1:23 „Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu-avec-nous“.

Emmanuel est un des 250 noms de Jésus dans la Bible. Il est vrai Dieu et en même temps vrai homme. En lui Dieu est avec nous.

'Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: „Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.“ (Matthieu 3:16-17)

Les récits du baptême de Jésus (Matthieu 3:16-17; Marc 1:9-11; Luc 3:21-22; Jean 1:31-34; 5:37-38) constituent, pour un musulman, des textes remarquables puisqu’il y est question d’une voix s’exprimant du ciel, ce que le musulman comprend comme une communication directe de Dieu. Personne ne peut empêcher le Tout-Puissant de s’exprimer. Personne ne peut lui interdire de prononcer ces paroles: „Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection“. Le Saint-Esprit descendit sur celui qui est né par l’Esprit, en vue de l’équiper pour son ministère. Malgré l’opposition de Jean Baptiste, Jésus se fit baptiser dans le Jourdain. Jésus était sans péchés et n’avait pas besoin de se faire baptiser. Mais il a pris nos péchés sur lui dès le début de son ministère.

  • C’est pourquoi Jean Baptiste proclama: „Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde“ (Jean 1:29).
  • C’est également pourquoi, le Saint-Esprit descendit sur lui sous la forme d’une colombe.
  • C’est aussi pourquoi le Père déclara: „Celui-ci est mon fils bien-aimé“.

Le baptême de Jésus-Christ est un texte essentiel pour la compréhension de la Trinité. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ont coopéré pour le salut des hommes dès le début de la ministère de Jésus.

Matthieu 12:18 parle du serviteur du Seigneur, son serviteur choisi et bien-aimé, sur qui viendra son Esprit, afin d’annoncer la justice aux nations. C’est l’accomplissement de la prophétie d’Esaïe 11:1-5, qui montre que Dieu le Seigneur, son Serviteur et son Esprit constituent en la personne de Jésus une parfaite unité.

Luc 4:18-19a: L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur.

Dans Luc 4:18 Jésus s'introduit lui-même à Nazareth en disant: „L’Esprit du Seigneur est sur moi ! ...“. Cette courte formule représente la Trinité où Dieu, son Esprit et Jésus sont parfaitement un. Jésus clarifie ce mystère en ajoutant: „parce qu’il m’a oint“ (Christ signifie: le Messie, c’est-à-dire l’oint).

Quel était le but de cette onction? „Annoncer une bonne nouvelle aux pauvres et guérir ceux qui ont le cœur brisé“. Celui qui, en tant que chrétien, a reçu cette onction néotestamentaire, peut et doit répéter la déclaration de Jésus (2 Corinthiens 1:21; 1 Jean 2:20,27), car n’est chrétien que celui qui a reçu cette même onction, c’est-à-dire qui a été baptisé du Saint-Esprit. L’Esprit du Seigneur est sur lui et le pousse à accomplir sa vocation (Esaïe 61:1-2; Romains 8:10-16).

Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde (Matthieu 28:18-20).

Cet ordre de mission du Christ nous engage à baptiser les intéressés et les assoiffés de vérité au nom (singulier ! ) du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pourquoi, dans cette injonction, n’est-il pas demandé de baptiser aux noms (au pluriel)? Parce que les trois sont un (tri-unité) et que le nom de notre Dieu est: „Père, Fils et Esprit Saint“.

Dans Jean 10:30 se trouve le témoignage éclairant du Bon berger qui déclara: „Moi et le Père nous sommes ... deux?“ Que non ! Mais: „Le Père et moi nous sommes un“. Pourquoi parler de „deux“ là où Jésus parle de „un“? Cette conviction peut concilier l’évangéliste avec la pensée des musulmans et des juifs. Le Père et le Fils sont un et non deux ! Nous devons modifier notre façon de penser trop pragmatique et trop technique et apprendre à raisonner de façon spirituelle et orientale.

En Jean 14:9-11, Jésus donne sur lui-même un témoignage de première importance: „Celui qui m’a vu, a vu le Père“. Jésus proclame par ces paroles sa parfaite unité avec le Père, dans son aspect et son apparence, en accomplissement de Genèse 1:27. Puis Jésus ajoute que les paroles qu’il prononce ne sont pas les siennes, mais celles du Père qui demeure en lui et que c’est le Père qui accomplit ses œuvres par lui. Jésus est dans le Père et le Père est en lui. Cela implique leur unité essentielle et spirituelle.

En Jean 14:23, Jésus dit: „Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous ferons notre demeure chez lui“. Jésus parle ici de l’intrusion du Saint-Esprit, qui est l’Esprit du Père et l’Esprit du Fils.

Dans les promesses de Jésus concernant la venue de l’Esprit consolateur (le paraclet, Jean 14:26; 15:26; 16:13-15) se trouvent dix indications concernant l’unité et la collaboration du Père et du Fils par le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit ne se glorifie pas lui-même, ni les charismatiques qu’il a dotés de ses dons, mais il glorifie seulement Jésus; de même, Jésus ne s’est jamais mis en avant, mais il a constamment glorifié son Père. Notre Dieu est un Dieu doux et humble (Matthieu 11:28-30). C’est la raison pour laquelle il n’y a nul risque d’ insurrection au sein de la Trinité, car nul ne se privilégie lui-même et chacun honore l’autre. C’est pourquoi le Père a remis au Fils tout pouvoir dans le ciel et sur la terre; de la même manière, Jésus a donné au Saint-Esprit les pleins pouvoirs en vue d’édifier son église. L’humilité de l’amour divin est un des secrets de l’unité dans la trinité. Nous ne pouvons comprendre Dieu que si nous le laissons changer notre caractère en nous rendant doux et humble, comme il l'est. Cela contrarie l'orgueil d'Allah (voir Sourate al-Hashr 59:23, où Allah est nommé al-mutakabbir, ce qui signifie littéralement l'orgueilleux).

Dans sa prière dite sacerdotale de Jean 17:21-23, Jésus demande à son Père pour ses disciples „qu’ils soient un comme nous sommes un... moi en eux et toi en moi... afin qu’ils soient parfaitement un“.

Dans cette prière-dialogue au sein de la trinité, Jésus en souligne la caractéristique: „Nous sommes un“. Cette certitude nous sépare des juifs et des musulmans. L’unité du Père et du Fils dans le Saint-Esprit est le noyau de notre foi. Cette unité ne doit pas demeurer une simple idée rationnelle que nous devons chercher à comprendre, mais elle doit agir à la façon d’un aimant qui cherche à nous y faire participer.

Le Nouveau Testament est rempli d’assertions concernant le mystère de la Trinité. Celui qui veut rechercher, comprendre et expliquer devrait considérer entre autres les passages suivants: Jean 17:1-3; 20:21-23; Actes 1:4-5; 2:32-36; 1 Corinthiens 2:10ss; 2 Corinthiens 5:19; 13:14; Galates 4:4-5. Nous ne devrions pas lire ces indications sur l’unité entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, avec un esprit cartésien et critique, mais en priant, dans l’action de grâce et l’adoration. Alors l’Esprit de Jésus peut nous introduire dans le mystère de la Sainte Trinité. Alors nous n’exprimerons plus une doctrine, mais une expérience.

6.08 -- Eléments de sources profanes laissant apparaître des structures tri-unitaires

Les investigations concernant la Trinité dépassent l’entendement humain. La compréhension de la Trinité ne peut être appréhendée que spirituellement. Mais beaucoup de musulmans ne peuvent raisonner spirituellement, puisqu’il n’y a pas, chez eux, de Saint-Esprit. Pour ceux qui n’avaient pas voulu comprendre, Jésus a parlé en paraboles. De même, celui qui veut expliquer la Trinité à un musulman qui n’est pas prêt à recevoir le témoignage de la Bible, peut utiliser de nombreuses comparaisons de la vie courante.

Le soleil est une boule de feu de 1,5 millions de kilomètres de diamètre. Certains de ses rayons atteignent la terre, malgré les 150 millions de kilomètres de distance et apportent lumière, chaleur. Les trois éléments: boule de feu, lumière et chaleur constituent une unité inséparable.

L’eau peut se rencontrer, comme d’autres éléments, sous trois états: état liquide, solide et gazeux. Ces trois états font partie de la même matière.

Un chambre a obligatoirement trois dimensions: une longueur, une largeur et une hauteur.

L’homme est constitué d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Il est une unité pneumato-psycho-somatique.

Une famille normale est constituée d’un père, d’une mère et d’enfants. Ces trois catégories de personnes forment une unité familiale.

L’œil est essentiellement constitué du globe oculaire, d’un système optique et de la rétine. Ces trois constituants ne forment qu’un oeil.

L’œuf est constitué d’une coquille, du blanc et du jaune d’oeuf. C’est seulement dans cet ensemble que peut naître la vie.

La lumière blanche peut être décomposée par un prisme en spectre lumineux, encadré par l’infrarouge et l’ultraviolet.

Un triangle comporte trois angles et trois côtés et reste néanmoins une figure géométrique unique.

Les mathématiques confirment l’idée de tri-unité. Qui additionne 1+1+1 obtient trois; mais celui qui multiplie 1x1x1 n’obtient que un. Celui qui considère le Père et le Fils et le Saint-Esprit en les juxtaposant trouve trois personnes séparées. Celui qui considère le Père, le Fils et le Saint-Esprit en les intégrant l’un dans l’autre ne trouve plus qu’un être.

La pâte est constituée de farine, d’eau et de sel. Ces éléments juxtaposés ne sont de loin pas encore du pain. Ils ne le deviennent qu’après mélange, malaxage et chauffage. De la même façon, dans la trinité, aucune personne ne veut exister indépendamment mais elles vivent l’une dans l’autre et avec l’autre en une parfaite unité.

Un mélange d’eau, de sel et de sucre constitue une seule solution. On peut dire indifféremment que le sel est dans la solution sucrée ou que le sucre est dans la solution salée (Jean 14:10-11). L’eau peut être appelée le solvant tout court, ou bien le solvant du sel, ou bien le solvant du sucre. Le Saint-Esprit est quelquefois appelé simplement l’Esprit (Romains 8:14, etc.) ou bien l’Esprit de Dieu ou du Seigneur (Romains 8:9; Actes 8:39) ou encore l’Esprit de Jésus ou du Christ (Actes 16:7; Romains 8:9). Si quelqu’un absorbe cette solution, on peut dire que l’eau est en lui, que le solvant du sel est en lui, que le solvant du sucre est en lui, que le sel est en lui, que le sucre est en lui, que le sel et le sucre sont en lui. De même l’Ecriture dit que l’Esprit (Jean 7:39), le Saint-Esprit (Jean 14:17; 1 Corinthiens 6:19; 2 Timothée 1:14), l’Esprit de Dieu (Romains 8:9) ou l’Esprit du Christ (1 Pierre 1:11) habite en nous ou que le Christ habite (Romains 8:9b; Ephésiens 2:17) en nous ou que c’est le Père et le Fils (Jean 14:23) qui habitent en nous.

Toutes ces comparaisons prises dans la vie courante ne sont pas des preuves! On ne peut pas démontrer l’objet de la foi. Si la foi était du ressort de la démonstration, ce ne serait plus une foi. C’est pourquoi les exemples précédents ne sont que des indications qui guident le croyant vers les profondeurs de la foi.

Les exemples précédents ont ceci de commun de montrer que plusieurs éléments peuvent s’unifier en un ordre de nature supérieure. Certaines langues et cultures primitives n’ont pas une façon de penser dialectique. Mais le Saint-Esprit produit en nous un renouvellement de l’intelligence et une nouvelle façon de penser qui apparaît à l’homme naturel comme une folie ou de l’illogisme.

Nous croyons que Jésus siège au ciel avec son Père sur son trône, mais qu’en même temps il habite dans nos cœur. Pour beaucoup de musulmans cela est inconcevable: Ou bien il est au ciel, ou bien dans les cœurs, mais pas les deux à la fois!

Nous reconnaissons que nous sommes des pécheurs justifiés par grâce. Un musulman pourra objecter: ou bien tu es un pécheur, ou bien tu es justifié, mais tu ne peux pas être un pécheur justifié!

Le Saint-Esprit enseigne aux disciples du Christ une logique spirituelle, qu’un musulman ne saisit pas sans autre. Le raisonnement d’un homme du monde diffère le plus souvent totalement de la logique spirituelle. C’est pourquoi, il nous faut beaucoup de patience lors de nos entretiens de témoignage. Nous aussi, autrefois, considérions ces choses comme étranges et irréelles. C’est pourquoi la prière d’intercession - demandant pour les musulmans entendement et illumination - est aussi importante que l’entretien lui-même.

6.09 -- Allusions trinitaires dans le Coran

Beaucoup de musulmans ne sont pas prêts, aujourd’hui, à souscrire à l’enseignement de la Bible, parce qu’ils pensent que la Bible a été falsifiée. Les réponses tirées de la logique et de la science n’intéressent que les lycéens et les étudiants. Un nombre croissant de musulmans exige des réponses tirées uniquement du Coran et de la tradition islamique. C’est pour de tels fondamentalistes qu’il nous faut chercher dans le Coran des indications sur la trinité.

Pour entamer un dialogue, on peut utiliser des citations coraniques, puisque 60 pour cent du Coran sont constitués par des textes vétéro-testamentaires, qui avaient été transmis oralement à partir de la Mishna et du Talmud. Environ 8 pour cent du Coran sont constitués par des récits transmis oralement provenant des évangiles, mais aussi des légendes extravagantes véhiculées par certaines sectes. Nous avons donc le droit d’extraire du Coran les témoignages arabisés et islamisés des juifs et des chrétiens qui proviennent de nos sources, mais en les revêtant à nouveau de leur signification biblique. De plus, de nombreux concepts et versets coraniques connaissent, en arabe, plusieurs lectures et permettent différentes interprétations.

Par rapport à la Trinité, on trouve dans le Coran cinq séries de versets, qui cautionnent la réalité du Dieu tri-unitaire.

La conception du Christ en Marie
Les Sourates al-Anbiyâ’ 21, verset 91 et al-Tahrîm 66, verset 12 rapportent une parole d’Allah: „Nous lui avons insufflé de notre Esprit“! C’est ainsi que le Christ a été conçu en Marie. Allah utilise le pronom „nous“, ce qui est une allusion à une pluralité. Allah dit littéralement: „Nous avons soufflé hors de nous, en elle, de notre Esprit“. Allah n’a donc pas insufflé en Marie l’ange Gabriel, et ce n’est pas non plus l’ange Gabriel qui a insufflé son propre esprit en Marie. Au contraire, il est écrit ici qu’Allah a insufflé son propre Esprit en elle. Un des deux versets dit qu’Allah a insufflé son Esprit en Marie, l’autre dit qu’il l’a insufflé en ses entrailles!

Ces versets coraniques invalident l’affirmation des musulmans d’une conception biologique. Ici il est question de la conception du Christ par l’Esprit d’Allah. Tous les trois: Dieu, son Esprit et le Christ apparaissent parfaitement un.

Les commentateurs musulmans s’efforcent de transcoder ce texte crucial en affirmant que Isa aurait été créé par l’Esprit de Dieu et sa parole en Marie. Mais cela ne figure pas dans ces versets! La distorsion des commentaires n’a qu’un but, celui de nier la divinité du Christ.

L’assistance de l’Esprit d’Allah accordée au Christ
On trouve dans le Coran trois versets qui disent qu’Allah a fortifié le Christ par l’Esprit de Sainteté, pour lui permettre d’accomplir ses miracles extraordinaires. Ainsi, Jésus aurait ouvert les yeux des aveugles, guéri des lépreux et ressuscité des morts. (Sourate al-Mâ’ida 5:110). Le Coran rapporte au total dix miracles que le Christ n’aurait pas accompli de lui-même, mais seulement grâce à l’Esprit qu’Allah lui envoya. Mais ne voit-on pas qu’ici Allah, son Esprit et le Christ opèrent ensemble en une efficace unanimité?

Les commentateurs musulmans diront: Le Christ n’était pas en mesure, de lui-même, d’opérer le moindre des miracles; c’est pourquoi Allah lui envoya Djibril (Gabriel) pour le fortifier et lui permettre d’opérer des miracles. Ces commentateurs ne comprennent pas l’humilité de Jésus qui a dit: „Le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père“ (Jean 5:19-23). Mais si nous demandons à un musulman, qui est capable de ressusciter des morts, il aura cette réponse: „Allah seul!“ Et si on lui réplique: „Veux-tu dire par là que le Christ est Allah?“, il obtient une dénégation véhémente! Mais le fait demeure qu’Allah, son Esprit et le Christ constituent une unité de coopération.

Le Christ, l’authentique Ayatollah
Un verset du Coran concernant la nativité du Christ contient une annonce toute particulière d’Allah: «Nous ferons de lui un signe pour les hommes; et une miséricorde (une grâce) venue de nous» (Sourate Maryam 19:21). Le mot arabe pour „signe“ est ayatan, et réuni à Allah, cela donne Ayatollah, un signe, un miracle d’Allah. Le Christ est l’Ayatollah masculin qu’Allah lui-même a établi pour tous les hommes. En lui, s’accomplissent les paroles de Genèse 1:27 et Jean 14:9.

Allah dit de plus que le Christ serait „une miséricorde (une grâce) [rahmatan]», venue de „nous“. Il utilise ici le pluriel (nous). Cela incite les musulmans, ceux d’Afrique à réfléchir. Car chaque sourate, à l’exception d’une seule, commence ainsi: „Bismi llahi al-rahmâni al-rahîmi“ (Au nom de Dieu, celui qui fait miséricorde, le miséricordieux. Des musulmans avides de vérité disent: La source de la miséricorde est Dieu le Père (al-Rahmanu), le véhicule de la miséricorde est le Saint-Esprit (al-Rahimu), la miséricorde elle-même est Jésus-Christ (al-Rahmatu). Les trois portent en eux la même substance.

Pour écarter préventivement cette interprétation, Muhammad se fit, lui aussi, appeler „une miséricorde“: „Nous t’avons seulement envoyé comme une miséricorde pour les mondes“ (Sourate al-Anbiyâ’ 21:107). Mais où se situe la miséricorde ou la grâce d’Allah dans la vie de Muhammad? Il apporta une nouvelle loi, la Charia, comme fondement de sa nation religieuse. La loi d’Allah cependant ne sauve aucun musulman, mais elle juge ceux qui voudraient être justifiés par elle. Par contre, les miracles de Jésus-Christ étaient des preuves de la miséricorde de Dieu: il a guéri, il a ressuscité, il a apporté la paix. C’est là que se manifeste la vraie miséricorde du miséricordieux compatissant.

Le Christ, une parole d’Allah et un Esprit émanant de lui
Muhammad utilise plusieurs fois une expression qui s’apparente à la déclaration de l’évangéliste Jean qui dit que le Christ est la Parole incarnée de Dieu (Sourates Âl ‘Imrân 3:39,45; al-Nisâ’ 4:171; Maryam 19:34). Par là même, Muhammad reconnaît l’autorité du Christ comme l’expression de la toute-puissance de la Parole de Dieu. Le Christ n’a pas seulement prononcé la Parole de Dieu, mais il est la Parole de Dieu en personne. C’est pourquoi il demeura sans péché, même selon le Coran, car entre ses paroles et ses actes il n’y avait aucune divergence. En lui, la volonté d’Allah et son Esprit se sont concrétisés.

Le Coran déclare plusieurs fois que le Christ n’est pas un homme conçu de façon normale, mais un homme conçu par un Esprit d’Allah; à sa mort, il retourna vers sa source, Allah (Sourates Âl ‘Imrân 3:55; al-Nisâ’ 4:158,171; al-Anbiyâ’ 21:91; al-Tahrîm 66:12). Grâce à ces concepts-là, l’Islam est proche de la conception chrétienne de la Trinité. Malheureusement, les commentateurs musulmans atténuent ces affirmations coraniques et qualifient le Christ de Parole créée et d’Esprit créé par Allah, bien que cela ne figure pas dans le Coran.

Un dialogue dans la Trinité Coranique
Dans le Coran se trouvent plusieurs déclarations qui concerne la nature absolument exceptionnelle du Christ. Seul lui, le fils de Marie, a été élevé à la gloire, au ciel, après sa mort. Le Christ vit présentement auprès d’Allah.

Dans un dialogue rapporté par la Sourate al-Mâ’ida 5, versets 116 à 117, Allah interroge Jésus pour savoir si c’est lui qui avait demandé aux hommes de le prendre lui et sa mère comme deux divinités près d’Allah. Le Christ répond négativement à cette question. Mais du temps de Muhammad, une secte issue du christianisme, enseignait, dans la péninsule arabique une telle fausse trinité formée de Dieu, de Marie et du Christ. Mais aucune église n’approuva cette hérésie. Cependant, Muhammad adopta cette image caricaturale de la Trinité. Et depuis, les musulmans pensent que les chrétiens croient qu’Allah aurait eu des relations avec Marie et qu’il aurait ainsi eu un enfant. Ils réfutent, avec raison, un tel blasphème. Nous leur certifions que sur ce point Muhammad avait raison! Une telle trinité n’existe pas! En approuvant sur ce point Muhammad, bien des reproches contre le christianisme deviennent caduques. Nous ne croyons pas en une trinité biologique, mais en une trinité spirituelle, constituée de Dieu, de son Esprit et de sa Parole (Jean 1:1-14).

Au cours des dialogues coraniques entre Allah et le Christ apparaissent, à côté d’aberrations anti-christiques, également des paroles stupéfiantes. D’une part, les apôtres sont qualifiés à la fois d’ „auxiliaires“ de Jésus et d’Allah. (Sourates Âl ‘Imrân 3:52; al-Saff 61:14). D’autre part, Allah, après l’ascension céleste du Christ, remplit auprès des apôtres le même office de „témoin“ que le Christ avait rempli auprès d’eux avant son ascension. Allah et le Christ remplissent la même fonction, ce qui les identifie et qui plaide en faveur de la divinité du Christ dans le Coran même.

Il est cependant clair que nous ne pouvons pas évangéliser au moyen du Coran. Car il n’y a pas de salut dans le Livre des Musulmans. Nous ne croyons pas en l’inspiration divine du Coran. Nous reconnaissons cependant qu’il y a, dans le Coran, des bribes d’enseignement chrétien; nous prenons ces fragments, nous les épurons, et telles des pièces d’un puzzle, nous les remettons à nouveau à leur bonne place au sein de l’Evangile. Les fondamentalistes musulmans ne veulent entendre d’autre langage que celui du Coran. C’est à eux que nous apportons tout l’Evangile dans leur propre langage. Nous ne devrions, cependant, pas citer des textes coraniques, si nous ne les connaissons pas parfaitement.

6.10 -- La Trinité dans l’économie du salut personnel des chrétiens

Les apôtres ont parlé ouvertement du mystère de la Trinité.

Ainsi, l’apôtre Pierre a proclamé: „Élevé par la droite de Dieu, il (le Christ) a reçu du Père l'Esprit Saint qui avait été promis, et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez“ (Actes 2:33).

Le même apôtre écrit: „Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts, pour une espérance vivante...“ (1 Pierre 1:3-10).

L’apôtre Jean écrit: „Et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. Celui qui confesse que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu“ (1 Jean 4:14-15; voir aussi 5:12, 20).

L’apôtre Paul écrit: „Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu, et les hommes, le Christ-Jésus homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous“ (1 Timothée 2:4-6; voir aussi 1 Corinthiens 8:6; 2 Corinthiens 3:17-18).

Le témoignage des apôtres est souvent époustouflant. Car les apôtres parlent de la réalité de la Trinité dans notre vie.

Un responsable (ancien) d’Eglise du Liban visita son fils, ingénieur au Qatar, pays situé au golfe persique. Lorsqu’il pria à table avant le repas, arriva un invité musulman qui lui dit avoir constaté qu’il était un homme pieux; aussi lui recommanda-t-il de devenir musulman afin de recevoir la plénitude de grâce de la part d’Allah.

Le chrétien lui répondit: „Si tu peux m’offrir plus que ce que je possède déjà, je veux bien réfléchir à ta proposition“. Alors, le musulman répliqua: „Que possèdes-tu et dont nous ne disposerions pas?“

L’ancien lui répondit: „Allah est mon Père; il prend soin de moi, il me connaît et il m’aime. Le Christ est l’Agneau de Dieu qui a ôté tous mes péchés et m’a réconcilié avec Dieu. Je ne viens plus en jugement, parce que le Christ m’a justifié devant Dieu. L’Esprit de Dieu habite en moi, depuis que le Christ a purifié mon cœur pécheur. Je parle à Dieu dans la prière et je le remercie pour la vie éternelle qu’il m’a offerte. Je ne mourrai pas, mais je vivrai, et comme mon Seigneur je ressusciterai des morts“ (Jean 11:25-26).

Le musulman partit, pensif, car le chrétien lui avait témoigné de la réalité de la Trinité dans sa vie, avec des mots simples.

Nous saluons tous ceux que le Seigneur a appelés à son service auprès des musulmans et prions pour eux, afin que le Seigneur les conduise vers un entretien empreint de sagesse avec des adeptes de Muhammad dans leur entourage.

„Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ,
l'amour de Dieu et
la communion du Saint-Esprit
soient avec vous tous!“

(2 Corinthiens 13:13).

6.11 -- QUESTIONNAIRE

Cher lecteur!

Si vous avez étudié ce petit livre sérieusement, vous pouvez facilement répondre aux questions suivantes.

  1. Que veut dire la première moitié de la confession islamique de foi (chahada)?
  2. De quelle manière Muhammad a-t-il rejeté la sainte trinité?
  3. Combien de fois pouvons-nous lire dans le Coran qu’Allah n’a pas de fils? Que veut dire ce reniement selon 1 Jean 2:18-25?
  4. Pourquoi Isa dans l’islam est-il le fils de Marie et non pas le Fils de Dieu?
  5. Comment le Coran insiste-t-il sur le fait que Christ était un esclave d’Allah et qu’il se soumettait à lui?
  6. Pourquoi le Saint Esprit ne peut-il pas exister dans l’islam? Qu’est ce que cela signifie pour la vie spirituelle d’un musulman?
  7. Pourquoi Allah dans l’islam ne peut-il jamais être considéré comme un Père?
  8. Qu’est-ce qu’il manque dans la conception de Dieu dans l’islam?
  9. Qu’est-ce que les trois premiers versets de la Bible révèlent-t-ils à propos de l’Unicité de la Trinité? Qu’est-ce que ces versets peuvent-ils dire pour nos services parmi les musulmans?
  10. Pourquoi Dieu dans l’Ancien Testament parle-t-il parfois de lui-même en utilisant le pronom personnel pluriel “Nous“? Quelle est la signification exacte du mot hébreux „Elohim“?
  11. Comment est-il possible d’expliquer les bénédictions d’Aaron (Nombres 6:24-27) et l’adoration divine des Séraphins dans le livre d’Esaïe 6:3 en tant qu’une confession du Dieu Trinitaire?
  12. Qu’est-ce que le Psaume 2:1-7 nous enseigne à propos de la Trinité?
  13. Pourquoi Esaïe 9:6 reste-t-il une unique référence pour l’Unicité de la Trinité?
  14. Comment l’écrivain de l’épître aux Hébreux (1:9) a-t-il expliqué le Psaume 45:6-7? Qu’est-ce que cela signifie pour nos discussions d’avec les musulmans?
  15. Pourquoi le Psaume 110:1 reste-t-il un défi pour tous les juifs et les musulmans?
  16. Que peuvent dire les promesses indiquées dans l’Ancien Testament pour un musulman ou un juif?
  17. Que veut dire le mot „Emmanuel“ en tant que nom de Jésus? Où cette promesse est-elle écrite dans les prophètes?
  18. Pourquoi la seule révélation de la Sainte Trinité a-t-elle suivi le baptême de Jésus dans le Jourdain? Que peut dire la brève parole de Dieu après le baptême de Jésus pour un musulman? Qu’est-ce qui peut empêcher Dieu le Tout-Puissant d’avoir un fils s’il veut en avoir un?
  19. Comment Jésus a-t-il expliqué son titre „Christ“ dans la synagogue de Nazareth? Que veut dire cette révélation pour comprendre l’Unicité de la Sainte Trinité?
  20. Où dans la grande mission de Jésus pouvez-vous trouver une insinuation de l’Unicité de la Sainte Trinité?
  21. Pourquoi Jésus n’a-t-il pas dit: „Moi et le Père nous sommes deux“? Pourquoi donc parlons-nous toujours de deux différents Dieux aux musulmans?
  22. Qu’est-ce que nous devrions apprendre de Jean 14:9-11 en ce qui concerne les secrets profonds de la Sainte Trinité?
  23. Pourquoi le Saint Esprit glorifie-t-il le Fils comme le Fils glorifie toujours son Père?
  24. Qu’est-ce que Jésus a promis dans Jean 14:23 à propos de l’Unicité de la Trinité?
  25. Quelles sont les perspicacités essentielles qui étaient en Dieu Trinitaire et que Jésus a révélées dans Jean 17:21-23?
  26. Pourquoi le mot ‘Trinité’ est-il une faute linguistique en anglais lorsqu’il réfère au Dieu biblique? Pourquoi l’expression „Dieu Trinitaire“ est-elle plus adéquate pour exprimer la réalité de Père, de Fils et de Saint Esprit? Sur quoi devrons-nous mettre l’accent dans nos discussions avec les musulmans et les juifs à propos de cet objet nous devons mettre l’accent?
  27. Pourquoi le soleil, les rayons solaires, la chaleur du soleil démontrent-ils la Trinité de Dieu?
  28. Comment le générateur, le courant électrique et leurs effets sur les appareils de chauffage, sur les ventilateurs, sur les glacières ou les ordinateurs illustrent-ils l’Unicité de Trinité?
  29. Qu’est-ce que nous pouvons apprendre de l’eau, d’une chambre et d’une personne comme des unités complexes?
  30. Comment un œil, un œuf ou un triangle démontrent-ils l’Unicité de Trinité?
  31. Qu’elle est la différence entre 1+1+1 et 1x1x1? Comment la pâte de la farine, l’eau et la levure deviennent-elles un pain?
  32. Pourquoi toutes ces allusions de la vie quotidienne ne sont-elles pas des preuves pour indiquer l’unicité de la Sainte Trinité? Pourquoi les chrétiens pensent-ils en des termes dialectiques? De quoi les musulmans ont-ils besoin pour comprendre les réalités spirituelles apparemment contradictoires?
  33. Comment Muhammad a-t-il imaginé que Marie ait engendré Christ? Comment cette imagination peut-elle nous aider dans notre discussion avec les musulmans?
  34. Pourquoi le renforcement de Christ par l’Esprit de Dieu peut-il démontrer „l’unicité dans l’acte“ d’Allah, de son esprit et de Christ?
  35. Comment le coran explique-t-il que Christ est le seul mâle „Ayatollah“ désigné par Allah? Comment ce verset coranique aide-t-il quelques instituteurs africains du coran pour s’approcher de la réalité de la Sainte Trinité?
  36. Comment l’expression coranique montrant que Christ est „une parole de Dieu“ ou „sa parole“ incarnée peut-elle nous aider dans notre discussion avec les musulmans?
  37. Pourquoi la description coranique concernant Christ en tant que „esprit de Dieu“ nous aide-t-elle à expliquer aux musulmans l’éternité et l’être divin du Fils de Marie?
  38. Que veut dire le dialogue entre Allah et Christ après son ascension au ciel? Pourquoi pouvons-nous être d’accord avec les musulmans sur le fait que la trinité coranique rejetée par Muhammad, doit être rejetée par nous aussi? Comment cet accord crée-t-il une atmosphère positive pour montrer aux musulmans la Trinité „spirituelle“?
  39. Quel est le besoin fondamental pour expliquer à un musulman l’unicité spirituelle de la Sainte Trinité?
  40. Quel témoignage des apôtres de Christ selon ta compréhension révèle-t-il de la meilleure manière l’unicité de la Saint Trinité?
  41. Pouvez-vous nous montrer où le mot „Trinité“ paraît dans la Bible?

Si vous répondez correctement à 35 de ces questions, nous vous enverrons une autre brochure gratuitement. Nous attendons vos réponses.

GRACE ET VERITE (Grace and Truth),
Boîte Postale 1806,
70708 Fellbach,
Allemagne

Ou par e-mail à:
info@grace-and-truth.net

Nos sites dans l’Internet:
Internet: www.grace-and-truth.net
Internet: www.grace-and-truth.org

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 20, 2012, at 12:02 PM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)