Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 02. Roots -- 5 Marriage in Islam

This page in: -- Arabic? -- Chinese -- English -- FRENCH -- German? -- Indonesian

Previous booklet -- Next booklet

02. RACINES CORANIQUES DE LA CHARIA

5 - Ce que Devrait Savoir une Femme sur Le MARIAGE ISLAMIQUE Avant D’Epouser un Musulman



5.01 -- Ce que Devrait Savoir une Femme sur Le MARIAGE ISLAMIQUE Avant D’Epouser un Musulman

En Europe, de plus en plus de Chrétiens libéraux acceptent l’Islam. Plusieurs d’entre eux sont des jeunes femmes qui se convertissent à l’Islam avant ou après avoir épousé un Musulman.

Tous les Musulmans ne pensent ni ne croient la même chose. Parmi eux se trouvent des maris honorables qui vivent mieux que leur loi le leur ordonne. Mais dès qu’ils retournent dans leur patrie, ils sont soumis aux coutumes de leur clan qui sont influencées et façonnées par les commandements du Coran.

Il est nécessaire que tout non-Musulman connaisse les règlements sur le mariage édictés par le Coran avant d’épouser un/une partenaire musulman.

Les juristes des quatre écoles islamiques de jurisprudence ont sélectionné 72 versets légalement significatifs du Coran qui déterminent la position des femmes et les règles du mariage. 38 autres versets servent de base au divorce. Ces 110 versets représentent la colonne vertébrale de la loi sur le mariage dans l’Islam. Environ un cinquième des versets légalement significatifs traite de la relation entre le mari et la femme. Cela montre que les problèmes liés au mariage restent un sujet brûlant dans la juridiction islamique au cours des siècles.

5.02 -- La position du mari et de la femme dans l’Islam

Le Coran indique qu’Allah a créé les hommes à partir d’une seule âme (individu) (Sourate al-Nisâ’ 4:1). Le nom d’Adam n’est pas mentionné dans ce verset mais apparaît 25 fois dans le Coran. Allah aurait créé de lui sa compagne. Le nom de cette dernière n’est jamais mentionné, ce qui indique sa valeur par rapport à son mari. Selon le Coran, l’homme est l’origine, la femme est quelque chose qui vint ensuite.

Toutes les femmes citées dans le Coran, à l’exception de Marie la mère de Jésus, ne sont pas appelées par leur nom, mais présentées comme l’épouse de leur mari. Dans le Coran, leurs noms ne sont pas importants. Leur identité est couverte par celle de leur mari. En Arabie Saoudite, les filles et les femmes ne sont pas déclarées à leur naissance ni à leur mort. Elles reçoivent un passeport leur permettant de voyager à l’étranger lorsqu’elles sont accompagnées de leur mari.

Les Musulmans soulignent qu’Allah a d’abord créé Adam et non Eve (hawwa). Elle fut créée de lui et non inversement. La prédominance de l’homme provient du récit de la création. De ces deux êtres, Allah aurait fait sortir tous les hommes et toutes les femmes.

Dans la même sourate, nous lisons: Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Allah a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes (lors du mariage et pour leur subsistance). Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises: elles conservent soigneusement pendant l'absence de leurs maris ce qu'Allah a ordonné de conserver intact. … (Sourate al-Nisâ’ 4:34)

٠ الرِّجَالُ قَوَّامُونَ عَلَى النِّسَاءِ بِمَا فَضَّلَ اللَّهُ بَعْضَهُمْ عَلَى بَعْضٍ وَبِمَا أَنْفَقُوا مِنْ أَمْوَالِهِمْ فَالصَّالِحَاتُ قَانِتَاتٌ حَافِظَاتٌ لِلْغَيْبِ بِمَا حَفِظَ اللَّهُ ... (سُورَةُ النِّسَاءِ ٤ : ٣٤)٠

Ce verset confirme la prédominance de l’homme selon une prédestination divine. Dans les pays islamiques, aucun mouvement de femmes ne peut changer cette détermination de nos jours. Les commentateurs du Coran expliquent:

Un homme est plus fort qu’une femme grâce à sa force musculaire.

Un lion avec sa crinière magnifique est plus beau qu’une lionne.

Un homme est plus rapide qu’une femme, comme le prouvent toutes les compétitions sportives.

Les hommes sont plus intelligents que les femmes puisque le témoignage de deux femmes musulmanes égale celui d’un homme en cas de procès. (Sourate al-Baqara 2:282)

Les hommes sont plus riches puisqu’ils paient la dot. Au paradis vivent bien plus d’hommes que de femmes car les hommes craignent plus Allah et combattent pour lui l’arme à la main!

Le Coran affirme explicitement que les hommes possèdent plus de droits et une meilleure réputation que les femmes dans la société islamique car ils sont supérieurs à elles (Sourate al-Baqara 2:228c). Dans le même verset, les hommes sont appelés des dieux et les propriétaires de leurs épouses (bu’oulâtahunna), un fait qui influence tous les domaines de leur vie.

La femme est le vêtement de son mari et vice versa (Sourate al-Baqara 2:187). Chacun d’eux doit couvrir les problèmes et les faiblesses de l’autre.

Une femme est comparée à un champ dans lequel le mari sème sa graine. Ce fait est ainsi décrit dans le Coran:

222 Ils t'interrogeront sur les règles des femmes. Dis-leur: C'est un inconvénient. Séparez-vous de vos épouses pendant ce temps, et n'en approchez que lorsqu'elles seront purifiées. Lorsqu'elles seront purifiées, voyez-les comme Allah vous l'a ordonné. Allah aime ceux qui se repentent, il aime ceux qui cherchent à se conserver purs. 223 Vos femmes sont votre champ. Allez à votre champ comme vous voudrez, mais faites auparavant quelque chose en faveur de vos âmes. Craignez Allah! … (Sourate al-Baqara 2:222-223)

٠ ٢٢٢ وَيَسْأَلُونَكَ عَنِ الْمَحِيضِ قُلْ هُوَ أَذىً فَاعْتَزِلُوا النِّسَاءَ فِي الْمَحِيضِ وَلاَ تَقْرَبُوهُنَّ حَتَّى يَطْهُرْنَ فَإِذَا تَطَهَّرْنَ فَأْتُوهُنَّ مِنْ حَيْثُ أَمَرَكُمُ اللَّهُ إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ التَّوَّابِينَ وَيُحِبُّ الْمُتَطَهِّرِينَ ٢٢٣ نِسَاؤُكُمْ حَرْثٌ لَكُمْ فَأْتُوا حَرْثَكُمْ أَنَّى شِئْتُمْ وَقَدِّمُوا لأَنْفُسِكُمْ وَاتَّقُوا اللَّهَ ... (سُورَةُ الْبَقَرَةِ ٢ : ٢٢٢ - ٢٢٣)٠

Ces versets parlent d’eux-mêmes. On ne demande pas à une femme si elle peut servir ou non son mari. Elle doit se soumettre à ses exigences. L’Islam signifie abandon aussi bien que soumission – de plein gré ou par la force!

Les droits d’une femme dans la société sont limités par le Coran: … Appelez deux témoins choisis parmi vous; si vous ne trouvez pas deux hommes, appelez-en un seul et deux femmes parmi les personnes habiles à témoigner, afin que, si l'une oublie, l'autre puisse rappeler le fait. … (Sourate al-Baqara 2:282)

٠ ... وَاسْتَشْهِدُوا شَهِيدَيْنِ مِنْ رِجَالِكُمْ فَإِنْ لَمْ يَكُونَا رَجُلَيْنِ فَرَجُلٌ وَامْرَأَتَانِ مِمَّن تَرْضَوْنَ مِنَ الشُّهَدَاءِ أَنْ تَضِلَّ إِحْدَاهُمَا فَتُذَكِّرَ إِحْدَاهُمَا الأُخْرَى ... (سُورَةُ الْبَقَرَةِ ٢ : ٢٨٢)٠

Lors du partage de l’héritage, la discrimination de la femme est flagrante: Elle ne recevra que la moitié de ce qu’un homme hérite, une sœur la moitié de ce que son frère reçoit et une fille la moitié de ce que le garçon hérite (Sourate al-Nisâ’ 4:11-13, 176).

Lorsque la vengeance est mise à exécution, elle doit être faite selon l’ordre suivant:

… Un homme libre pour un homme libre, un esclave pour un esclave, et une femme pour une femme. … (Sourate al-Baqara 2:178)

٠ ... الْحُرُّ بِالْحُرِّ وَالْعَبْدُ بِالْعَبْدِ وَالأُنْثَى بِالأُنْثَى ... (سُورَةُ الْبَقَرَةِ ٢ : ١٧٨)٠

Dans ce verset, la femme ne vient qu’après l’esclave!

En lisant ces versets, nous réalisons que, dans l’Islam, une femme vaut la moitié d’un homme! Tous les bons discours sur l’émancipation de la femme musulmane seront toujours étouffés par les déclarations bien arrêtées du Coran. Ces versets peuvent être altérés par les commentateurs libéraux ou expliqués d’une autre manière ou interprétés par des versets en faveur des femmes, mais le fait reste qu’ils déterminent sans ambiguïté la position de la femme dans l’Islam. Muhammad confirma et approfondit ces principes par ses traditions orales et par son style de vie.

5.03 -- Un homme et ses parents de sang par rapport à ses épouses

Dans le Coran, plusieurs versets clarifiant la relation entre un homme et ses parents de sang ressemblent aux commandements de la Bible (Sourates Luqmân 31:14; al-Ahqâf 46:15 entre autres). Un musulman doit être bon et généreux envers ses parents, remercier Allah pour la miséricorde qui lui est accordée ainsi qu’à ses parents et faire ce qui est juste afin de recevoir la bénédiction d’Allah et de ses parents. S’il n’en a pas fait autant, il s’en repentira et deviendra un Musulman authentique.

Un homme respectera et honorera ses proches parents, qui viennent juste après Allah (Sourate al-Nisâ’ 4:1). La parenté la plus proche, ses parents, ses frères et sœurs, oncles, neveux et nièces sont plus proches de lui que les Musulmans croyants. La parenté a la priorité sur le devoir envers le peuple islamique (Umma) (Sourate al-Ahzâb 33:6).

Le Coran ne détermine rien concernant la relation entre la femme d’un Musulman et ses parents. Les épouses d’un Musulman arrivent après les parents de sang de celui-ci et après sa communauté religieuse. Un Musulman n’a pratiquement aucune obligation envers la famille de ses épouses. Son propre clan lui garantit protection, aide et sécurité (Sourate al-Ahzâb 33:6).

Le clan respecte cependant mieux une femme si elle donne naissance à des fils. Elle sera alors respectée, recevra la considération et des remerciements. Sa position en tant que femme restera inférieure, mais sa position en tant que mère de garçons lui conférera du pouvoir dans la maison.

5.04 -- Adam et sa femme – dans la Bible

D’après le récit biblique de la création, l’Eternel fit tomber Adam dans un profond sommeil, lui enleva une côte et forma une femme de la côte . Adam l’appela femme parce qu’elle avait été prise de l’homme et lui ressemblait.

Les rabbins juifs enseignent: «L’Eternel ne prit pas la côte de la tête de l’homme, pour que la femme ne domine pas sur lui. Il ne la prit pas non plus de la jambe de l’homme, pour qu’elle ne lui marche pas dessus. Mais il la prit de son côté, pour qu’elle l’entoure, le couvre, le complète et l’aide. Elle devait être une partenaire égale à lui et surmonter les problèmes de la vie avec lui. Tous deux forment une seule chair. C’est pourquoi Adam l’appela femme!»

Contrairement à la coutume des clans sémitiques, le mari et la femme ne devraient pas être intégrés au clan du mari, mais quitter la famille du mari pour de bon et construire leur propre famille (Genèse 2:22-23).

5.05 -- Les droits du mari dans le mariage islamique

Le Coran précise les droits et devoirs des maris et des femmes dans le mariage.

La polygamie est l’un des droits fondamentaux de tous les Musulmans (sauf en Turquie, en Tunisie et au Maroc). Après avoir enterré 70 Musulmans tués au cours de la bataille d’Uhud, Muhammad dut s’atteler au problème des veuves et des orphelins. C’est ainsi qu’il reçut la révélation d’Allah: Si vous craignez de n'être pas équitables envers les orphelins (et les veuves), n'épousez, parmi les femmes qui vous plaisent, que deux, trois ou quatre. Si vous craignez encore d'être injustes, n'en épousez qu'une seule ou une esclave. Cette conduite vous aidera à ne pas être injustes. (Sourate al-Nisâ’ 4:3)

٠ وَإِنْ خِفْتُمْ أَلاَّ تُقْسِطُوا فِي الْيَتَامَى فَانْكِحُوا مَا طَابَ لَكُمْ مِنَ النِّسَاءِ مَثْنَى وَثُلاَثَ وَرُبَاعَ فَإِنْ خِفْتُمْ أَلاَّ تَعْدِلُوا فَوَاحِدَةً أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ ذَلِكَ أَدْنَى أَلاَّ تَعُولُوا (سُورَةُ النِّسَاءِ ٤ : ٣)٠

Cette révélation influença la culture d’un cinquième de la population mondiale. Ce ne fut pas une solution temporaire après la bataille d’Uhud mais cette défaite devint la plus grande victoire des Musulmans. L’Islam se mit à croître plus vite que toute autre religion de par les nombreuses naissances. Ce verset clé soulève cependant plusieurs problèmes:

Le texte ne dit pas littéralement «une ou deux ou trois ou quatre», mais une et deux et trois et quatre! La forme «et» est interprétée par «ou» par les commentateurs, sinon chaque Musulman pourrait épouser jusqu’à 10 femmes! Et les femmes ne suffiraient alors plus.

Le Coran parle du comportement «équitable» des maris envers leurs épouses, ce qui implique leur procurer un logement, des vêtements, de l’argent pour le ménage, des cadeaux et avoir des rapports sexuels avec toutes. Les épouses s’espionnent mutuellement pour voir si l’une ou l’autre bénéficie de plus de privilèges. Cela concerne aussi l’habillement, l’écolage et l’entretien des enfants. La jalousie provoque des conflits dans tous les harems. C’est pourquoi, Muhammad recommanda: Si vous craignez encore d’être injustes, n’en épousez qu’une seule! Les Musulmans libéraux interprètent cette phrase conditionnelle comme la preuve que Muhammad a toujours voulu uniquement la monogamie!!

Un Musulman jeune et n’ayant pas forcément de moyens financiers a le droit d’épouser des esclaves. Même s’il épouse légalement une femme libre ou plus, ses esclaves sont toujours à sa disposition, surtout si ce sont de séduisantes adolescentes (Sourate al-Nisâ’ 4:3, 6 entre autres). Un Musulman n’est pratiquement pas limité dans son droit d’acquérir des concubines. De plus, les esclaves ne sont pas des «personnes» mais des objets ou des choses.

Un Musulman a le droit d’épouser une Juive ou une Chrétienne en plus de ses épouses musulmanes (Sourate al-Mâ’ida 5:5)

Il peut épouser les femmes de ses fils adoptifs, tout comme Muhammad le fit avec Zainab b. Djahsch, l’épouse de son fils adoptif Zaid (Sourate al-Ahzâb 33:37). Ce verset déclare qu’Allah lui-même la lui donna en mariage parce qu’elle avait été prédestinée à ce but. Ce serait une grâce spéciale d’Allah!

Il est étrange que le Coran parle plusieurs fois de l’échange d’épouses (Sourates al-Nisâ’ 4:20-21; al-Ahzâb 33:52; al-Tahrîm 66:5). Dans ce cas, les commentateurs expliquent que le Musulman peut divorcer légalement de sa femme et l’échanger contre la femme répudiée par un autre homme. Nous avons entendu qu’en Arabie Saoudite, l’échange de concubines étrangères serait une pratique courante.

Un mariage temporaire (mut’a) est strictement refusé par les Sunnites, bien que le Coran le mentionne (Sourate al-Nisâ’ 4:24). Les Shiites applique ce droit; un homme et une femme peuvent se marier pour un temps, même pour une heure seulement. Les enfants d’une telle union appartiennent toujours à l’homme qui peut venir les chercher des années plus tard.

En pensant à la polygamie dans l’Islam et aux droits supplémentaires des Musulmans, nous réalisons qu’ils vivent un adultère permanent autorisé par la religion. La Bible recommande la monogamie où le corps, l’âme et l’esprit de l’homme et de la femme devraient rester unis jusqu’à ce que la mort les sépare (Genèse 2:18, 24; Matthieu 19:5-6; Marc 10:2-12; 1 Corinthiens 7:10-11; Ephésiens 5:21-33 entre autres). Une telle unité est inconnue dans l’Islam parce qu’un mari doit aimer toutes ses épouses équitablement. C’est une différence fondamentale entre l’Islam et le Christianisme, qui ne peut humainement pas être comprise (Ephésiens 5:32).

Le droit d’un Musulman de battre sa femme désobéissante est une preuve de plus de la supériorité de l’homme dans l’Islam:

… Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez; mais, dès qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Allah est élevé et grand! (Sourate al-Nisâ’ 4:34)

٠ ... وَاللاَّتِي تَخَافُونَ نُشُوزَهُنَّ فَعِظُوهُنَّ وَاهْجُرُوهُنَّ فِي الْمَضَاجِعِ وَاضْرِبُوهُنَّ فَإِنْ أَطَعْنَكُمْ فَلاَ تَبْغُوا عَلَيْهِنَّ سَبِيلاً إِنَّ اللَّهَ كَانَ عَلِيّاً كَبِيراً (سُورَةُ النِّسَاءِ ٤ : ٣٤)٠

Plusieurs commentateurs interprètent cet ordre d’Allah en expliquant que le fait de battre n’est permis que si une femme est soupçonnée d’adultère. Pourtant, dans le Coran, le mot nudjous ou nadjasa (impureté corporelle et morale) ne s’y trouve pas, mais bien le mot nuschouz (inimitié et rébellion)! Le mari peut dominer sur sa femme. Elle doit lui obéir ainsi qu’à sa belle-mère. Sa volonté peut être soumise ou brisée par la force.

Si un couple décide de se réconcilier, l’homme a de meilleurs droits pour entamer ou accepter la réconciliation (Sourate al-Baqara 2:228).

La totale domination du mari ressort aussi de son droit aux rapports sexuels quand il le veut ou le peut (Sourate al-Baqara 2:223). Le Coran ne parle pas du souhait et de la volonté de la femme (à l’exception de sa protection pendant ses règles).

Au cours du Ramadan, le mois du jeûne, le Musulman a le droit d’avoir des rapports avec ses épouses, aussi longtemps que le soleil ne brille pas (Sourate al-Baqara 2:187).

5.06 -- Les devoirs conjugaux d’un Musulman

Allah ne permet pas à un homme de préférer l’une de ses épouses. Muhammad confesse cependant qu’il est impossible qu’un homme aime toutes ses femmes avec la même intensité. Il suggère donc d’accorder une récompense spéciale à la négligée pour qu’elle se tienne tranquille (Sourates al-Nisâ’ 4:129; al-Tahrîm 66:1 entre autres). De toute évidence, ce verset contredit la compréhension fondamentale de la polygamie islamique (Sourate al-Nisâ’ 4:3), mais offre un compromis entre ce qui devrait être et ce qui est en réalité.

Celui qui a scellé son mariage par un serment mais ne respecte toutefois pas fidèlement sa promesse en ne donnant pas assez d’argent pour le ménage ou pour les vêtements ou en ne payant pas la scolarisation des enfants ou en négligeant son épouse, devrait se repentir et expier sa faute. Dans un cas extrême, cette repentance consiste à nourrir ou à vêtir 10 pauvres, à libérer un esclave musulman ou à jeûner 3 jours successifs s’il ne possède pas l’argent pour assumer sa première obligation (Sourate al-Mâ’ida 5:89).

L’ordre de base donné aux hommes par Allah est le suivant: Allez vers vos femmes aussi souvent que vous le voulez, visitez-les et couchez avec elles (Sourate al-Baqara 2:222-223; voir aussi Sourate al-Saff 61:2). Les Musulmans qui s’approchent régulièrement de leurs femmes et de leurs concubines esclaves seront félicités s’ils engendrent de nombreux fils. Ils ne doivent pas être blâmés pour agir ainsi (Sourate al-Mu’minoun 23:1-6).

Tout homme qui a eu des rapports avec l’une de ses épouses doit se purifier avant de prier, autrement sa prière reste sans valeur. S’il n’y a pas d’eau, il peut essuyer ses mains dans le sable ou la terre et ensuite sur son visage pour montrer son intention de se purifier (Sourate al-Mâ’ida 5:6).

5.07 -- Interdictions adressées à un Musulman au sujet de son mariage

Celui qui analyse les divers versets du Coran sur ce sujet trouvera 18 différentes catégories de femmes qu’un Musulman n’a pas le droit d’épouser (Sourate al-Nisâ’ 4:22-24):

Les épouses de son propre père, même s’il les a répudiées.

Sa propre mère et ses propres sœurs.

Ses propres filles et ses nièces (les filles de ses frères et sœurs).

Toutes ses tantes du côté de son père et de sa mère. Sa nourrice et les filles qui furent allaitées en même temps que lui.

Toutes ses belles-mères (les mères de ses épouses).

Ses demi-sœurs.

Les épouses de ses propres fils.

Les épouses de ses beaux-fils (à l’exception des femmes de ses fils adoptifs)!

Deux sœurs (sauf si cela est déjà arrivé).

Toutes les femmes des autres Musulmans qui n'ont pas divorcé.

Aucune animiste ou polythéiste, aussi longtemps qu’elle ne se convertit pas à l’Islam (Sourates al-Baqara 2:221; al-Mumtahana 60:10).

Aucune adultère qui a été punie (Sourate al-Nour 24:3).

Les hommes musulmans n’ont pas le droit d’avoir des rapports avec les femmes et ne devraient pas avoir de concubines (Sourate al-Mâ’ida 5:5).

Toute histoire d’amour dans les mosquées ou sur les lieux sacrés est interdite (Sourate al-Baqara 2:187).

Tout rapport sexuel avec une femme ou une esclave pendant ses règles est interdit (Sourate al-Baqara 2:222).

Les jeunes hommes célibataires devraient vivre chastement jusqu’à ce qu’ils aient assez d’argent pour se marier. S’ils ne peuvent pas attendre, ils devraient épouser l’une de leurs esclaves – celle qu’ils veulent (Sourates al-Nisâ’ 4:25; al-Nour 24:33).

Toute forme d’adultère est strictement défendue à un Musulman (Sourate al-Isrâ’ 17:32). Il est puni par 100 coups de fouet si 4 témoins oculaires peuvent décrire l’action en détail et unanimement (Sourates al-Nisâ’ 4:15-16; al-Nour 24:2-4; al-An’âm 6:151). Puisque de tels témoignages correspondent rarement, les hommes sont vraiment libres de commettre discrètement une infraction sexuelle, comme c’est souvent le cas dans les pays producteurs de pétrole.

Les commandements et les interdictions ci-dessus sont donnés par Allah pour rendre la vie de l’homme aussi facile que possible (Sourates al-Nisâ’ 4:25; al-Mâ’ida 5:6 entre autres)!

Dans l’Evangile, nous lisons les paroles de Jésus: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. (Matthieu 16:24-25)

Le mariage selon l’Evangile ne propose pas de vivre pour les plaisirs personnels, mais un partenaire sert plutôt l’autre par amour et intérêt. La femme devrait se soumettre à son mari, mais le mari devrait se sacrifier pour sa femme (Ephésiens 5:21-33). Le but et l’esprit de l’Evangile sont opposés à l’esprit du Coran – surtout par rapport au mariage.

5.08 -- Les droits d’une femme dans un mariage musulman

En théorie, une femme ne devrait pas vivre à la merci de son mari, sans protection, car le Coran exige des droits humains généraux pour elle. Elle devrait être traitée par son mari comme elle le traite (Sourate al-Baqara 2:228)!

Pendant ses règles, elle n’est pas obligée de dormir avec son mari, même si cela signifie qu’il lui manquera quelque chose (Sourate al-Baqara 2:222).

Dans certains pays islamiques, la femme ayant donné naissance à plusieurs fils a le droit de demander à son mari de se contenter d’elle seule ou de ne marier plus qu’une seule femme s’il devient clair qu’elle ne peut plus répondre à tous ses besoins (Sourate al-Nisâ’ 4:3).

Dans certains cas, le mari demande à sa première femme de lui chercher une seconde épouse pour garantir la paix dans le harem. Parfois, la première épouse doit accueillir la seconde en dansant au mariage!

Si un Musulman devient méchant envers sa première femme après en avoir épousé une deuxième et que la situation ne s’améliore pas même après une tentative de réconciliation de la part des anciens des clans de l’homme et de la femme, la première épouse est en droit de demander le divorce. Mais comment peut-elle prouver ses besoins et ses souffrances? (Sourate al-Nisâ’ 4:128).

Si le mari répudie sa femme, la femme abandonnée a plusieurs droits:

  • Si elle est enceinte, il doit lui fournir tout le nécessaire jusqu’à la naissance de l’enfant.
  • Si elle n’est pas sûre d’être enceinte, elle peut rester chez son mari 3 à 4 mois de plus. Il n’a pas le droit de traiter sa femme divorcée de manière indigne pendant ce temps.
  • Si elle nourrit un nouveau-né, il doit lui donner de l’argent jusqu’à ce que l’enfant soit sevré (Sourate al-Talâq 65:6).

Ces règlements doivent être mis par écrit en présence de 2 témoins, si possible un de chaque clan (Sourate al-Talâq 65:2). Dans tous les cas, tout l’argent de la mariée (mahr) doit être remis à la femme divorcée comme son assurance vie (Sourate al-Baqara 2:236-237).

5.09 -- Les devoirs d’une femme musulmane

Dans plusieurs sourates, Muhammad prescrivit les qualités d’une bonne épouse à ses épouses en les décrivant comme un tableau idéal.

Toutes les épouses devraient être des Musulmanes croyantes, humbles, consacrées à Allah et à Muhammad, repentantes, obéissantes, des adoratrices craignant dieu, modestes et prêtes à voyager, à accompagner leur mari lors des voyages d’affaires ou même à l’attaque d’ennemis. Muhammad ne se souciait pas de savoir si elles étaient encore vierges ou déjà mariées! Pour lui, il était décisif qu’elles dépensent peu d’argent et vivent modestement (Sourates al-Ahzâb 33:28, 31, 33; al-Tahrîm 66:5 entre autres).

Le Coran ne mentionne rien sur l’éducation d’une femme - doit-elle savoir lire et écrire? - ni sur l’éducation des enfants ni sur sa responsabilité dans la société et la communauté religieuse. Elle doit se tenir à la disposition de son mari. C’est le but principal de sa vie, comme l’indique la loi du Coran.

Certains versets écrits pour les hommes sont aussi valables pour les femmes. Un peu de couleur entre ainsi dans la vie d’une femme. Ces versets ne furent cependant pas choisis par les juristes pour instaurer leur législation. Ils se sont limités aux sujets concrets pour en tirer les commandements, les devoirs et les interdictions.

De plus, les filles et les femmes célibataires doivent protéger leur vagin pour rester pures jusqu’au mariage (Sourates al-Mu’minoun 23:5; al-Ma’ârij 70:29; al-Nour 24:30; voir aussi Sourate al-Tahrîm 66:12). Cette qualité chez Marie, le mère de Isa, fut l’une des raisons – selon le Coran – qui permit à Allah de souffler son esprit en elle et à Isa de naître (Sourates Âl ‘Imrân 3:47; Maryam 19:20; al-Tahrîm 66:12).

5.10 -- Interdictions pour les femmes musulmanes

Elles ont l’interdiction d’épouser un idolâtre, un incroyant et un ennemi de l’Islam (Sourates al-Baqara 2:221; al-Mumtahana 60:10 entre autres). Mais dès que l’incroyant accepte l’Islam, ces barrières tombent. Cette interdiction s’avéra être un outil missionnaire efficace de l’Islam, car le désir des non-Musulmans d’épouser des filles musulmanes les poussa à se convertir à l’Islam.

Les Juifs sont considérés comme les pires ennemis de l’Islam (Sourate al-Mâ’ida 5:82) et sont accusés d’adorer Ozaïr (Sourate al-Tawba 9:30). Les Chrétiens sont rejetés et maudits car ils seraient des polythéistes croyant en Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit (Sourate al-Tawba 9:30). C’est pourquoi, les filles musulmanes ont l’interdiction d’épouser un Chrétien ou un Juif dans la plupart des pays islamiques.

Au Soudan, l’ancien Président Turabi déclara que tous les Chrétiens étaient des Musulmans (Sourates Âl ‘Imrân 3:52; al-Mâ’ida 5:111) afin d’attirer les Chrétiens de la première ou seconde génération à l’Islam en les affiliant aux clans islamiques. (Le conseil Fatwa d’Arabie Saoudite excommunia Turabi à cause de cette déclaration et l’appela un incroyant). L’argent des organisations islamiques prêté aux jeunes couples accélère les conversions à l’Islam.

Une femme musulmane a l’interdiction d’épouser un adultère puni, ce dernier ne pouvant épouser qu’une adultère punie (Sourate al-Nour 24:3).

Le Coran n’interdit pas à un homme d’épouser une fille encore mineure ou qui n’est pas encore pleinement mature et réglée (Sourates al-Nisâ’ 4:127; al-Talâq 65:4)! Cette loi inhumaine fut légalisée par le mariage de Muhammad et Aischa, la fille d’Abu Bakr âgée d’à peine 8 ans. Depuis lors, les Musulmans du Golfe déclarent voyager souvent en Inde ou au Pakistan pour y chercher de jeunes fiancées et en faire des concubines, des servantes à bon marché ou des épouses. Il est à relever que certains états islamiques ont fixé l’âge minimum de mariage pour une fille à 14 ou 16 ans, ou au moins au début de ses règles.

Le docteur Nasrin, une Musulmane du Bangladesh, demanda un changement dans les textes coraniques à cause des blessures dont souffraient les jeunes mariées au bas de l’abdomen. Mais elle fut persécutée, menacée de mort par les manifestants musulmans et dut chercher asile en Suède.

Les relations sexuelles hors mariage ou l’adultère est interdit aux femmes et puni de 100 coups de fouet, si 4 témoins oculaires peuvent témoigner de l’événement de manière correspondante (Sourates al-Nisâ’ 4:15; al-Nour 24:2-4; al-An’âm 6:151; al-Isrâ’ 17:32).

5.11 -- Mariage et argent dans l’Islam

Les accords financiers avant le mariage jouent un rôle décisif dans un contrat de mariage. Celui ou celle qui se marie sans ce contrat signé par les représentants des deux clans n’est pas considéré légalement marié dans l’Islam (!) et ne peut par conséquent rien exiger au cours de son mariage ou au divorce. Aucun droit ne le soutiendra dans un mariage illégal!

Payer la dot ne signifie pas acheter une fiancée, mais cela représente l’assurance vie de l’épouse et de ses enfants à la mort de son mari ou au divorce. Le montant de la dot est déterminé par l’éducation ou les capacités de la future mariée, et il doit être négocié et accepté sans ambiguïté! La première moitié de l’argent est versée au représentant légal de la fiancée au moment de la signature du contrat de mariage ou à la cérémonie elle-même, la seconde moitié sera versée en totalité à la femme au moment du divorce. La dot (mahr) reste en possession de la femme (Sourates al-Baqara 2:229; al-Nisâ’ 4:24-25; al-Mâ’ida 5:5; al-Ahzâb 33:50; al-Mumtahana 60:10; al-Talâq 65:5 entre autres).

Au cas où la femme divorcée renoncerait à une part de sa dot, son don représente un don pour Allah et est crédité sur le compte de sa banque céleste au nombre des bonnes actions. La même chose est valable pour les veuves qui renoncent au versement total de la somme qui leur est encore due (Sourates al-Baqara 2:229, 237, 280; al-Nisâ’ 4:4 entre autres).

Le Coran parle de «salaires» qui devraient être versés aux femmes pour les rapports sexuels. La plupart des commentateurs disent que ces paiements obligatoires font partie de la dot (mahr). D’autres parlent de cadeaux supplémentaires (Sourates al-Baqara 2:223; al-Nisâ’ 4:24-25; al-Mâ’ida 5:5; al-Ahzâb 33:5; al-Mumtahana 60:10 entre autres).

La somme réservée au ménage et à l’entretien familial devrait être mise par écrit avant le mariage. L’épouse est une femme idéale si elle sait se contenter de peu (Sourate al-Ahzâb 33:31). L’achat de bijoux est répréhensible (Sourate al-Ahzâb 33:28, 33). Une femme ne devrait pas en porter en public (Sourate al-Nour 24:31) mais devrait se parer uniquement pour son mari.

Celle qui vit modestement espère une récompense dans l’éternité (Sourates al-Ahzâb 33:29, 31; al-Talâq 65:5). Allah enrichit la divorcée qui renonce au restant de sa dot (Sourate al-Nisâ’ 4:130ss).

Si une femme allaite un enfant au moment du divorce, son mari doit l’entretenir pendant 2 ans. Si une nourrice coûte moins cher, le père peut prendre son enfant et le remettre à la nourrice (Sourate al-Baqara 2:223; Luqmân 31:14; al-Ahqâf 46:15; al-Talâq 65:6).

Le règlement des questions financières liées au mariage, à la vie familiale et à un éventuel divorce constitue une partie importante des lois islamiques sur le mariage! Les filles non-musulmanes ne devraient en aucun cas épouser un Musulman sans un contrat de mariage détaillé et signé par des témoins; sans cela, elles n’auraient aucun droit en cas de crise. Un mariage devant le représentant légal du consulat européen ou américain est toujours mieux qu’un mariage devant le cheik de la mosquée! Si une Européenne se marie en Europe sous la législation de son pays, elle est protégée par les lois en vigueur, pour autant qu’elle reste dans ce pays! Ces questions ne devraient pas être sous-estimées par «amour», ni être étouffées par les paroles rassurantes du partenaire. Elles sont les bases légales pour la femme et les enfants issus de ce mariage!

5.12 -- Muhammad et ses épouses

Nous ne trouvons le nom d’aucune des 13 femmes de Muhammad dans le Coran. Il eut de sérieux problèmes avec certaines d’entre elles, ce qui lui inspira de nouvelles lois!

Ses femmes sont appelées les mères des «croyants» (Sourate al-Ahzâb 33:6). Ainsi, Aischa, la fille d’Abu Bakr, devint la mère de son père et Hafsa, la fille d’Umar b. al-Khattab, devint la femme qui donna naissance à son géniteur.

Les qualités des femmes de Muhammad se trouvent dans le «Miroir de ses femmes» (Sourate al-Ahzâb 33:28-33).

Elles devraient considérer Allah et son messager comme le but de leur vie sans courir après les plaisirs terrestres. Par contre, si elles recherchent des buts séculiers, Muhammad les ornera et les renverra.

Si l’une des femmes du prophète commet un adultère (une abomination), la punition normale de 100 coups de fouet sera doublée. Celle qui reste humblement dévouée à Allah et à son messager recevra cependant une double récompense sur terre et dans l’éternité. Ses femmes sont sensées être différentes de toutes les autres femmes, mais même si elles lui sont humblement dévouées, elles ne doivent pas faire preuve d’humilité devant les autres hommes, pour que ceux-ci ne soient pas tentés de les séduire. Par conséquent, elles leur parleront clairement. Muhammad leur ordonna:

Restez tranquilles dans vos maisons, n'affectez pas le luxe des temps passés de l'ignorance; observez les heures de la prière; faites l'aumône; obéissez à Allah et à son apôtre. Allah ne veut qu'éloigner l'abomination de vous tous, de sa famille, et vous assurer une pureté parfaite. (Sourate al-Ahzâb 33:33)

٠ وَقَرْنَ فِي بُيُوتِكُنَّ وَلاَ تَبَرَّجْنَ تَبَرُّجَ الْجَاهِلِيَّةِ الأُولَى وَأَقِمْنَ الصَّلاَةَ وَآتِينَ الزَّكَاةَ وَأَطِعْنَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ إِنَّمَا يُرِيدُ اللَّهُ لِيُذْهِبَ عَنْكُمُ الرِّجْسَ أَهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَهِّرَكُمْ تَطْهِيراً (سُورَةُ الأَحْزَابِ ٣٣ : ٣٣)٠

Allah autorisa le mariage extraordinaire de Muhammad avec l’épouse de son fils adoptif Zaid pour permettre à d’autres d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs!! Allah lui-même le maria à Zainab b. Djahsh d’après une prédestination éternelle. Muhammad annula la paternité de son fils adoptif afin de pouvoir épouser Zainab, estimant qu’il était plus que son père – le messager d’Allah et le sceau des prophètes (Sourate al-Ahzâb 33:37-52; 33:40 en particulier). Muhammad inventa son titre d’honneur le plus élevé «sceau des prophètes» surtout pour justifier son adultère, un titre qui, dans ce contexte, apparaît comme un acte indigne du prophète.

Muhammad renvoya plusieurs épouses avant de les avoir touchées. Il établit par conséquent la loi qu’une femme non touchée qui a été renvoyée ne doit pas attendre avant de se remarier (Sourate al-Ahzâb 33:49).

Comme Muhammad était le dernier messager d’Allah, ce dernier lui aurait accordé le privilège unique de pouvoir épouser toutes ses anciennes femmes divorcées, toutes ses filles esclaves, toutes ses «nièces» et toute femme prête à se donner à lui (Sourate al-Ahzâb 33:50-51). Comme Jésus était différent! Il demeura célibataire, saint et ne céda jamais à la tentation. Le comportement sexuel de Muhammad révèle son esprit. Il pensait à l’impureté de ses épouses (Sourate al-Ahzâb 33:33) et projetait ses propres pensées impures en elles.

Plus loin, Allah interdit cependant à Muhammad d’épouser plus de femmes ou de les échanger, même si leur beauté le séduisait. Ce commandement ne comprenait toutefois pas ses esclaves qui étaient toujours à sa disposition car elles lui appartenaient (Sourate al-Ahzâb 33:52).

Les avocats du Coran se disputèrent pour savoir quel verset de la sourate 33 correspondait en fin de compte à une révélation, le verset 50 ou 52? Selon le Coran, le verset 52 est la dernière révélation d’Allah, au travers de laquelle il jugea Muhammad pour sa conduite dissipée. Pour l’éviter, certains juristes expliquent que la dernière révélation est en fait le verset 50 qui abolit et annule le 52! Afin de légaliser son comportement sexuel, Muhammad lui-même rejeta les versets révélés du Coran!

Bien que Muhammad ait défendu son droit sur toutes ses femmes esclaves plusieurs fois dans le Coran (Sourates al-Ahzâb 33:50-52, 55; al-Tahrîm 66:1; voir aussi al-Nisâ’ 4:3, 24-25, 36; al-Nahl 16:71; al-Mu’minoun 23:6; al-Nour 24:3, 32-33, 58; al-Roum 30:28; al-Ma’ârij 70:30 entre autres), une rébellion eut lieu dans son harem à cause de ses rapports sexuels avec Maryam, une esclave égyptienne, dans la chambre de sa femme Hafsa, en son absence. Aischa et Hafsa, deux jeunes adolescentes, lui firent promettre de ne plus recommencer. Mais Muhammad regretta son serment et le brisa au nom d’Allah, pour que d’autres Musulmans puissent aussi briser leurs serments conclus à la hâte (Sourate al-Tahrîm 66:1-2)!!

Au cours d’une dispute avec les deux jeunes femmes et leurs parents, Muhammad défendit ses droits sur ses esclaves et menaça ses épouses scandalisées de les répudier toutes en même temps parce qu’Allah pouvait lui fournir de meilleures femmes. Il les avertit ainsi que leurs pères, les futurs Califes, du feu de l’enfer si elles ne se soumettaient pas à lui.

En fin de compte, afin de calmer la rébellion dans son harem, il désigna l’humble Marie, la mère célibataire de Isa, comme la meilleure de toutes les femmes de ce monde et du prochain et comme un brillant exemple (Sourate al-Tahrîm 66:4-8, 12)!

Si le fondateur de l’Islam commit de telles fautes et les légalisa grâce à ses révélations, ses disciples marcheront forcément dans ses traces. Nous n’avons pas le droit de condamner Muhammad puisque David et Salomon se sont comportés encore plus mal que Muhammad. Mais David se repentit et recommanda à tous les adultères de se repentir (Psaume 51). Muhammad ne se repentit jamais et justifia ses mauvais agissements par ses révélations. Selon l’Evangile, la polygamie représente un adultère continuel. Ce péché est devenu normal dans notre monde impie, même en dehors de l’Islam. Mais Muhammad autorisa ce péché par sa loi religieuse! Il permit à ses disciples de pécher en toute bonne conscience.

5.13 -- Que dit le Coran sur le divorce?

Dans l’Islam, le divorce est considéré comme prédestiné! L’homme aurait un droit unilatéral de divorcer de sa femme à tout moment. Dans plusieurs états islamiques, ce droit est actuellement limité à cause de l’influence des droits de l’homme et des besoins sociaux.

Mais le Coran enseigne: S’il y a un conflit persistant, des médiateurs de chacun des clans devraient d’abord essayer de réconcilier le couple. Si les 2 parties souhaitent une réconciliation, elles y parviendront (Sourates al-Nisâ’ 4:35; al-Talâq 65:2).

Des demandes continuelles pour de nouveaux habits et des bijoux sont une raison motivant le divorce (Sourate al-Ahzâb 33:28-29) mais cela peut être réglé.

Des serments hâtifs empêchent la réconciliation. Ils peuvent encore être brisés (Sourate al-Baqara 2:224-225).

De bonnes raisons de divorcer sont: mauvais traitement, coups et harcèlement, antipathie et haine croissantes, avarice et éloignement de l’Islam (Sourates al-Baqara 2:221; al-Nisâ’ 4:127-130; al-Mumtahana 60:10).

Lorsqu’un homme a atteint son but avec sa femme et en a assez d’elle, il peut la répudier (Sourate al-Ahzâb 33:37).

S’il ne l’a pas encore touchée, il a le droit de la renvoyer sans hésitation (Sourates al-Baqara 2:236-237; al-Sâffât 37:49).

Si un homme utilise la phrase horrible «Je te regarde comme ma mère» lors du divorce, il doit, s’il répète cette phrase, libérer un esclave croyant, jeûner 2 mois ou nourrir 60 pauvres (Sourates al-Ahzâb 33:4; al-Mujâdala 58:1-4).

Lorsqu’un homme divorce pour de bon, le divorce est définitif (Sourates al-Baqara 2:227; al-Talâq 65:2)!

En fin de compte, chaque divorce est prédestiné dans l’Islam (Sourate al-Talâq 65:3)!!

Ces motivations furent définies en détail par les avocats de la Charia et élargies à un système structuré et complexe. Jésus-Christ interdit cependant tout divorce (Matthieu 5:27-32; 19:3-9; Marc 10:4-12 entre autres). Dans l’Evangile, un divorce est une grande injustice et frappe les deux partenaires et par-dessus tout leurs enfants.

5.14 -- Dernier divorce ou remariage?

Les femmes divorcées doivent être entretenues pour un temps (Sourates al-Baqara 2:241; al-Nisâ’ 4:130). Les Musulmans riches devraient leur verser une compensation honorable, les pauvres ne peuvent pas donner plus qu’Allah leur a donné (Sourates al-Baqara 2:236; al-Talâq 65:7).

Si un bébé doit encore être sevré, l’homme doit prendre soin de la femme pendant 2 ans (Sourates al-Baqara 2:232; al-Talâq 65:6).

Si une réconciliation du couple séparé est envisageable, le couple doit attendre au moins 4 mois avant d’y songer, avant d’en arriver soit à un divorce définitif soit à un remariage (Sourates al-Baqara 2:226; al-Talâq 65:1-2, 4). Pendant ce temps, il ne devrait y avoir aucun pourparler, aucune négociation en vue d’un nouveau contrat de mariage. Il doit être légalement négocié après coup devant 2 témoins (Sourate al-Baqara 2:228).

Une femme divorcée doit attendre 3 mois avant de se remarier (Sourate al-Baqara 2:228).

L’homme n’a pas le droit de harceler son épouse divorcée pendant l’attente. Elle a le droit de vivre où elle veut (Sourate al-Talâq 65:6).

L’homme doit la soutenir jusqu’à la naissance de l’enfant lorsque sa grossesse est découverte après le divorce (Sourate al-Talâq 65:4-6).

Une règle spéciale dans les lois sur le divorce est la possibilité d’un renvoi préliminaire et d’un remariage. Mais de telles allées et venues ne peuvent pas durer. Un Musulman peut répudier sa femme et la remarier. Il peut la renvoyer une seconde fois et la remarier! Mais s’il s’en sépare une troisième fois, le divorce est définitif! Il peut la remarier seulement après qu’elle ait épousé un autre homme et que ce dernier l’ait répudiée à son tour. Après quoi, son premier mari a le droit de l’épouser à nouveau (Sourate al-Baqara 2:229-230).

Dans ce genre de divorce, la femme est abaissée à l’état d’un objet de commerce. Il n’est pas tenu compte qu’elle aussi possède une âme, une espérance et des attentes. Elle ressemble à un jouet d’amour et de colère d’une part et de doute et de jalousie d’autre part.

La souffrance des femmes est souvent plus grande que nous l’imaginons. L’éducation et le soutien de leurs enfants (à l’exception des bébés) ne sont pas mentionnés dans le Coran par rapport au divorce. La femme a fait son devoir et donné naissance à des fils – elle peut partir!

Tous les Musulmans ne se comportent pas de la sorte. Plusieurs agissent mieux que leur loi! Contrairement à la législation coranique, certains pays islamiques ont introduit leur propre législation libérale. Le Coran exerce cependant une forte influence et détermine la culture et la législation du monde islamique. La confrontation des droits de l’homme et de la Charia se poursuit. Les fondamentalistes luttent avec fanatisme, avec de gros moyens financiers et des armes pour mettre en pratique tous les commandements coraniques et se baser sur le style de vie de Muhammad pour les interpréter. Tout Musulman devrait vivre comme Muhammad a vécu! La paix ne dépendrait que de cette condition.

5.15 -- L’amour de Jésus-Christ transforme les individus

Avec son amour divin (agape), Jésus bénit et sanctifia l’amour entre le mari et la femme (eros). Aucun être humain n’est pur comparé à la sainteté du Fils de Dieu (Jean 8:1-11). Seul son sacrifice expiatoire nous réconcilie avec Dieu nous acquittant de tous nos péchés. Son Esprit nous donne un nouvel esprit et la puissance d’abnégation pour nous sacrifier et servir.

Une femme désire s’appuyer sur son mari et être protégée par lui (Genèse 3:16; Ephésiens 5:22-23; 1 Timothée 2:12 entre autres). Certaines d’entre elles comprennent le monde à travers leur mari. Elles ont besoin d’amour, de compréhension, de temps, de sympathie car elles sont appelées à accueillir une nouvelle vie en elles et à lui donner naissance dans la douleur. Par conséquent, Adam appela sa femme «Eve», la mère de tous les vivants (Genèse 3:20). Son nom est mentionné 4 fois dans la Bible (Genèse 3:20; 4:1; 2 Corinthiens 11:3; 1 Timothée 2:13).

Par Jésus-Christ, la femme fut pleinement émancipée sur le plan spirituel en recevant le don de la grâce (Luc 7:38-50). En Jésus, la femme reçut la dignité qui lui est refusée par les autres religions.

Paul exigea la soumission de la femme à son mari selon les principes de la création et confirma l’égalité de la femme et du mari dans le salut: Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. (Galates 3:28)

Dans le même sens, Paul révèle le grand mystère de l’amour: comme Christ s’est livré lui-même en sacrifice pour nous, le mari doit se sacrifier pour sa femme. Les buts les plus importants de l’Esprit de Jésus-Christ ne sont pas le règne ou la subordination, ni la possession ou l’obéissance, mais il nous amène plutôt à aimer, servir, aider, comprendre, pardonner, soutenir, être patients, bénir et rester fidèles. Ce sont les fruits de son amour. Il dit: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés! (Jean 13:34-35). Jésus-Christ est le modèle pour l’homme aussi bien que pour la femme. Il est notre rédempteur, sauveur, consolateur et celui qui nous sanctifie (1 Corinthiens 1:30; Hébreux 12:1-2)

5.16 -- QUESTIONNAIRE

Cher lecteur!

Si vous avez étudié attentivement ce petit livre, vous pouvez facilement répondre aux questions suivantes. Si vous répondez correctement à 90% des questions que compte cette série de livrets, vous obtiendrez un certificat de notre centre pour

Etudes Approfondies
dans la compréhension des racines coraniques de la Charia de l’Islam

comme encouragement pour vos futurs engagements pour Christ. Essayez d’inclure les références coraniques à vos réponses.

  1. Pourquoi les Chrétiens devraient-ils étudier les 110 versets du Coran sur le mariage et le divorce?
  2. Pourquoi les noms des femmes n’apparaissent-ils pas dans le Coran, à l’exception de celui de Marie, la mère de Jésus?
  3. Comment la Sourate al-Nisâ’ 4:34 décrit-elle la domination des hommes sur les femmes?
  4. Que signifie le commandement d’Allah: les hommes doivent s’approcher de leurs femmes qui sont comme un champ préparé à recevoir la graine? (Sourate al-Baqara 2:222-223)
  5. Pourquoi faut-il 2 femmes comme témoins oculaires alors qu’un seul homme suffit pour témoigner devant un tribunal soumis à la Charia? (Sourate al-Baqara 2:282)
  6. Comment se fait-il que dans la loi du talion la femme libre soit mentionnée après l’esclave? (Sourate al-Baqara 2:178)
  7. Pourquoi un Musulman doit-il plus s’occuper de ses parents de sang que de ses épouses et de sa belle-famille?
  8. Comment les Musulmans expliquent-ils la création divine de la femme d’Adam?
  9. Pourquoi, après la bataille d’Uhud, Muhammad encouragea-t-il ses guerriers à épouser jusqu’à 4 femmes simultanément, s’ils arrivaient à les traiter toutes équitablement?
  10. Quelle influence la polygamie exerce-t-elle aujourd’hui sur le taux de croissance de la population musulmane?
  11. Pourquoi les Musulmans déclarent-ils que Muhammad voulait un mariage  avec une seule femme?
  12. Que signifie le fait qu’un Musulman puisse épouser ses filles esclaves quand il veut?
  13. Comment les Shiites peuvent-ils légaliser un mariage temporaire, même pour une heure?
  14. Quelle est la réponse chrétienne à la polygamie?
  15. A quel moment un Musulman a-t-il le droit de battre sa femme jusqu’à ce qu’elle se soumette à sa volonté? (Sourate al-Nisâ’ 4:34)
  16. Que signifie cette confession de Muhammad sur la polygamie: aucun homme ne peut traiter ses femmes également?
  17. Que devrait contenir un contrat de mariage pour que les droits de la femme soient protégés?
  18. Pourquoi la prière serait-elle inutile si un homme ne se purifie pas après s’être approché de sa femme?
  19. Quelles sont les 18 catégories de femmes interdites à tout Musulman? (Sourate al-Nisâ’ 4:22-24)
  20. Que signifie le fait qu’un Musulman ne doive jamais commettre l’adultère?
  21. En théorie, de quels droits pourrait bénéficier une femme sur la base de la Sourate al-Baqara 2:228?
  22. A quel moment une femme n’est-elle pas obligée de coucher avec son mari?
  23. Dans certains pays musulmans, les femmes peuvent exiger que leur mari n’épouse pas une deuxième femme ou sous certaines conditions seulement. Pourquoi? (Sourate al-Nisâ’ 4:3)
  24. Pourquoi certains maris exigent-ils que leur première femme cherche une seconde femme pour eux et qu’elle l’accueille au jour du mariage?
  25. Quelles solutions existent-ils en cas de discorde au sein du couple?
  26. Comment le Coran décrit-il les vertus d’une bonne épouse? (Sourates al-Ahzâb 33:28-33 et al-Tahrîm 66:5)
  27. Pourquoi est-il interdit à une fille musulmane d’épouser un Chrétien ou un Juif et quelle est la conséquence de ce commandement?
  28. Comment se fait-il que Muhammad autorisa le mariage avec des mineures? (Sourate al-Talâq 65:4)
  29. L’homme et la femme surpris en flagrant délit d’adultère seront punis de 100 coups de fouet si 4 témoins oculaires peuvent décrire l’acte de manière concordante. Qu’est-ce que cela signifie?
  30. Quel rôle joue la dot dans le contrat qui doit être conclu avant que le mariage ne soit consumé?
  31. Pourquoi un mariage est-il illégal sans un contrat de mariage signé par 2 témoins?
  32. Quels devraient être les points essentiels fixés dans ce contrat?
  33. Combien de femmes Muhammad a-t-il épousées?
  34. Comment Muhammad pouvait-il appeler ses épouses les mères de croyants si Aischa était la fille du Calife Abu Bakr et Hafsa la fille du Calife Omar Ibn al-Khattab?
  35. Quelles sont les règles spéciales édictées pour les femmes de Muhammad? (Sourate al-Ahzâb 33:28-33)
  36. Comment les juristes du Coran expliquent-ils les contradictions de ces 2 commandements: d’une part, toutes les femmes peuvent se donner à Muhammad s’il les accepte et d’autre part, il ne devrait pas épouser plus de femmes ni les échanger même si elles lui plaisent?
  37. Quelle est la raison de la révolte dans le harem de Muhammad? (Sourate al-Tahrîm 66)
  38. Pourquoi Muhammad présenta-t-il Marie comme la meilleure de toutes les femmes?
  39. Quelles sont les raisons légales motivant le divorce dans l’Islam?
  40. Pourquoi le divorce est-il considéré comme prédestiné? (Sourate al-Talâq 65:3)
  41. Comment Jésus interdit-il le divorce?
  42. Un Musulman pourrait répudier sa femme jusqu’à 3 fois. S’il veut la remarier une quatrième fois, il doit attendre qu’un autre homme la marie et la répudie à son tour. Qu’est-ce que cela signifie?
  43. Comment un Musulman doit-il prendre soin de sa femme divorcée?
  44. Quelles sont les étapes à respecter en vue d’un remariage?
  45. Comment Jésus a-t-il élevé les femmes et les a-t-il qualifiées de spirituellement égales aux hommes?
  46. Comment l’amour de Christ transforme-t-il les attitudes égoïstes dans un mariage chrétien?

Chacun de vous est libre de se référer aux livres à sa disposition et de se renseigner auprès de ses connaissances pour répondre à ces questions. Nous attendons vos réponses écrites ainsi que votre adresse complète par courrier ou par e-mail. Nous prions que Jésus, le Seigneur vivant, vous éclaire, vous envoie, vous guide, vous fortifie, vous protège et qu’il soit avec vous chaque jour de votre vie!

A votre service,
Serviteurs du Seigneur

Envoyez vos réponses à: (voir verso)

GRACE ET VERITE (Grace and Truth),
Boîte Postale 1806,
70708 Fellbach,
Allemagne

Ou par e-mail à:
info@grace-and-truth.net

Nos sites dans l’Internet:
Internet: www.grace-and-truth.net
Internet: www.grace-and-truth.org

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 22, 2012, at 12:28 PM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)