Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 09. Comparisons -- 4.02 Introduction: The All-Importance of the Ten Commandments
This page in: -- Afrikaans -- Arabic? -- Armenian? -- Azeri? -- Bulgarian? -- Cebuano? -- Chinese -- English -- Farsi? -- FRENCH -- German -- Gujarati? -- Hebrew -- Indonesian -- Norwegian? -- Polish? -- Russian -- Serbian? -- Spanish? -- Tamil -- Turkish? -- Uzbek -- Yiddish? -- Yoruba

Previous part -- Next part

09. COMAPRISONS BETWEEN CHRISTIANITY AND ISLAM
Comparaison 4 - Les Dix Commandements

4.02 - Introduction aux Dix Commandements: Dieu se Revele Lui-Meme



"C'est moi le Seigneur, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude" (Exode 20:2).

Les Dix Commandements n'imposent pas un système légaliste de règles ou de dogmes compliqués révélés par un ange. Mais plutôt, à travers eux, Dieu Lui-même parle aux hommes. Le Créateur se rapproche de Ses créatures et le Saint se rapproche de Son peuple pécheur.


4.02.1 - La Personne de Dieu

Le premier mot du Décalogue se traduit par "C'est moi" ou "Je". Le Dieu vivant nous parle comme une personne, non comme un esprit impersonnel ou un coup de tonnerre effrayant entendu dans le lointain. Son langage est facile à comprendre. Il veut établir une relation de confiance avec nous. Il communique avec nous par Sa grâce, non par la loi ou la colère. Il se tourne vers nous plein de bonté et d'amour, quel privilège!

L'homme peut volontairement essayer de tourner le dos au Dieu Tout-Puissant et s'éloigner de Sa bonté. Pourtant, le Dieu saint nous voit où que nous soyons. Nous demeurons toujours dans Sa présence. C'est pourquoi chaque personne sage devrait répondre à Ses paroles. Le fait qu'Il dise "Je" signifie que nous sommes élevés au niveau du "tu", et pouvons Lui parler comme des êtres ayant une identité.

Nous affirmons donc sans l'ombre d'un doute que l'Eternel Dieu Lui-même, le Soutien de tout, le Juge éternel nous parle en tant que personne. Ecoutons-Le donc attentivement et gardons Sa parole avec joie et plaisir.


4.02.2 - Existence de Dieu

L'Essence même de Dieu se révèle dans le "C'est moi". Comment les gens peuvent-ils dire qu'il n'y a pas de Dieu? Toutes les affirmations athées s'écroulent face à ce témoignage de Dieu puisque le "C'est moi" est la raison de notre existence. Dieu est là! Toute chose passe, Lui seul est éternel. L'homme se rebelle souvent contre son Créateur comme s'il s'opposait à une haute montagne. Mais la vérité n'est pas basée sur ce que l'homme dit de Dieu ou sur ce que les scientifiques écrivent sur Lui. Il est la Vérité en Lui-même et Il remplit l'univers. Il y a 3'000 ans, à l'époque de David, des personnes ont nié ce fait et ont affirmé qu'il n'y avait pas de Dieu (Psaumes 14). Le psalmiste les a qualifiés de fous corrompus parce qu'ils ignoraient la réalité et avaient négligé Celui qui tient et soutient tout l'univers. Ils vivaient inconsciemment dans leur péché.

Le témoignage de Dieu de Lui-même réfute les principes de base sur lesquels le Bouddhisme est construit. Le nirvana, qui enseigne le reniement de soi et la façon de tuer les désirs jusqu'à permettre à l'âme d'être absorbée dans le grand néant, est irréel. Dieu veut des hommes qui vivent. Il est vivant et affirme "C'est moi". Le fait qu'Il soit là donne un sens et un but à nos vies. Il veut que nous vivions comme Il vit. Son but n'est pas de nous écraser.

Le témoignage de Dieu condamne tous les dogmes matérialistes. Celui qui nie l'existence d'un monde spirituel est myope. Il est comme une pierre par rapport à l'oiseau qui s'élève dans le ciel. Dieu est vivant et Il vous parle. Il parle même au matérialiste, à l'athée et au communiste pour que chacun puisse tourner son oreille vers Lui et devenir sage. Si quelqu'un refuse d'écouter et endurcit son cœur, il sera comme un aveugle affirmant qu'il n'y a pas de soleil parce qu'il ne peut le voir.


4.02.3 - Qui est Yahvé?

Dieu dit à Moïse: "C'EST MOI le SEIGNEUR." Exode 3:14, "JE SUIS QUI JE SERAI" exprime l'existence réelle, éternelle, inconditionnelle et indépendante de Dieu. Dieu existe comme personne d'autre. Le fait qu'Il ne change pas est la base de notre foi et la pierre angulaire de notre salut. Malgré nos limites et nos péchés, le Dieu immuable demeure fidèle. Nous pouvons revenir à Lui parce qu'Il est fidèle. En attendant la fin de ce monde, Dieu nous réconforte: "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas" (Matthieu 24:45).

Dans Sa souveraineté, Dieu englobe tout: Il connaît tout, voit tout, est omniscient et plein de sagesse. Si toutes les portes sont fermées, Il nous montre le chemin de sortie. Il comprend nos pensées et nos sentiments. Sa volonté n'est pas de nous terroriser, non! Au contraire, Il crée en nous la confiance et une profonde espérance. Il nous parle pour que nous puissions diriger nos regards vers Lui avec confiance. Il veut être le Seigneur de notre vie. Oh, que personne ne se cache du Dieu patient, car Il attend votre réponse! Celui qui se tourne vers son Créateur, répond à Son amour miséricordieux. Quand Dieu dit, "Je suis le SEIGNEUR", Il affirme aussi qu'Il est le seul Seigneur et qu'il n'y en pas d'autre. Tous les autres esprits ou dieux sont inutiles.

Aujourd'hui, bien que le spiritisme et des enseignements mystiques soient présentés comme des religions modernes, les possédés de démons ne sont libérés qu'en mettant leur confiance dans le seul vrai Dieu. L'agnosticisme décline, les gens vont à l'autre extrême, sont pris dans des pratiques occultes et liés par de mauvais esprits. La propagande pour de telles pratiques est partout, à la radio, à la télévision ou dans les journaux.

Dans les Evangiles, Jésus dit: "Je suis Lui." C'est une expression intégrale des Dix Commandements. En disant cela, Jésus affirme qu'Il est le Seigneur et le sujet de la bonne nouvelle annoncée par les anges aux bergers de Bethléem. Jésus va plus loin en disant: "Je suis le pain de vie", "Je suis la lumière du monde", "Je suis la porte", "Je suis le chemin, la vérité et la vie". Il a aussi dit: "Je suis Roi", "Je suis le commencement et la fin". Depuis lors, Ses disciples professent sans hésitation que "Jésus est SEIGNEUR". Il ne change jamais et Il nous sauve de tout péché. Il a confirmé Son statut et Son autorité lors de Sa résurrection des morts. Ainsi, le commencement du Décalogue a un son réconfortant: "C'est moi le SEIGNEUR".


4.02.4 - Qui est Dieu?

Dieu, appelé en hébreu "Elohim" est traduit en arabe par "Allah". "Elohim" se lit aussi "Eloh-im", alors qu'Allah est "Al-el-hu". "Al" est un article défini signifiant "le". "El" est le nom original pour Dieu dans les cultures sémites, il signifie "la puissance". Jésus a proclamé le sens capital de ce nom "El", et l'a affirmé en témoignant devant le sanhédrin: "Désormais vous verrez le Fils de l'homme siégeant à la droite du Tout-Puissant" (Matthieu 26:64). Les mots "-im" et "-hu" sont des suffixes. "-im" en hébreu rend possible le pluriel, tandis que "-hu" en arabe est réservé exclusivement au singulier. Ainsi l'unité de la Sainte Trinité est éliminée du mot "Allah" à la base, alors qu'"Elohim" rend possible le Dieu Trinitaire.

Le Seigneur Eternel n'est pas seulement Omniscient et Omniprésent, mais Il est aussi le Tout-Puissant (Omnipotent). Il est la seule puissance au monde qui construit. Il a créé tout l'univers à partir du néant par Sa Parole puissante. Il est patient avec chacun. Notre Seigneur n'est pas un dieu destructeur, tyrannique qui dirige qui Il veut et égare qui Il veut (Sourates Le Créateur 35:8 et Celui qui est revêtu d'un manteau 74.31). Au contraire, notre Dieu veut "que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1 Timothée 2:4).

Dans l'Ancien Testament, des personnes et de lieux portent le nom "El" comme: Samuel, Elisée, Eliézer, Daniel, et: Béthel, Izréel et Israël. Ils sont ainsi attachés à la "puissance" qui contrôle tout l'univers. Dans le Nouveau Testament, les personnes sont tout aussi unies à Dieu, depuis la promesse aux disciples: "Mais vous allez recevoir une puissance, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous" (Actes 1:8). Dieu ne rejette pas les pécheurs, mais Il les purifie, les sanctifie et demeure en eux.

Toute autorité sur terre et dans les cieux a été donnée à notre Seigneur Jésus-Christ, le Tout-Puissant. Les bombes atomiques ne sont rien comparées à Sa puissance éternelle; Son autorité n'a pas de fin.


4.02.5 - Qui est Allah dans l'Islam?

La soumission au Tout-Puissant amène les Musulmans à proclamer "Allahu akbar", Allah est plus grand! Le Musulman considère donc Allah comme plus "beau", plus "prudent" que tous. Allah devient ainsi le grand, le fort et l'insaisissable Dieu au-dessus de ses esclaves. Aucune intelligence ne peut Le comprendre. Il nous comprend. Il est lointain et inconnu. Chaque pensée à son sujet est insuffisante et fausse. Les hommes ne peuvent jamais comprendre le Tout-Puissant. Les Musulmans ne peuvent donc que le craindre et l'adorer en se prosternant.

Par la méditation, les Soufis ont essayé de construire des ponts pour approcher le grand et pourtant insaisissable Allah. Le Coran n'encourage pas de telles démarches et cache Allah derrière une logique coranique bédouine abstraite.

Dans l'Islam, Allah demeure invisible et n'a pas fait alliance avec les Musulmans. Mahomet n'est pas considéré comme un médiateur. Il n'a pas lié Allah aux Musulmans par une alliance islamique. Il ordonne à tous de s'abandonner simplement à leur Seigneur.

Les Musulmans ne comprennent pas l'essence de Dieu. Ils n'ont pas une réelle connaissance de leur péché et ne peuvent pas expérimenter Sa grâce. Dans l'adoration, ils ne remercient pas le Sauveur pour le salut des hommes, ni ne le louent pour la délivrance du jugement. Ils adorent plutôt Allah, éloigné et puissant, comme des esclaves craintifs et désécurisés tombant à genoux aux pieds de leur maître. Ils sont motivés à suivre Mahomet parce que l'Islam magnifie Allah qui leur fait peur et ne les sanctifie jamais. Ils ne remercient pas un Sauveur de les avoir sauvés car il n'y a aucun sauveur dans l'Islam. Pas étonnant qu'un Musulman reste attaché à son adoration formelle et rituelle!

Cependant, le vrai Dieu, révélé dans la Bible, n'est pas resté loin de Sa création. Il s'est approché de nous et a conclu une alliance avec nous, enfants d'Adam, en disant: "C'est moi le SEIGNEUR, ton Dieu."


4.02.6 - L'Alliance avec Dieu

Le pronom "ton" dans "ton Dieu" est un possessif. Cela signifie que Dieu s'humilie Lui-même au point qu'Il nous permet de Le posséder. Nous pouvons Lui faire confiance comme un enfant fait confiance à son père. Le Dieu Tout-Puissant s'abaisse vers nous malgré notre rébellion, comme s'Il nous disait: "Je suis à vous, ne voulez-vous pas vous repentir, vous tourner vers moi et vous engager exclusivement pour moi pour l'éternité?"

Le fait que le Décalogue commence par une alliance conclue entre Dieu et son peuple est une nouvelle encourageante. Dieu seul a offert cette alliance à Son peuple. Par elle, Il nous confirme Sa présence et Son amour en nous. Il espère que nous répondrons à Son existence omniprésente dans la foi, l'espérance et l'amour.

Dans Son alliance avec les pécheurs, Dieu leur assure Son pardon, Son salut, Sa protection et Ses bénédictions. "Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?" (Romains 8:31). Il nous encourage en affirmant qu'Il est toujours avec nous et travaille au travers de nos faiblesses. Le péché de l'homme ne met pas fin à la fidélité de Dieu. Sans aucun doute, le Saint doit juger chaque péché, quelle qu'en soit son importance. Sa justice parfaite condamne chaque péché, mais tous les pécheurs qui entrent dans Son alliance sont purifiés par Son amour éternel en Christ. En mourant à notre place, Christ a signé la garantie que l'alliance divine était entrée en vigueur. La croix est depuis lors le signe de la continuité de Son alliance.


4.02.7 - Dieu est notre Père

La séparation entre l'homme et Dieu a pris fin à la naissance du Christ. Dieu s'est fait chair pour que Ses disciples ne soient plus des esclaves. Jésus les a libérés des liens du péché, des chaînes du malin, de la mort et même du jugement de Dieu. Le sang de Jésus a été versé en sacrifice pour notre délivrance. Celui qui croit en Christ sera purifié et adopté comme fils ou fille de Dieu. En Christ, le Dieu Tout-Puissant est devenu notre Père tant légalement que spirituellement. "Je suis le SEIGNEUR, ton Père" nous assure-t-Il même si nous commettons un grave péché.

Dieu, le Père de Jésus-Christ, donne la puissance du Saint-Esprit à celui qui aime et suit Jésus, le crucifié et ressuscité. Les croyants nés de nouveau en Jésus possèdent la vie et la nature de leur Père céleste. Ils ne sont plus liés par le désespoir ni dans les griffes de la mort spirituelle. En Christ, le Dieu saint s'est lié Lui-même à nous. Il a fait de nous Son temple, Sa demeure. Il est notre Père et nous sommes Ses enfants. Nous Lui appartenons et Il nous appartient. Cette nouvelle alliance a été accomplie en vertu de la mort de substitution du Christ pour nous. Depuis lors, chaque croyant en Christ expérimente un contact personnel avec Dieu. Quand il prie, il ne parle pas dans le vide. Sa prière est plutôt comme un entretien téléphonique avec Dieu animé par la reconnaissance, la confession, les demandes et requêtes. Notre Père céleste nous écoute fidèlement. C'est dans Sa paternité que nous trouvons refuge. Il nous entoure et nous protège de Son manteau de gloire. Contrairement aux Musulmans, les vrais Chrétiens ne sont pas éloignés de leur Dieu. Ils n'adorent pas non plus un sanctuaire de dieux comme les Hindous, ni ne sont terrifiés par le néant comme le sont les Bouddhistes.

Le Tout-Puissant s'est lié Lui-même aux disciples du Christ par Son amour pour qu'ils puissent vivre dans Sa présence et être transformés à Son image. Notre Père céleste n'a pas voulu nous laisser dans notre condition désespérée, mais Il a décidé de nous sauver et de nous renouveler. Il nous a lancé le défi: "Vous devez donc être saints, puisque je suis saint" (Lévitique 11:45). Une relation avec Dieu ne signifie pas seulement une foi intellectuelle mais aussi un changement moral radical. Si nous vivons avec Dieu, notre être dans son essence sera transformé puisque le Dieu éternel a décidé d'élever Ses enfants à Son niveau. Notre Père veut que nous soyons comme Lui, comme l'a affirmé Jésus: "Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Matthieu 5:48). Le Décalogue est un guide transformant les gens perdus en enfants de Dieu. Les Dix Commandements, par la vertu de Sa grâce, sont en fait un rempart qui nous empêche de tomber.

Vous pensez peut-être qu'il est impossible d'obéir au commandement du Christ. Comment pouvons-nous être parfaits comme Dieu est parfait? Cette affirmation ne nous rappelle-t-elle pas la tentation d'Eve en Eden lorsqu'elle a entendu les murmures de Satan: "Tu seras comme Dieu"? L'homme ne peut se sauver lui-même et ne peut devenir juste par ses propres efforts. Toute vertu personnelle est basée sur des lois qui éveillent la rébellion et finalement aboutissent au jugement. Mais notre sanctification est l'oeuvre du Père céleste en nous. Il nous conduit dans le chemin de Sa droiture. Il nous appelle chaque jour à faire abstraction de nous-mêmes et Il donne à nos âmes Sa propre puissance pour y vaincre le mal. Il nous pousse à lire Sa Parole et à agir en conséquence. Son amour qui transforme les gens égoïstes en serviteurs nous remplit. Les dons spirituels de notre Père sont si évidents que Mahomet les a reconnus. Il a décrit les disciples du Christ comme des gens spéciaux qui ne sont pas enflés d'orgueil (Sourate al-Mâ’ida 5:82) et qui ont reçu dans leur cœur la compassion et la miséricorde (Sourate al-Hadîd 57:22).


4.02.8 - La Libération Accomplie

Dieu veut nous libérer des liens du péché. Dans l'introduction aux Dix Commandements, Il nous dit que nous ne pouvons nous libérer nous-mêmes des liens du péché. Dieu le fait par notre obéissance dans la foi. Dieu a délivré Son peuple d'un esclavage douloureux par Moïse et a conclu une alliance divine avec les Israélites. Il ne les a pas acceptés parce qu'ils étaient bons et justes, mais les a choisis par Sa grâce. Il a déclaré: "C'est moi le SEIGNEUR, ton Dieu qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude" (Exode 20:2).

Les fils de Jacob ont quitté les montagnes rocheuses de la vallée du Jourdain il y a 3'600 ans quand la sécheresse a ravagé leur région. La faim les a conduits dans la Vallée fertile du Nil, à environ 300 kilomètres de chez eux. Ils y ont vécu une vie facile. Chaque année, le Nil irriguait et nourrissait le pays. Les enfants de Jacob se sont multipliés rapidement et sont devenus une menace pour le peuple égyptien. Les gens de Pharaon ont réduit en esclavage les travailleurs hébreux étrangers et les ont maltraités. Certains d'entre eux, dans leur esclavage, se sont rappelés le Dieu de leurs pères et L'ont prié de venir à leur secours. Aux jours heureux, ils avaient oublié leur Dieu, mais la pauvreté et le besoin les ont ramenés à leur Créateur et Sauveur. Dieu a entendu leurs cris et a envoyé Moïse, Son serviteur, qu'Il avait préparé dans le palais de Pharaon et dans le désert pour accomplir Son plan. Le Seigneur est apparu à Moïse dans un buisson qui brûlait sans se consumer. Dieu s'est révélé à Moïse comme le "JE SUIS", qui signifie: "Je suis qui Je serai. Je ne change pas mais te reste fidèle." Par conséquent: "Vous me chercherez du fond de vous-mêmes, et je me laisserai trouver par vous" (Jérémie 29:13-14).

Le Seigneur a envoyé Moïse et son frère, Aaron, auprès du grand Pharaon considéré alors comme un dieu égyptien, pour lui demander de laisser partir les esclaves hébreux. Mais le chef de la Vallée du Nil refusa de libérer cette main-d'œuvre bon marché. Il endurcit son cœur de plus en plus contre l'appel de Dieu. Le Pharaon n'était pas prêt à libérer les fils d'Abraham et le Seigneur a dû le forcer par toutes sortes de plaies et de calamités. Ils ont été libérés de l'esclavage en Egypte non pas à cause de leur propre droiture, mais grâce à leur obéissance dans la foi. Ils n'avaient pas d'épées. Ils se sont enfuis de nuit au désert couverts du sang protecteur de l'Agneau Pascal qui avait été tué pour eux. Ils ont offert un agneau par famille, en ont mangé la viande et ont fui dans sa puissance. La traversée de la Mer Rouge et la mort de leurs ennemis sont les preuves finales de leur délivrance. Aujourd'hui, au Musée du Caire, est exposée la représentation de la mère du Pharaon noyé avec des algues de la Mer Rouge dans ses poumons.

Les Musulmans attribuent à l'intervention de Dieu la victoire sur leurs ennemis dans la bataille. Cependant, si Mahomet a vaincu les marchands de La Mecque dans la Bataille de Badr, ce n'est pas dû à l'intervention miraculeuse de Dieu, mais aux épées tranchantes de ses disciples. Ceux-ci ont sacrifié tout ce qu'ils avaient. Pas étonnant qu'ils aient battu leurs ennemis! Ce que Moïse identifie comme un miracle, une délivrance divine (sans effusion de sang), est considéré dans l'Islam comme une guerre sainte (jihad), à laquelle chaque homme valide est obligé de participer. La règle justifiant ceux qui se joignent aux guerres profanes est la suivante: "Ce n'est pas vous qui les avez tués; mais Allah les a tués. Tu ne lançais pas toi-même les traits quand tu les lançais, mais Allah les lançait" (Sourate al-Anfâl 8:17).

Après avoir libéré miraculeusement les Israélites de leur esclavage en Egypte, le Seigneur les a conduits dans la chaleur torride du désert et a préparé une fête pour eux. Il voulait conclure une alliance divine qui les sanctifie dans une communion avec Lui. Ils les a appelés à être Sa nation sacerdotale et à Le servir. Ils devaient être un ministère de réconciliation devant Son trône pour tous les hommes. Le Décalogue était le cœur de cette alliance et la règle d'or pour rester en communion avec le Seigneur. Dieu trônait au-dessus des deux tablettes de Sa loi gardées dans l'arche de l'alliance.


4.02.09 - La Libération Accomplie dans la Nouvelle Alliance et le But de la Loi

Si nous pensons à la victoire extraordinaire que Dieu a accordée aux descendants de Jacob il y a 3'300 ans, si nous la comparons avec le salut accompli par Jésus dans la nouvelle alliance, nous pouvons résumer le commencement des Dix Commandements ainsi: "Je suis le SEIGNEUR votre Dieu et votre Père; Je vous ai rachetés pour l'éternité."

Depuis que Jésus est venu dans notre monde, nous proclamons la miséricorde de Dieu à toutes les nations et prêchons Jésus comme Seigneur et Sauveur à tous les hommes. Comme Agneau de Dieu, Il a payé pour nos péchés et notre punition en mourant sur la croix. Il a brisé les chaînes du péché et vaincu l'autorité de Satan par Ses souffrances et Sa mort. Il a apaisé la colère de Dieu et subi le jugement à notre place. Notre salut définitif n'a été accompli que par Christ. C'est pourquoi nous devons Le remercier et recevoir Sa rédemption par la foi.

Le salut de Dieu est prêt et offert à chaque homme. Nous avons été sauvés d'une façon unique, sans arme. Le sang a effectivement été versé. Ce n'était pas le sang d'un ennemi vaincu, mais le sang saint du Fils unique de Dieu qui s'est sacrifié pour nous.

Nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes en gardant les Dix Commandements: ce n'est pas leur but. Ils enseignent plutôt, à nous les élus, comment être reconnaissants pour le salut offert gratuitement. Celui qui pense pouvoir se sauver par ses propres forces du péché, de Satan, de la mort et de la colère de Dieu se trompe lourdement. En fait, il se soumet de plus en plus à l'esclavage du péché.

Les Dix Commandements ne peuvent pas nous amener à notre propre sanctification. Ils nous amènent à la repentance et à l'obéissance par la foi dans la joie du salut déjà accompli. Nous accomplissons le but de la loi de Moïse quand, avec Jésus, nous glorifions le Père céleste par la puissance du Saint-Esprit. Dieu ne veut pas nous condamner ou nous maudire, ni nous écraser avec les Dix Commandements. Certainement pas! Notre Seigneur a planifié notre salut bien longtemps avant la révélation de la Loi. Il a donné Sa loi pour amener les hommes à la repentance, transformer leur rébellion en soumission par la douceur du Saint-Esprit. L'objectif de la Loi est donc notre communion avec Dieu le Père et non la mort au jour du jugement.

Nous comprendrions mieux les Dix Commandements si nous avions été esclaves nous-mêmes. En tant qu'esclaves, jeunes ou vieux, malades ou non, nous aurions travaillé dur sans nous soucier de nous-mêmes. Nous aurions été forcés de travailler dans des conditions insupportables. Comme esclaves, plusieurs auraient trouvé la mort et personne ne se serait soucié d'eux.

Dieu a libéré Son peuple de la misère spirituelle et de la souffrance. Pour cette raison, nous considérons les Dix Commandements comme un guide qui enseigne aux Chrétiens libérés comment agir posément et sagement dans leur liberté. Beaucoup de tentations se cachent dans la liberté. Si nous vivons sans Dieu, nous devenons vite des esclaves de nos désirs instinctifs et du péché. Mais Dieu a créé l'homme à Son image. Sans Dieu, l'homme ne peut vivre une vie juste. Il n'y a aucune liberté parfaite sans Dieu.

Si l'homme vit dans le péché, il est esclave de son péché. Drogues, désirs sensuels, vols, paresse, rapt et vices deviennent sa prison. Certains vivent dans l'angoisse à cause de liens subtils et invisibles tels que cigarette, alcool, drogue et mensonge, sans parler de la divination et des esprits mauvais. Satan joue avec leur intelligence. Mais Jésus délivre celui qui croit en Lui et le fait entrer dans la liberté spirituelle des enfants de Dieu. Christ est l'ultime Conquérant, le Seigneur et Sauveur, le sage Physicien, le bon Berger et l'Ami fidèle. Celui qui s'adresse à Lui recevra toujours aide et conseil.

Le Décalogue est un rempart pour ceux qui ont été libérés par grâce. Dieu est devenu leur Père, Christ leur Sauveur et le Saint-Esprit leur Consolateur. Ils ont compris que Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont un Dieu. Ils ont fait l'expérience d'une réelle délivrance en Lui dans la reconnaissance et la paix. Pas étonnant que les Dix Commandements leur soient devenus un signe de la direction de Dieu et qu'ils leur aient inspiré un cantique de louange dans le désert de leurs vies (Psaumes 119:54).

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on September 10, 2012, at 10:53 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)