Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 09. Comparisons -- 4.09 Seventh Commandment: Do Not Commit Adultery
This page in: -- Afrikaans -- Arabic? -- Armenian? -- Azeri? -- Bulgarian? -- Cebuano? -- Chinese? -- English -- Farsi? -- FRENCH -- German -- Gujarati? -- Hebrew -- Indonesian -- Norwegian? -- Polish? -- Russian -- Serbian? -- Spanish? -- Tamil -- Turkish? -- Uzbek -- Yiddish? -- Yoruba?

Previous part -- Next part

09. COMAPRISONS BETWEEN CHRISTIANITY AND ISLAM
Comparaison 4 - Les Dix Commandements

4.09 - Septieme Commandement: Tu Ne Commettras Pas d'Adultere



Tu ne commettras pas d'adultère (Exode 20:14).


4.09.1 - Institution et but du mariage

Dieu créa l'homme à Son image; à l'image de Dieu Il le créa. Il les créa mâle et femelle. Il les a choisis tous deux pour refléter Son image. Ils étaient tous deux au même niveau spirituel. La communion de l'homme et de la femme avec Dieu est le secret de leur honneur, de leur estime et de leur dignité.

Dieu a créé une femme pour un homme. Remarquez qu'Il n'a pas créé deux, trois ou quatre femmes pour Lui. Dieu est la troisième personne dans l'alliance matrimoniale équilibrée. Il donne aux deux partenaires un esprit et un but, les corrige et les rend spirituellement égaux. Il les guide dans une vie de sacrifices, Son amour étant le lien de perfection. Celui qui aime Dieu peut aimer son partenaire. Le Seigneur, dans Sa grâce, unit deux personnes égoïstes, dans le but que toutes deux vaincront leur égoïsme par Son esprit doux et bon.

Dieu créa la femme à partir de l'homme et non l'inverse. Un rabbin juif explique que le Créateur n'a pas pris la côte de la tête de l'homme de peur que la femme n'ait autorité sur lui, Il ne l'a pas prise non plus du pied de l'homme de peur qu'il n'opprime sa femme. Il l'a prise de son côté pour qu'elle puisse se tenir à ses côtés, l'aider, le rendre parfait et partager ses soucis.

Avant la chute, le nom de la femme était isha, la forme féminine en hébreu de ish, un homme. Le -a est seulement une terminaison féminine de la langue sémitique qui existe aussi en arabe et en hébreu. La femme correspondait en toutes choses exactement à l'homme, dans toute sa beauté et ses droits. Il n'est pas étonnant qu'un homme quitte son père et sa mère, et s'attache à sa femme, et non le contraire. Bien des parents devraient se repentir et laisser leur fils les quitter pour fonder une famille et vivre en paix avec sa propre femme. Tous deux peuvent former une famille indépendante et vivre ensemble dans la présence de Dieu, dans une unité de l'esprit, de l'âme et du corps. L'amour sexuel et le désir sont des dons de Dieu pour garantir des relations conjugales respectueuses avec l'intention d'avoir des enfants par la grâce de Dieu. Dieu n'a jamais considéré les rapports sexuels dans le mariage comme sales ou impurs mais bénis et saints aussi longtemps que les conjoints vivent devant Dieu et restent fidèles l'un à l'autre.


4.09.2 - Stabilité du Mariage

Le mariage a été faussé au moment où les deux partenaires ont brisé leur communion avec Dieu. La chute de l'homme dans le péché a pris naissance dans son âme et esprit et non dans son corps. Il a été infecté par l'orgueil du malin. L'homme et la femme voulaient être comme Dieu. Cette tentation est née dans l'esprit et dans la volonté de l'homme et a entraîné une grande punition influençant tous les aspects de la vie. La femme était soumise à l'homme et ne pouvait plus comprendre par elle-même comment évoluer dans notre monde brutal. La femme a dû ensuite donner naissance à ses enfants dans la douleur tandis que l'homme a dû travailler dur dans des conditions difficiles. Depuis, la mort est le salaire du péché.

La chute a affecté sérieusement le mariage mais la monogamie a continué d'exister après la rébellion de l'homme contre Dieu. Malheureusement, dans l'Ancien Testament, les hommes ont commencé à prendre plusieurs femmes se créant ainsi de sérieux problèmes. Ils ont fait retomber une grande misère sur leurs descendants en désobéissant à Dieu. Ismaël, le premier fils d'Abraham, considéré par l'Islam comme le père des Arabes et des Musulmans, est un exemple classique de la misère à long terme issue de la désobéissance d'Abraham, l'homme de Dieu. Personne n'ignore que les guerres entre les descendants des deux frères du même père secouent le Proche Orient encore aujourd'hui.

Jacob a eu des enfants de sa femme favorite Rachel, de sa première femme Léa et plus tard de ses concubines. David est devenu un assassin après être tombé amoureux d'une femme mariée mais il s'est sincèrement repenti. Beaucoup pèchent comme David mais peu se repentent comme lui! Nous devrions tous mémoriser le Psaume 51 et nous repentir sincèrement comme cet homme de Dieu. Le sage Salomon a agi sottement et imprudemment lorsqu'il a épousé des centaines de païennes et leur a permis d'introduire leurs dieux étrangers dans sa nation. Ces idoles ont entraîné le peuple dans le péché, loin du seul Dieu saint et fidèle.

La polygamie n'a pas encore été abolie en Israël. Les Juifs qui ont émigré des pays arabes peuvent garder toutes leurs épouses. Le divorce et le remariage sont légaux si la première femme ne donne pas naissance à des garçons.

Dieu n'a pas puni directement la polygamie dans l'Ancien Testament mais Il a laissé les transgresseurs subir les conséquences de leurs péchés. Il a décrété que les adultères soient lapidés (Lévitique 20:10; Deutéronome 22.22-26). Nous ne pouvons que frémir en lisant la liste de punitions dans la loi de Moïse pour les différentes formes d'adultère encore commis aujourd'hui, soit en privé soit en public. Des membres de certaines familles et de clans mériteraient la mort à cause de leurs pratiques sexuelles odieuses. La Bible ne tolère pas du tout l'homosexualité, anciennement punie de mort. Dieu a encore plus en horreur les rapports entre un être humain et un animal. Aucune forme de rapports sexuels n'est autorisée par Dieu sauf dans le cadre du mariage. Celui qui ne tient pas compte de l'ordre institué par Dieu se place sous la malédiction et la condamnation. Le monde a besoin de se repentir sincèrement et d'avoir l'esprit, le cœur et ses actes purifiés.


4.09.3 - Souffrances causées par l'Adultère

L'adultère ne commence généralement pas au moment où un partenaire a des rapports avec quelqu'un d'autre, mais il est précédé par une séparation graduelle de Dieu et, plus tard, par une séparation du conjoint ou de la conjointe. Celui qui reste en communion avec Dieu manifeste un amour plus profond et plus mature à son partenaire, et il ne commettra certainement pas d'adultère. C'est pourquoi l'adultère est généralement précédé par la détérioration et la destruction de la relation spirituelle, puis émotionnelle et physique. Le couple n'est plus capable de se comprendre et s'enfonce de plus en plus dans le péché.

L'infidélité conjugale naît habituellement dans l'esprit. Notre esprit s'imprime d'images séductrices qui, si elles ne sont pas radicalement déracinées et chassées dans le nom de Jésus, nous entraîneront à la mort. L'homme cherche à concrétiser ces rêves impurs et pèche délibérément. L'autre personne est séduite et attirée par le péché jusqu'à ce que tous deux cèdent à la tentation sans beaucoup de résistance. La conscience est sensibilisée au début, mais à mesure que le désir augmente, le cœur se tait et s'endurcit. L'adultère commis une première fois devient bien vite une habitude et plus grave encore une contrainte. La personne est consciente que cette pratique est injuste et impure. Elle continue à pécher malgré tout. Le péché devient une puissance et dirige quiconque lui laisse la place. Grâce à Dieu, nous pouvons être libérés du péché. Jésus a dit: "Celui qui commet le péché est esclave du péché... Si c'est le Fils qui vous affranchit, vous serez réellement des hommes libres" (Jean 8:34-36). La grâce et la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ atteignent les parties les plus profondes de la conscience humaine. Il peut nous purifier et nous guérir complètement. Quelques cicatrices et tentations peuvent refaire surface mais le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché et nous donne la puissance de les vaincre. Si le Fils de Dieu affranchit quelqu'un, il est réellement libre.


4.09.4 - Le Mariage mis en valeur par Jésus

Jésus a confirmé la monogamie et a insisté sur l'union à long terme d'un homme et d'une femme (Matthieu 19:4-6). Il a répondu à ses opposants en disant: "N'avez-vous pas entendu qu'au commencement Il les fit mâle et femelle; c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux ne feront qu'une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce qui Dieu a uni" (voyez Marc 10:1-12).

Par ces versets, Jésus a donné une image d'une trinité établie entre Dieu, l'homme et la femme, qu'Il a scellée du Saint-Esprit dans le cœur de Ses disciples. Il sanctifie notre esprit, notre âme et notre corps. Il nous permet d'être le temple du Dieu vivant et de vivre une vie conjugale dans un petit paradis où le Seigneur demeure et règne. Le pardon des péchés par le sang de Jésus console notre âme, purifie notre corps et crée une ambiance saine au sein de la famille. En Christ, la vie conjugale est bénie car Il lui donne un nouveau sens et un nouveau but. Que le Chrétien n'épouse pas une non-Chrétienne ou une non-croyante, c'est une règle d'or. Il évitera ainsi de nombreux problèmes. Aimer Jésus signifie aussi aimer son partenaire et le servir fidèlement jusqu'à la mort.

Ni Jésus, ni Ses apôtres, n'ont aboli la passion et l'attachement de l'homme à la femme. Ils n'ont pas annulé la soumission de la femme au mari. Le Saint-Esprit dirige les couples avec humilité et douceur dans tous les domaines de la vie. L'apôtre Paul a commandé à chaque homme d'aimer sa femme comme Jésus s'est sacrifié Lui-même pour Son église. Le véritable amour n'est pas simplement de s'adonner aux plaisirs en toute liberté, mais de servir son partenaire dans le respect mutuel. La maîtrise de soi est un fruit de l'Esprit et, dans ce cas, le mariage ne n'est pas un lieu de plaisir sexuel, mais un service conjugal l'un pour l'autre glorifiant Dieu.


4.09.5 - Mariage selon le Nouveau Testament

Jésus a fixé à un haut niveau la pureté de notre esprit, de notre âme et de notre corps. Il a dit: "Quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà, dans son cœur, commis l'adultère avec elle" (Matthieu 5:28). Tous les hommes sont donc pécheurs devant le Dieu saint. Nous devons confesser franchement nos péchés à Dieu car il n'y a aucun juste devant Lui. Confessons aussi tous nos péchés sexuels comme une base pour notre sanctification à l'école de Jésus. Notre moi a besoin d'être brisé devant le juge éternel qui est en même temps l'Agneau de Dieu qui a ôté le péché du monde. Il justifie, purifie et sanctifie toute personne qui se tourne vers Lui aussi longtemps qu'il y a un temps pour le salut.

Quand les anciens de la nation ont amené à Jésus une femme qui avait été prise en flagrant délit d'adultère, Il n'a pas minimisé son péché. Après avoir donné aux anciens le temps de réfléchir sur eux-mêmes, Il a ordonné qu'ils la lapident selon la Loi. Mais Il a ajouté une petite phrase: que celui qui n'a jamais péché lui lance la première pierre. Touchés en plein cœur, ils se sont reconnus coupables. Des prêtres, des anciens et des apôtres du Christ se trouvaient parmi eux. Tous sont repartis en silence, l'un après l'autre. Finalement, Jésus est resté seul avec la femme adultère. Il aurait dû lancer la première pierre puisqu'il était le seul sans péché. Mais Il ne l'a pas fait. Il lui a dit de rentrer chez elle et de ne plus pécher. Jésus a-t-Il désobéi à la Loi en ne lançant pas de pierre? Non! Il a pris son péché sur Lui et est mort à sa place. Il avait le droit de lui pardonner son péché. Seule la mort de Jésus sur la croix libère les adultères du jugement. Celui qui commet l'adultère en pensée, en parole ou en action trouvera le salut en Jésus et en Jésus crucifié.

Jésus a interdit le divorce et a confirmé l'unité durable du couple marié. L'homme qui envisage le mariage doit passer du temps dans la prière avant de franchir ce pas. Il devrait se demander: "Est-elle la femme que Dieu a choisie pour moi ou l'ai-je choisie pour des motifs égoïstes? Sommes-nous compatibles sur le plan de l'âge, du tempérament, des qualités, de l'éducation et de la famille?" L'autre personne est-elle fermement attachée au Dieu Trinitaire ou n'a-t-elle qu'une communion superficielle avec Dieu? Si le temps le permet, de telles questions doivent être soulevées et analysées dans la prière avant le mariage. Rompre des fiançailles est parfois préférable à un mariage si le couple n'est pas compatible.

Les rapports sexuels avant le mariage devraient être évités à tout prix. Si vous aimez votre fiancée, vous l'honorerez et ne souillerez pas sa conscience ou ne salirez pas son nom. Personne n'est certain de rester en vie jusqu'au jour du mariage. En tant que jeune homme, vous devez apprendre comment rester maître de vous-même vous préparant ainsi à la vie conjugale. Qu'en sera-t-il si votre femme tombe gravement malade et que vous ne pourrez plus avoir de rapports sexuels? L'amour n'est pas fait que de plaisirs mais exige l'oubli de soi et le sacrifice. Si quelqu'un dit qu'il ne peut pas attendre jusqu'au mariage, il ferait mieux de ne pas se marier car il pourra difficilement être fidèle plus tard. Christ nous a appelés à la maîtrise de soi et non aux plaisirs sexuels, contrairement à ce que la télévision ou certaines religions prétendent.

Le désir sexuel n'est pas mauvais en soi; c'est un don de Dieu et nous devrions en être reconnaissants. L'homme, cependant, doit apprendre à contrôler son désir et veiller à ne tenter personne. Jésus a dit d'un adulte qui abusait d'un enfant: "Il est préférable pour lui qu'on lui attache au cou une grosse meule et qu'on le précipite dans l'abîme de la mer" (Matthieu 18:6). Un jugement sévère attend une telle personne. Celui qui abuse des enfants ne peut hériter le Royaume de Dieu sauf s'il se repent sincèrement et se sépare complètement de son péché (1 Corinthiens 6:9-11). L'amour véritable ne fait de mal à personne.

Les filles doivent se préparer à vivre avec leur conjoint. Les films scandaleux, les journaux vulgaires issus de l'enfer et non du ciel, rendent cette préparation difficile. Une bonne famille chrétienne ou un groupe de jeunes centré sur Jésus aide à développer progressivement l'esprit, l'âme et le corps. Si une fille se donne au Seigneur très tôt, elle grandira et avancera à l'abri de beaucoup de tentations. Elle ne devrait pas chercher un mari riche ou très intelligent, mais être capable de discerner la vie nouvelle dans le cœur du jeune homme, son assiduité et sa fidélité au travail. Les fruits de l'Esprit sont plus importants que la séduction virile. Le Seigneur a dit: "Le méchant n'aura pas de paix", ce qui est aussi valable dans le domaine de la vie conjugale.

Nous ne devrions pas nous tromper nous-mêmes: le serpent existait déjà au paradis. Dans ce monde, il n'y a ni sécurité ni paix dans nos vies si nous ne nous soumettons pas à Jésus et ne demeurons pas en Lui. Il est le seul à pouvoir nous aider à vaincre les tentations. Comme aucun de nous n'est sans péché, confessons les Lui directement. Si vous tardez, le péché vous dominera. Tournez-vous vers le Seigneur et Il vous délivrera instantanément. Adressez-vous à Lui chaque fois que vous êtes tentés.

Une célébration de mariage devrait être effectuée dans le nom de Jésus et, si possible, dans une église, anticipant une vie bénie. Argent, vêtement, santé et biens de ce monde ne sont pas au centre d'une vie conjugale, mais le Seigneur et Sa Parole garantissent grâce sur grâce au couple pieux. Jésus dit: "Chercher d'abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroît" (Matthieu 6:33). Même dans le cas d'impotence ou de stérilité, un tel mariage peut réussir. Le couple peut recevoir une bénédiction spéciale et une sagesse divine en servant Jésus de plusieurs manières. Il peut adopter des enfants et faire un travail social pour le Seigneur. Il faut s'attendre à des cas d'infidélité et au divorce dans une union sans Dieu parce que les non-croyants ont rarement appris à se priver et tout leur style de vie est centré sur eux-mêmes. Celui qui se marie pour un temps limité (mut'a) ou vit avec quelqu'un sans une limite fixée ou à l'essai n'a pas compris les secrets psychologiques et biologiques de l'homme ou de la femme et il lui manque la crainte de Dieu. La liberté sans l'obéissance dans la foi est une porte large ouverte à l'anarchie. L'intégrité est la base de toute civilisation. Ne tentez donc pas le Seigneur Dieu, votre Créateur. Le Saint-Esprit n'autorise pas l'impureté, la prostitution, les habits provocants, les plaisanteries vulgaires, la nourriture excessive, l'alcool, la drogue. Ils sont des signes de décadence qui souillent le cœur, empoisonnent l'esprit et détruisent le corps de millions de personnes. Soit nous vivons dans le monde sous l'autorité du mauvais, le prince de ce monde, soit nous vivons en Christ, le seul Sauveur qui nous fortifie dans nos faiblesses. Notre monde est devenu très matérialiste. La majorité n'est pas prête à vivre selon les valeurs des croyants en Jésus-Christ qui ont hérité Sa pureté et Sa sainteté.


4.09.6 - Le Mariage selon l'Islam

L'Islam dispose de lois spéciales dans la Charia pour le mariage et affirme que l'Europe et l'Amérique ne peuvent sortir de leur déclin moral qu'en acceptant la Charia.

Muhammad autorise ses disciples à avoir jusqu'à quatre femmes. Il a même autorisé des mariages mut'a qui sont fixés d'un commun accord pour un temps limité contre une certaine somme d'argent (Sourate al-Nisâ’ 4:4,24). Ses disciples étaient des combattants aventuriers et des commerçants expérimentés. Ils étaient souvent absents de la maison pour une longue période et voulaient satisfaire leurs désirs sexuels. L'abstinence et la maîtrise de soi ne sont pas des obligations pour les hommes dans l'Islam, mais bien pour les femmes. Le fondateur de l'Islam a épousé légalement treize femmes, sans mentionner ses concubines juives, chrétiennes et païennes.

Dans la plupart des pays islamiques, un homme a le droit de divorcer sans raison. Il peut se remarier avec son ex-femme dans les deux mois sans payer de dot s'il regrette son action. Un deuxième divorce et un deuxième remariage sont légaux aussi. Mais si un Musulman divorce pour la troisième fois de sa femme, il ne peut pas la remarier avant qu'elle ait été officiellement mariée à un autre homme. Si ce dernier divorce, elle peut donc à nouveau épouser son premier mari. Que se passe-t-il dans l'esprit d'une telle femme? Elle est comme un meuble et n'est pas considérée comme une partenaire avec une âme vivante, égale à son mari en respect, en droits et en devoirs. Impossible donc que ce couple vive dans l'unité spirituelle et partage les problèmes de la vie.

Un Musulman règne sur sa propre famille comme un patriarche. Il a le droit d'avoir jusqu'à quatre femmes, mais à la condition qu'il les aime toutes également. S'il offre un cadeau à une femme, il doit offrir le même aux autres. S'il achète des nouveaux habits pour les enfants d'une de ses épouses, il doit faire de même pour les autres enfants. Pour des raisons économiques, la plupart des Musulmans ne peuvent pas épouser plus d'une femme. La polygamie est pourtant légale dans tous les pays islamiques sauf en Turquie et en Tunisie. Une épouse âgée est souvent expulsée et remplacée par une plus jeune et plus jolie. Quand un mari a deux, trois ou quatre épouses, les membres de sa famille sont dominés par l'envie et la jalousie. De par ses expériences avec ses épouses, Muhammad a décrit les femmes comme une source de scènes de ménage et a affirmé qu'elles n'ont pas beaucoup de sens et une faible connaissance de la religion (Masud Ibn Hanbal II,373). Il les a parfois comparées à des ânes incapables de porter les fardeaux de la famille et a dit qu'une nation gouvernée par une femme va vers la catastrophe.

Le Coran et le Hadith reconnaissent à l'homme le droit de discipliner sa femme. Il doit tout d'abord la mettre en garde (s'il craint son infidélité), ensuite il refuse de coucher avec elle et finalement il peut la battre jusqu'à ce qu'elle se soumette (Sourate al-Nisâ’ 4:34).

Le témoignage d'une femme devant le tribunal équivaut à la moitié du témoignage d'un homme parce que la parole de l'homme équivaut au témoignage de deux femmes. Une épouse obtient seulement un huitième de l'héritage légué par son mari s'il a des fils. Le fils, même si c'est encore un bébé, reçoit un quart. Sa valeur en tant que fils vaut déjà le double de sa mère. De plus, les parents du mari viennent avant la femme quand il s'agit de partager l'héritage (Sourate al-Nisâ’ 4:7-11).

Les enfants appartiennent au mari. Une femme divorcée peut avoir le privilège d'élever ses enfants jusqu'à l'âge de la maturité. La femme n'habite en général pas avec son mari, mais avec toute sa famille. La belle-mère a généralement le premier et le dernier mot. Le principe de base dans le mariage islamique n'est pas l'unité du mari et de la femme ou leur étroite coopération pour surmonter les problèmes de la vie, mais une garantie de la continuité de la tribu. La femme n'est rien d'autre qu'une servante de classe supérieure pour le mari. Son rôle est de donner naissance à beaucoup de fils pour le clan. Son influence augmente une fois qu'elle a mis au monde de nombreux garçons. Mais si elle a des filles, les gens disent: "Oh non! Quelle honte!"

Si une femme mariée ou une jeune célibataire est surprise en flagrant délit d'adultère, Muhammad commande qu'elle soit frappée de 100 coups de fouet (Sourate al-Nour 24:2) ou lapidée. Un jour, une femme enceinte d'un étranger fut amenée à Muhammad . Il a renvoyé la femme et l'a convoquée après l'accouchement. Il a ordonné que son enfant lui soit enlevé et qu'elle soit lapidée devant sa maison. Quelle différence entre Muhammad et Jésus qui, par Son sacrifice d'amour, a pris les péchés de la femme adultère sur Lui et est mort à sa place. L'Islam ne reconnaît pas de médiateur dans le jugement de Dieu. C'est pourquoi un Musulman ne peut pas pardonner les péchés des autres mais doit rendre la pareille sans pitié.

L'adultère est rarement commis dans l'Islam car il est dangereux. La loi islamique autorise pourtant les hommes à avoir une certaine forme légale d'adultère. Un Musulman peut toujours expulser ses femmes et en épouser de plus jeunes. Bien que certains pays interdisent de marier plusieurs femmes en même temps, l'esprit de l'Islam prédomine encore chez les hommes et les femmes.

Dans l'Islam, la pauvre estime des femmes se perpétue au paradis. Muhammad a dit: "Les femmes seront au bas de l'échelle au paradis." Et les hommes reposent dans l'attente de plaisirs divers tels que des douzaines de vierges qui restent vierges même après que leur mari ait couché avec elles. Des jeunes hommes seront aussi à la disposition des Musulmans au paradis. Concernant l'avenir des femmes, Muhammad a dit: "Quand on m'a montré l'enfer, j'ai vu que 90 pour cent des occupants qui y brûlaient étaient des femmes."

Le paradis de Jésus-Christ est tout le contraire. Au ciel, Ses disciples rayonnent de gloire, comme les anges de Dieu. Ils ne seront pas donnés en mariage et ne se marieront pas. Le Royaume de Dieu n'a rien à voir avec la nourriture, la boisson ou le mariage mais c'est une vie d'amour spirituel, de joie et de paix dans la puissance du Saint-Esprit. Le vrai paradis n'est pas de ce monde. Comparé à Jésus, qui peut encore considérer le Coran comme une source de révélation divine? Il repose sur la vantardise des habitudes masculines et leur domination. Il est donc bien en dessous du niveau de l'Ancien et du Nouveau Testaments.


4.09.7 - Appel à la Repentance

Nous sommes choqués par la liberté non biblique que prennent plusieurs pays occidentaux et par le pourcentage impressionnant de divorces aux Etats-Unis et en Europe. Beaucoup d'enfants dont la vie a été brisée fuient leur foyer qui ne leur assure plus aucune protection. Nous sommes choqués aussi par la façon d'enseigner l'éducation sexuelle dans les écoles. De plus, les images dans les journaux hebdomadaires, les films vidéos ou télévisés agressent sans cesse jeunes et moins jeunes. Et pourtant bien peu font entendre leurs protestations.

Le concubinage est le résultat du non-respect de Dieu. Les photographes européens ont ouvert la voie à toutes sortes d'indécences. La séparation d'avec Dieu a créé un chaos sexuel. Les pilules contraceptives permettent aux personnes de s'adonner sans limite à la convoitise. L'usage du condom n'a pas arrêté la progression du SIDA. Une punition sévère attend l'adultère, l'homosexuel, la lesbienne, la prostituée et le drogué. Paul dit dans l'épître aux Romains 1:24: "c'est pourquoi Dieu les a livrés par les convoitises de leurs cœurs, à l'impureté où ils avilissent eux-mêmes leur propre corps." Le jugement de Dieu ne fait aucune distinction entre un Musulman, un Juif ou un Chrétien de nom. Négliger le commandement divin: "Tu ne commettras pas d'adultère" signifie que des millions de personnes s'exposent au danger par des péchés sexuels. Le sens du verset "le salaire du péché c'est la mort" est encore plus clair aujourd'hui.

Malheureusement, des innocents peuvent aussi attraper le SIDA. C'est pourquoi il est injuste de juger un tel malade. Dieu seul connaît notre passé. Nous ne sommes pas meilleurs que celui qui a commis l'adultère. Il connaît également notre cœur. Il a dit: "Du cœur en effet proviennent intentions mauvaises, meurtres, adultères, inconduite, vols, faux témoignages, injures" (Matthieu 15:19). Nous n'avons pas besoin de protections plus sûres contre le SIDA mais d'un cœur pur, un esprit pur et des pensées renouvelées. David, qui a commis l'adultère et a tué après avoir cédé à la convoitise, peut nous enseigner à prier "Crée pour moi un cœur pur, Dieu; enracine en moi un esprit tout neuf. Ne me rejette pas loin de toi, ne me reprends pas ton esprit saint" (Psaume 51:12-13).

Prier sincèrement ces paroles, nous repentir de la convoitise du monde et confesser nos péchés nous assurent de la divine réponse de Jésus: "Confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés" (Matthieu 9:2, voir aussi Luc 7:48). Le Seigneur de sainteté nous donne la puissance du Saint-Esprit pour mener une vie pure après avoir reçu le pardon des péchés. Jésus ne nous laissera jamais seul dans nos tentations, Il est prêt à nous fortifier pour les vaincre en Son nom.

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 28, 2012, at 10:40 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)