Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 09. Comparisons -- 4.10 Eighth Commandment: Do Not Steal
This page in: -- Afrikaans -- Arabic? -- Armenian? -- Azeri? -- Bulgarian? -- Cebuano? -- Chinese? -- English -- Farsi? -- FRENCH -- German -- Gujarati? -- Hebrew -- Indonesian -- Norwegian? -- Polish? -- Russian -- Serbian? -- Spanish? -- Tamil -- Turkish? -- Uzbek -- Yiddish? -- Yoruba?

Previous part -- Next part

09. COMAPRISONS BETWEEN CHRISTIANITY AND ISLAM
Comparaison 4 - Les Dix Commandements

4.10 - Huitieme Commandement: Tu Ne Voleras Pas



Tu ne voleras pas (Exode 20:15).


4.10.1 - A qui appartiennent les Biens?

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre et tout ce qu'ils contiennent. Les éléments, les plantes, les animaux et les hommes lui appartiennent. Nous sommes la propriété de Dieu. Nous n'avons pas été créés par hasard mais par la grâce de Dieu. Ses pensées et Sa puissance ont été manifestées dans chaque créature. L'univers appartient à Dieu. Toutes choses sont à Lui, même l'or et l'argent. Nous ne sommes que les gérants de ce qu'Il nous a confié. Nous sommes responsables de ce qu'Il nous a donné. Notre temps, argent, santé, puissance et biens ne nous appartiennent pas mais sont à Lui. Etes-vous d'accord?

Il y a une centaine d'années, des théories athées niant le royaume de l'esprit sont entrées dans la pensée populaire. La matière était supposée se développer par elle-même. Ces personnes ne pouvaient pas concevoir l'existence de Dieu. Le communisme affirme que les hommes, et non Dieu, possèdent le monde. Le chef du parti communiste saisit et contrôle tous les biens et les propriétés du peuple, pour que seule la fidélité au parti permette de bénéficier du partage de ces biens. Les individus ne sont plus aussi satisfaits de la philosophie collective et moins convaincus de son efficacité. Ils travaillent moins qu'ils auraient pu, se servent dans les finances et dans les biens du pays autant que possible. C'est pourquoi la Chine et d'autres pays socialistes autorisent maintenant des entreprises privées étrangères. Une production économique faible a révélé que l'homme n'a pas été créé pour n'importe quel système collectif mis en vigueur. Nous avons été créés dès le commencement pour vivre une vie d'individu responsable. L'homme a besoin de se motiver lui-même et non d'être contraint. Quand la perestroïka s'est développée, les systèmes communistes se sont écroulés.

En Occident, le capitalisme autorise chacun à être maître de son temps et de son argent. Un système démocratique essaie de donner quelques miettes aux pauvres du grand gâteau que les riches se partagent. Si seulement ces millionnaires pouvaient reconnaître leur responsabilité devant Dieu et se repentir! Ils reconnaîtraient ainsi les pauvres, penseraient aux petits et subviendraient à leurs besoins avec sagesse.

Actuellement, le communisme et le capitalisme servent les mêmes buts. Tous deux veulent contrôler tous les biens et être puissants. Ils diffèrent dans la méthode utilisée pour avoir le contrôle des richesses. La confiscation des biens dans les pays socialistes n'est rien moins que du vol qualifié. Et l'exploitation des pauvres dans les pays capitalistes est une forme intelligente de trahison, soutenue par les médias modernes.

Cependant, un Chrétien doit réaliser que tous les biens appartiennent au Créateur. Nous ne sommes pas des propriétaires ou des maîtres indépendants, mais d'humbles gérants. Rien ne nous appartient. Ce que nous avons n'est qu'une bénédiction de Dieu, et nous devrons rendre compte de l'utilisation de notre argent, de notre temps et de nos efforts. Soyez conscient de ce que vous faites et de ce que vous dépensez! Dieu ne l'oubliera pas!


4.10.2 - Aimer Dieu et l'Argent

Jésus nous met en garde: "Nul ne peut servir deux maîtres: ou bien il haïra l'un et aimera l'autre ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent" (Matthieu 6:24)! Un Chrétien qui dispose de son argent comme il l'entend sans le mettre à la disposition de Dieu, se conduit comme un voleur. La manière de gérer notre argent change totalement au moment de notre conversion à Christ. Les riches ne devraient pas dépenser et vivre pour eux-mêmes, mais rechercher la volonté de Dieu concernant l'utilisation de leur argent.

Les pays en voie de développement, avec une industrie limitée, ont tout d'abord besoin d'être éclairés spirituellement. La croyance au Dieu Trinitaire renforce la responsabilité, l'assiduité, les services et l'esprit de sacrifice. Seule une communion avec Jésus peut protéger les personnes de la corruption et de l'égoïsme. Ils voient et ressentent ainsi les besoins des autres. Si leur attitude ne change pas, la paresse, le vol et le terrorisme prévaudront. Kagawa, un réformé japonais a conclu: "Christ est le seul espoir pour notre monde!"

La Bible dit clairement: "Ne dérobe pas", reconnaissant en cela la propriété privée. Il est inutile d'envier les richesses des autres, car leur responsabilité augmente en même temps que leurs richesses. Jésus a expliqué ce commandement en disant. "Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu" (Matthieu 19:24). L'opulence des riches ne justifie pas qu'on les vole car celui qui vole subit le jugement de Dieu.

Au fond de nous-mêmes, nous savons que le vol est mauvais. Notre conscience est très sensible et nous avertit de ne rien voler, de petit ou grand. Examinons notre maison attentivement pour voir si nous avons quelque chose qui ne nous appartient pas. Demandons l'aide du Seigneur. Il nous donnera aussi le courage de rendre les choses immédiatement. Demandons pardon à Dieu et aux propriétaires. Des objets volés touchent notre conscience et détruisent notre communion avec Jésus. Dans une rencontre évangélique en Afrique, les participants ont été encouragés à rendre tout ce qu'ils avaient volé. Quelques policiers présents se sont mis à rire et à se regarder sournoisement car chacun d'eux se sentait visé. Ces choses arrivent partout. Identifier notre péché, le regretter et le haïr, s'en repentir sincèrement, le confesser et réparer la faute est une grâce spéciale de Dieu. Tournez-vous toujours vers Jésus et Il vous aidera à réparer vos erreurs. Rendez tout ce qui ne vous appartient pas!


4.10.3 - Vol Moderne

Que veut dire "voler" de nos jours? Ce n'est pas seulement prendre ce qui appartient aux autres mais aussi détourner des fonds, remettre les choses à plus tard et gaspiller du temps au travail. Toute forme de fraude est du vol. Vendre des articles défectueux bon marché ou cher trompe l'acheteur. Parfois le prix des marchandises est exagéré. Donner de fausses informations au service des impôts est aussi une forme de vol. De nombreuses méthodes permettent de tricher au travail et dans le monde économique. Si vous ne vivez pas dans la présence du Dieu saint, vous serez en danger de détourner des fonds et de pécher contre Lui et Ses enfants.

Le test de conscience s'applique aussi aux propriétaires de terrain, aux patrons et à d'autres personnes occupant des hautes positions. Parfois, ils profitent de leurs employés et leur demandent de faire des heures supplémentaires sans leur verser un salaire équitable. Les banques et les individus volent en demandant un intérêt élevé. Quiconque demande un crédit en sachant qu'il ne pourra pas rembourser commet un péché. Il existe beaucoup de façons de voler, secrètement ou publiquement. Si nous n'habituons pas notre conscience à vivre dans l'intégrité du Saint-Esprit, nous sommes en danger de perdre notre droiture et notre salut à cause de l'avidité de l'argent et de la convoitise des biens. Paul dit clairement: "Ni les voleurs, ni les accapareurs, n'hériteront du royaume de Dieu" (1 Corinthiens 6:10).

Notre société moderne offre encore d'autres occasions de vols. Certains utilisent le téléphone au travail pour leurs appels privés. D'autres prennent des marchandises dans les magasins et sur le marché sans les payer. Certains ouvrent des voitures et partent avec. D'autres distribuent gratuitement des drogues pour rendre les utilisateurs dépendants d'eux et pour pouvoir ensuite mieux les obliger à payer. Ils poussent les toxicomanes à voler ou à commettre d'autres crimes pour obtenir de l'argent. Entrer dans des ordinateurs étrangers ou copier des programmes est une forme moderne de vol qui infecte la conscience de beaucoup. Dans certains pays, cette sorte de vol est presque légale et pratiquée ouvertement.

Si nous n'acceptons pas d'avoir le cœur renouvelé par Jésus, nous nous exposons à beaucoup de tentations. Veillons à ce que la soif d'argent ne devienne pas le but suprême de notre vie, de peur de devenir matérialiste et de perdre la joie du Seigneur. N'oubliez pas que l'envie et l'avidité sont les premières causes de tout mal. Celui qui travaille pour s'enrichir change le sens de sa vie. Son cœur s'endurcit, son amour refroidit et il fait tout par désir d'argent. L'argent occupe maintenant le première place dans sa vie et non plus Dieu.

Jésus a préféré vivre comme un pauvre homme plutôt que de tomber dans les dangers menaçant les riches. Il n'avait pas de lieu où poser Sa tête. Judas, qui a trahi notre Seigneur, était un voleur et responsable de la caisse (Jean 12.6). En fin de compte, il s'est pendu.

Paul a travaillé de ses propres mains. Il ne voulait pas être une charge pour les autres. Il a pourvu à ses propres besoins et a aidé d'autres pour que l'Evangile puisse être prêché.


4.10.4 - Travail et Sacrifice

Beaucoup de nouveaux croyants devraient changer d'attitude envers l'argent et apprendre à travailler honnêtement. Mendier ou dépendre des autres n'est pas honorable et n'assure pas un revenu suffisant. La quatrième requête de la Prière du Seigneur dit: "Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien." Elle nous encourage à prier avec confiance notre Père céleste de nous donner un travail adéquat, de nous accorder la santé et les forces pour le faire et de nous aider à surmonter les difficultés que nous pouvons rencontrer.

Si nous vivons selon la volonté de Dieu et travaillons bien, nous n'avons pas besoin de voler ou de dépendre des autres. Nous sommes bénis dans le soutien de notre famille, l'aide aux nécessiteux et dans la prière. Nous sommes plus bénis en donnant qu'en recevant (Actes 20:35; Ephésiens 4:28; 1 Thessaloniciens 4:11).

Jésus a rencontré un jour un jeune homme riche qui était pieux et gardait fidèlement les Dix Commandements. Le Seigneur l'aima et voulut le libérer de ses liens. Il lui dit: "Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi!" (Matthieu 19:21). A cette parole, le jeune homme s'en alla tout triste car il avait de grands biens. L'argent était pour lui plus important que le Fils de Dieu. Remettons-nous régulièrement en question: Quelle est la priorité dans notre vie? Suivre Jésus? Est-ce que nous faisons confiance à Dieu ou à nos biens et à notre compte bancaire? (Marc 10:19; Luc 18:10). Jésus veut nous libérer de la confiance en l'argent. Nous avons besoin de nous soumettre à Lui et de faire du sacrifice le but principal dans notre vie et fortifier notre confiance en Lui. Tout comme le Seigneur s'est offert en rançon pour la multitude, nous pouvons aider pratiquement les autres, avec joie.

Les membres de l'église primitive s'aimaient les uns les autres. Ils vivaient dans la communion spirituelle en attendant la seconde venue de notre Seigneur Jésus-Christ. Ils ont vendu leurs propriétés et ont vécu ensemble sur le revenu. Ils se rendaient service avec amour. Contrairement au communisme, personne n'était forcé de partager ses biens. Pourtant, cette communauté n'a pas pu maintenir ce système social bien longtemps. La plupart des membres se sont appauvris dans l'attente du Christ qui tardait à revenir. Quand la famine a ravagé le pays, ils ont terriblement souffert. Mais Paul a récolté des offrandes importantes dans les églises de la Grèce et de la Turquie d'aujourd'hui et les a apportées à Jérusalem.

Paul a modifié et sanctifié le sens et l'estime du travail en affirmant: "Quel que soit votre travail, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes" (Colossiens 3:23). Depuis lors, tout travail honorable est considéré comme une vraie adoration de Dieu. Ainsi si une mère s'occupe de son enfant ou si un cantonnier balaie les rues ou si un pasteur prêche le dimanche, tout bon travail est donc un service direct à Dieu. Réfléchissons à ces questions: "Qui est-ce que je sers? Moi-même? Ma famille, mes employés, l'état ou est-ce que je vis pour Dieu?" La prière associée au travail est un secret de la vie chrétienne.


4.10.5 - L'Islam et la Propriété

L'Islam affirme que le Créateur est le propriétaire de tout ce qu'Il a créé. Il approuve la propriété individuelle de ce que Dieu nous a confié. Les biens sont un don spécial de Dieu pour celui qui prie régulièrement et vit selon la loi islamique. Beaucoup de Musulmans ne vivent pas en tant qu'individus isolés et indépendants mais comme membres de leur tribu. Les biens, les puits de pétrole et les sources d'eau sont entièrement contrôlés par la tribu et lui appartiennent pour des générations. La famille est un abri sûr pour les personnes âgées, les malades, les infirmes et même pour les criminels. Jusqu'à un passé récent, la sécurité sociale ou l'assurance vie n'a pas été nécessaire au Moyen-Orient, mais avec l'augmentation de la technologie moderne, les travailleurs en ville se sont retrouvés isolés, et des organisations charitables ont dû intervenir.

Les mosquées et les fondations islamiques ont été financées par l'impôt religieux officiel (zakat) et les aumônes volontaires (sadaqa). Cet argent est contrôlé et dépensé par certaines organisations islamiques selon des règles religieuses. Les Musulmans pensent que, par leurs offrandes, ils préparent leur chemin menant au paradis. Une personne qui construit une mosquée sur terre espère obtenir un château au paradis.

Au début de l'Islam, le partage du butin de guerre aux combattants musulmans était une façon de tenter les animistes qui ne s'étaient pas encore décidés à accepter l'Islam. Muhammad a utilisé cette méthode dans un but précis, même avec des ennemis: "pour habituer leur cœur à l'Islam." Si un païen n'acceptait pas l'Islam, il était tué ou pris en esclavage. Selon le Coran et la loi islamique, les esclaves devenaient la propriété des Musulmans et les filles esclaves en âge de se marier étaient à la disposition de leur maître. Les parents des esclaves devaient l'accepter. Durant une longue période, le commerce des esclaves s'est développé dans le monde islamique. Une guerre civile a éclaté en Amérique pour mettre fin à ce commerce.


4.10.6 - Voleurs Punis sévèrement par la Charia

L'Islam punit sévèrement les voleurs: s'il est attrapé une première fois à voler un objet dépassant une certaine valeur, la main droite du voleur est coupée. En cas de récidive, sa jambe gauche est amputée. Le nombre de vols a ainsi réduit. La peur, principalement, motive l'obéissance à cette loi. Malgré tout, des incidents fréquents de vols éclatent en Iran, au Soudan et dans d'autres pays où les amputations ont parfois lieu publiquement. Khomeyni a émis un décret ordonnant de couper la main du voleur sans anesthésie. Pendant quatre ans, la loi islamique n'a pas été en vigueur au Soudan. Une centaine de personnes aux mains coupées ont fondé une organisation pour les infirmes, conséquence de cette loi. Ils ont demandé au gouvernement de leur payer une restitution et une pension car leurs mains avaient été coupées sous une loi qui n'était plus en vigueur. Deux douzaines d'hommes amputés de la jambe se sont joints à ce groupe. Dans le journal "Sudan Now", une photographie montrait ces hommes avec le moignon de leur main amputée sans pitié.

Les peines sévères selon la Charia n'améliorent pas l'attitude d'un voleur et ne peuvent pas le changer. En fait, elles le rendent incapable de travailler et l'exposent continuellement à la honte publique. Imaginez les conséquences si tous les pays du monde appliquaient une telle loi. Combien resteraient avec deux bonnes mains? La Charia n'est pas viable aujourd'hui.


4.10.7 - Comment Jésus et Ses Disciples ont-ils découragé le Vol?

Jésus a montré une meilleure façon de combattre le vol. Il n'a pas aboli les peines en vigueur pour les cas de vols dans certains pays. Il a porté sur Lui la peine du jugement éternel et a payé pour chaque voleur. Par reconnaissance pour Ses souffrances et Son sacrifice, nous ne prendrons jamais ce qui ne nous appartient pas.

L'Esprit de vérité nous a libérés de l'esprit de vol. Il encourage notre cœur renouvelé à faire confiance à Dieu notre Père. Selon la Prière du Seigneur, nous pouvons Lui demander de nous donner un travail décent pour gagner notre pain quotidien. Nous ne laissons pas le souci nous submerger car nous sommes sûrs que notre Père céleste prend personnellement soin de nous et ne nous abandonne jamais. Le verset suivant s'applique à chaque disciple du Christ: "Que celui qui volait, qu'il cesse de voler; qu'il prenne plutôt la peine de travailler honnêtement de ses mains, afin d'avoir de quoi partager avec celui qui est dans le besoin" (Ephésiens 4:28).

Jésus a doté Ses disciples d'un cœur nouveau. L'argent, les biens et le confort ne donnent pas un sens à leur vie. Mais ils trouvent un sens dans la vie spirituelle par le lien de l'amour, du service et la reconnaissance. Notre Seigneur nous a libérés de la mesquinerie et de la convoitise. Il nous enseigne que chaque riche est fortement tenté par le malin qui essaie de le contrôler et de le lier. Revoyons donc notre façon de dépenser l'argent et d'en rendre compte à Dieu. Nous sommes les gérants de ce qu'Il nous a donné.

Un Chrétien porte un regard d'amour et de compassion sur les pauvres. Il essaie de les aider pour qu'ils puissent devenir responsables d'eux-mêmes et travailler honnêtement avec assiduité. Nous devons trouver des moyens pour aider les nécessiteux à devenir indépendants, sauf s'ils sont trop handicapés pour travailler. Chaque membre de l'église est appelé à œuvrer dans cette direction. "Car celui qui sait comment faire le bien et qui ne le fait pas, commet un péché."

L'amour pour Dieu est la règle la plus importante dans la vie de chaque Chrétien, et non la crainte de la punition. C'est le grand sacrifice offert sur la croix du Calvaire qui efface nos péchés, et non nos bonnes œuvres. Remercions Jésus de nous encourager à vivre dans la confiance, la joie avec zèle. Au lieu d'imposer des lois sur la propriété ou d'exiger des impôts, Jésus change le cœur et l'esprit de ceux qui Le suivent, même dans Son principe unique qui change les cultures de tous les âges: "Le Fils de l'homme est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude" (Matthieu 20:28).

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 28, 2012, at 10:46 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)