Home
Links
Contact
About us
Impressum
Site Map?


Afrikaans?
عربي
Bahasa Indones.
Deutsch
English
Français
Hausa/هَوُسَا
עברית
O‘zbek
Peul?
Português
Русский
தமிழ்
Türkçe
Yorùbá
中文



Home (Old)
Content (Old)


Indonesian (Old)
English (Old)
German (Old)
Russian (Old)

Home -- French -- 10. Diverse -- 2 A question that demands an answer
This page in: -- Arabic? -- English? -- FRENCH -- German?

Previous booklet -- Next booklet

10. DIVERS: ISLAM - CHRISTIANISME

Diverse 2 - Une question qui demande une reponse



2.01 - Introduction

A notre époque de vitesse, les lignes aériennes ont rapproché les continents. Beaucoup se déplacent librement à travers les pays. Nous sommes devenus un "Village planétaire": les quotidiennes éditions de livres, émissions télévisées et diffusions radiophoniques influencent les mentalités de tous, provoquant quelquefois confusion et frustration. Le monde est confronté à d'innombrables problèmes. En dépit des avancées technologiques, l'ancienne question demeure: Quelle est l'éternelle Vérité? En nous écoutant les uns les autres, nous pouvons élargir notre horizon et trouver une réponse à cette déconcertante question.


2.02 - Une question suscitant la reflexion

Un serviteur de Dieu était autorisé à visiter fréquemment une prison dans un pays arabe; là il annonçait le chemin de la vie aux criminels emprisonnés. Il avait l'autorisation légale de visiter ceux qui désiraient entendre le paisible message de la Vérité qui pouvait purifier les cœurs et changer les mentalités. Cet homme pénétra dans les cellules sans surveillant, refusant d'être protégé. Il pensait que les prisonniers ne s'ouvriraient librement à une honnête discussion que s'ils n'étaient pas surveillés. Il entra donc dans leurs chambres courageusement et s'assit avec un comme en privé.

Un jour, il entra dans une chambre où étaient entassés les prisonniers les plus durs, ceux qui avaient été condamnés pour de longues peines. Ils le connaissaient par ses précédentes visites et étaient habitués à écouter ses messages. Après ses visites, ils discutaient entre eux, longuement et avec beaucoup d'enthousiasme, de ce qu'ils avaient entendu.

Quand il les visita cette fois-ci, ils fermèrent soudain la porte derrière lui, disant: "Nous ne voulons pas vous laisser partir avant que vous ayez répondu honnêtement à notre question". Il leur répondit: "Je suis venu vers vous volontairement, sans la protection d'un gardien armé. Je suis prêt à répondre à vos questions à l'aide de la Parole de Dieu, dans la mesure de mes moyens. Mais je ne saurais répondre à ce que j'ignore. Ils lui dirent: "Nous n'allons pas vous interroger sur les mystères de l'univers. Comme vous êtes un homme droit, nous vous demandons seulement de nous donner une réponse claire à cette interrogation suscitée entre nous: Qui est plus grand, Muhammad ou Christ?

Quand le pasteur entendit cette question, il retint un instant son souffle, en se disant en lui-même: "Si je dis que Muhammad est le plus grand, les prisonniers chrétiens vont s'opposer à moi et m'attaquer. Si je dis que Christ est le plus grand, les prisonniers musulmans tenteront de me tuer". Il savait, en effet, qu'une insulte ou une parole dure contre Muhammad était considérée comme une offense digne de mort. L'homme de Dieu pria en son cœur, demandant à Dieu de lui donner, pour ces prisonniers, une réponse sage et convaincante. Et le Saint-Esprit guida ce serviteur, qui se trouvait seul au milieu des prisonniers, derrière une porte fermée, pour qu'il fût apte à présenter, en toute simplicité, une réponse franche et claire.

Comme le serviteur de Dieu ne répondit pas aussitôt, parce qu'il priait silencieusement, les prisonniers le pressèrent: "N'esquivez pas votre responsabilité. Ne soyez pas un lâche! Dites-nous la vérité. Nous vous promettons qu'aucun mal ne vous arrivera, quoi que vous nous disiez. Ne nous mentez pas et ne nous cachez pas vos pensées intimes sur cette question. Dites-nous l'entière vérité".

Le serviteur de Dieu répondit: "Je suis prêt à vous apporter de réels arguments. La question que vous me posez n'est pas la lecture que j'avais préparée aujourd'hui pour vous. Cependant, si vous êtes décidés à prêter l'oreille à une étude comparative entre Muhammad et Christ, je ne vous cacherai pas la vérité. De toute façon, vous devez admettre que je ne suis pas responsable des fâcheuses réactions que pourrait susciter l'étude de ce jour. C'est vous qui en serez les seuls responsables, puisque c'est vous qui m'avez demandé de répondre à une question que je n'avais nullement l'intention ni de soulever, ni d'aborder".

Le pasteur continua: "Ce n'est pas moi qui vous dirai lequel est le plus grand. Je laisse la décision au Coran et aux Traditions islamiques. Ce sont eux qui vous donneront une réponse décisive et convaincante. C'est à vous de peser ce que le Coran énonce de la mystérieuse vérité, et c'est cette vérité vous rendra libres".


2.03 - La naissance de Muhammad et celle de Christ

Tout le monde sait que le père de Muhammad s'appelait Abdallâh et sa mère Amina. Muhammad est né d'un homme connu et d'une mère respectable. Ni le Coran, ni les savants musulmans ne disent que Muhammad est né d'une manière surnaturelle. Sa naissance n'était pas annoncée par un ange, et il n'est pas né par la Parole de Dieu. Il est né d'une manière toute naturelle, comme nous tous, d'un père humain et d'une mère humaine.

Quant au Christ, comme le déclare le Coran en plusieurs endroits, il n'est pas né comme nous, d'une manière naturelle. Son Père n'était pas un être humain. Il a été conçu dans la vierge Marie, sans l'intervention d'un père humain; c'est Allah qui insuffla son Esprit en elle. Cela fait du Christ - et de lui exclusivement - la seule personne au monde qui soit née de la Parole de Dieu et de l'Esprit de Dieu.

Oui, le Christ, Jésus fils de Marie est le Prophète de Dieu, sa Parole qu'il a jetée en Marie et un Esprit émanant de lui (Sourate al-Nisâ’ 4:171).

Nous lui avons insufflé de notre Esprit (Sourate al-Anbiyâ’ 21 21:91).

Nous lui avons insufflé de notre Esprit (Sourate al-Tahrîm 66:12).

Le Christ n'est pas un homme ordinaire, mais l'Esprit de Dieu incarné dans une chair humaine. Il est né de l'Esprit de Dieu et de la vierge Marie. En contraste, Muhammad est né d'un père et d'une mère, comme tous les hommes. Il n'est pas né de l'Esprit de Dieu.


2.04 - Les promesses divines concernant Muhammad et Christ

Nous allons lire dans le Coran les promesses divines faites à Marie et concernant le Messie qui allait naître d'elle:

Ô Marie, Dieu t'annonce la bonne nouvelle d'un Verbe émanant de lui: son nom est: le Christ, Jésus, fils de Marie; illustre en ce monde et dans la vie future; il est au nombre de ceux qui sont proches de Dieu (Sourate Âl ‘Imrân 3:45).

Le Très Haut lui-même annonça la bonne nouvelle à Marie et l'informa personnellement de la naissance du Christ, l'appelant "un Verbe émanant de Lui". Tous les autres prophètes entendirent la Parole de Dieu et la transcrirent fidèlement. Quant au Christ, non seulement il entendit la Parole inspirée, mais il était lui-même la divine Parole incarnée. En lui habitait la pleine autorité de la Parole de Dieu, avec toute sa puissance créatrice, guérissant, pardonnante, réconfortante et régénérante. En considération de ces faits exceptionnels, Allah avait prédit la naissance de Christ à Marie personnellement, lui confirmant la réalité de ce grand miracle.

Nous ne pouvons lire nulle part dans le Coran que Muhammad était la Parole incarnée de Dieu. Il entendit seulement la Parole de Dieu par l'intermédiaire d'un ange et la récitait à ses auditeurs. Dieu n'a pas annoncé la naissance de Muhammad à sa mère; et ce n'est pas l'Esprit de Dieu qui fut insufflé en Amina. D'un autre côté, Marie se tenait personnellement, face à face, avec l'ange Gabriel que Dieu lui envoya pour lui expliquer avec bienveillance l'œuvre du Saint-Esprit en elle. Elle a été la seule choisie parmi toutes les femmes, ainsi que le déclare le Coran:

Ô Marie! Dieu t'a choisie en vérité; il t'a purifiée; il t'a choisie de préférence à toutes les femmes de l'univers (Sourate Âl ‘Imrân 3:42).

Le nom de Marie est répété 34 fois dans le Coran; par contre, celui de la mère de Muhammad n'est jamais mentionné dans le Coran, même pas une seule fois. Quand Muhammad implora pour elle le pardon de Dieu, après qu'elle fût morte, Dieu l'arrêta; cela le fit pleurer amèrement.


2.05 - La saintete de Muhammad et de Christ

Il est rapporté que deux anges, alors que Muhammad était encore enfant, vinrent purifier son cœur. Les savants musulmans déduisent cela du verset coranique suivant:

N'avons-nous pas ouvert ton cœur [littéralement: ta poitrine]? Ne t'avons-nous pas débarrassé de ton fardeau qui pesait sur ton dos? (Sourate al-Sharh 94:1-3).

A partir de ce moment, Muhammad s'appropria l'honorable titre de al-Mustafa ,"l'Unique Choisi". Il n'était pas saint et juste de façon innée, puisque deux anges ont dû enlever le fardeau qui pesait sur lui pour le purifier. Muhammad avait besoin de "chirurgie cardiaque" pour être purifié et devenir un prophète et un messager d'Allah.

D'un autre côté, nous lisons dans le Coran que le Fils de Marie était pur dès le moment de sa naissance; l'ange dit à Marie:

Je ne suis que l'envoyé du Seigneur pour te donner un garçon pur (Sourate Maryam 19:19).

Les savants musulmans al-Tabari, al-Baidawi et al-Zamakhshari sont d'accord pour dire que l'expression "garçon pur" signifie qu'il est sans faute, sans culpabilité, sans péché. Or, c'est avant la naissance du Christ, qu'il a été révélé divinement que celui qui allait naître de l'Esprit de Dieu, vivrait constamment dans la sainteté, sans commettre aucun péché. Il n'y avait nul besoin de lui purifier le cœur, car sa sainteté était innée. Il n'y eut, chez lui, aucun décalage entre ses actions et ses paroles. Il demeura constamment irréprochable, sans péché.

Le Coran atteste plusieurs fois que certains prophètes ont commis des péchés particuliers - excepté le Christ qui a toujours vécu de façon irréprochable et immaculée. L'Esprit de Dieu l'a gardé dans une parfaite sainteté, depuis sa naissance, bien qu'il fusse aussi vrai homme. Il n'a pas succombé aux tentations parce qu'il était l'Esprit de Dieu incarné.

Muhammad confessa ouvertement, trois fois dans le Coran, qu'il avait besoin d'implorer le pardon de Dieu:

Demande pardon pour ton péché. Célèbre, soir et matin, les louanges de ton Seigneur (Sourate Ghâfir 40:55).

Demande pardon pour ton péché, pour les croyants et les croyantes. Dieu connaît vos déplacements et votre lieu de repos (Sourate Muhammad 47:19).

Oui, nous t'avons accordé une éclatante victoire afin que Dieu te pardonne tes premiers et tes derniers péchés (Sourate al-Fath 48:1-2).

Beaucoup de Musulmans refusent d'accepter ces versets pourtant clairement révélés dans le Coran. D'autres essaient de les expliquer en tordant la vérité.

Muhammad était un homme normal, né de deux parents. Il menait une vie normale et péchait comme chacun de nous. Il demanda à Allah de lui pardonner ses péchés. Le Christ, par contre était né de l'Esprit de Dieu; il était la Parole de Dieu incarnée, vivant sans faute et dans une totale sainteté dès sa naissance.


2.06 - Les revelations chez Muhammad et chez le Christ

Muhammad a déclaré avoir reçu ses révélations par l'Ange Gabriel, l'esprit véridique. Il est rapporté dans de nombreuses Traditions que, lorsque la révélation vint sur Muhammad, celui-ci était dans un état semi-comateux. Dans le livre al-Riwaya, il est précisé qu'il changea d'aspect et ressemblait à une personne en état d'ébriété, prête à s'évanouir. Plusieurs savants Musulmans disent qu'il était comme ravi hors de ce monde. Abû Huraira dit: "Quand l'inspiration vint sur Muhammad, il était saisi d'effroi". Dans le livre al-Riwaya, on peut lire; "La prostration se lisait sur son visage et ses yeux étaient enfoncés. Quelquefois, il tomba dans un profond sommeil". Omar ibn al-Khattab dit: "Quand la révélation tomba sur lui, un bruit ressemblant au bourdonnement d'abeilles pouvait s'entendre autour de sa face". On interrogea Muhammad pour savoir comment il recevait ses révélations; il répondit: "Quelquefois, cela vient sur moi comme le tintement de clochettes, c'est la forme de révélation la plus pénible pour moi; mais quand j'en sors, je me souviens de ce qui m'a été dit".

Les savants musulmans s'accordent à dire que Muhammad "s'alourdissait à chaque fois que la révélation vint sur lui; son front ruisselait de sueurs froides; quelquefois il tomba dans un sommeil profond, les yeux rougeoyés". Zaid ibn Thabit disait: "Quand la révélation vint sur Muhammad, il devenait plus pesant. Une fois, sa cuisse tomba contre ma cuisse, et je jure par Dieu, je n'ai jamais trouvé quelque chose de plus lourd que la cuisse de Muhammad. Et quand la révélation vint sur lui quand il était à chameau, celui-ci se mit à tituber et ses jambes étaient comme paralysées; et quelquefois le chameau dut s'accroupir" (Maîtrise en Sciences Coraniques, par al-Souyouti; 1:45-46). Selon les savants musulmans et leur témoignage, Allah ne parla pas directement à Muhammad, mais communiqua avec lui par l'intermédiaire de l'Ange Gabriel. Allah demeura loin de lui, même durant les révélations.

Par contre, Dieu n'envoya jamais l'Ange Gabriel auprès du Christ, et le Christ n'a jamais reçu ses révélations au travers d'un tiers. Il était lui-même la Vérité incarnée (Sourate Maryam 19:34), la Parole éternelle de Dieu, et un Esprit émanant de Lui, rempli de la connaissance de sa volonté. Si quelqu'un veut approfondir la volonté de Dieu, il devrait étudier minutieusement la vie du Christ, car lui est la volonté incarnée du Tout-Puissant. Le Coran nous apprend de plus que c'est Allah lui-même qui enseigna au Christ le Livre, la Sagesse, la Torah et l'Evangile, avant son incarnation:

Dieu lui enseignera le Livre, la Sagesse, la Torah et l'Evangile (Sourate Âl ‘Imrân 3:48).

Le Christ connut tous les secrets du ciel et de la terre, parce qu'Allah lui apprit tout ce qui était écrit dans le Livre céleste (al-Lauh al-Mahfudh), y compris toute la Torah, la Sagesse de Salomon et l'Evangile. Ainsi, le Christ était rempli de la Parole de Dieu. Il n'a jamais dit autre chose que les paroles de Dieu. Selon le Coran, il proféra, immédiatement après sa naissance, tel un adulte, des paroles de réconfort et donna des directives à sa mère:

L'enfant qui se trouvait à ses pied l'appela: "Ne t'attriste pas! Ton Seigneur a fait jaillir un ruisseau à tes pieds. Secoue vers toi le tronc du palmier; il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange et bois et cesse de pleurer. Lorsque tu verras quelque mortel, dis: 'J'ai voué un jeûne au Miséricordieux; je ne parlerai à personne aujourd'hui'." (Sourate Maryam 19:24-26).

Selon le Coran, Christ disait les paroles de Dieu, alors qu'il n'était qu'un enfant. Il n'avait pas besoin d'un ange ou d'un autre médiateur, car il est la Parole de Dieu et son Esprit. C'est pourquoi la puissance divine œuvra dans le Fils de Marie, créant, guérissant, pardonnant, réconfortant et régénérant.

La quintessence de la révélation à Muhammad, dans le Coran et les Traditions, se trouve dans la Charia (la loi islamique), qui contient tous les commandements et interdictions divins. En définitive, les révélations reçues par Muhammad, ont pris la forme de "livres": le Coran et les Traditions, récapitulés dans la Charia.

La révélation du Christ, c'est sa personne elle-même. Son Evangile n'est pas une loi, mais la révélation de sa vie, la description de sa personne. De plus, le Christ a donné à ceux qui le suivent la puissance de l'Esprit, pour qu'ils puissent accomplir ses commandements. Ses disciples ne croient pas principalement en un livre ou une religion, et ils ne vivent pas non plus sous une loi; bien plus, ils croient en une personne. Ils sont fermement et personnellement attachés au Christ et le suivent. Christ est la véritable révélation de Dieu.


2.07 - Les miracles de Muhammad et de Christ

Les savants musulmans affirment que les miracles dont Allah gratifia Muhammad étaient les versets du Coran eux-mêmes. Ainsi, les miracles de Muhammad ne sont pas des actes, mais des mots.

Le Coran rend témoignage à Jésus, en décrivant son œuvre exceptionnelle et ses extraordinaires miracles de guérison. Le Christ n'a pas maudit ses ennemis, ni ne s'est comporté comme un tyran. Il s'est révélé lui-même comme étant la source de la bonté, de l'amour et de la miséricorde. La puissance de Dieu se manifesta par les nombreux et saisissants miracles qu'il avait accomplis.

Le Béni et plus grand Médecin

Le Coran confirme que Christ a guéri des aveugles, sans recourir à la chirurgie ou à la médecine. Il les guérit en prononçant des paroles puissantes. Celles-ci ont le pouvoir de guérir maintenant, aussi bien qu'autrefois. Le Christ a dit, selon le Coran:

Il m'a béni, où que je sois (Sourate Maryam 19:31).

Il est la vraie source de bénédiction pour tous les peuples à travers tous les ages. (Sourates Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110).

Le Fils de Marie n'avait pas peur de ceux qui avaient la lèpre, mais il toucha leur peau malade et les guérit par sa Parole purificatrice. Le Christ est le plus grand des médecins de tous les temps. Il guérissait chaque malade qui lui était présenté.

Il ressuscita les Morts

Un des plus grands miracles du Christ était la résurrection des morts; cela est confirmé par le Coran aussi bien que par l'Evangile. Il ressuscita des morts une jeune fille, un jeune homme et un adulte. Qui peut ressusciter les morts, si ce n'est Dieu seul? Il est de la plus grande importance pour nous de saisir le sens profond des nombreux versets coraniques qui affirment cette indéniable vérité que Jésus a ressuscité des morts à plusieurs reprises. (Sourates Âl ‘Imrân 3:49; al-Mâ’ida 5:110).

Des critiques superficiels disent que le Fils de Marie n'était pas capable d'opérer des miracles par lui-même, mais que c'était Dieu qui le fortifia par l'Esprit de Sainteté, le rendant capable d'accomplir différents miracles. Ils basent leurs affirmations sur les versets coraniques suivants:

Nous avons accordé des preuves incontestables à Jésus, Fils de Marie et nous l'avons fortifié par l'Esprit de Sainteté (Sourate al-Baqara 2:87).

Nous avons élevés certains prophètes au-dessus des autres. Il en est à qui Dieu a parlé, et Dieu a élevé plusieurs d'entre eux à des degrés supérieurs. Nous avons donné, à Jésus, Fils de Marie, des preuves évidentes. Nous l'avons fortifié par l'Esprit de Sainteté (Sourate al-Baqara 2:253).

Dieu dit: Ô Jésus, Fils de Marie! Rappelle-toi mes bienfaits à ton égard et à l'égard de ta mère. Je t'ai fortifié par l'Esprit de Sainteté. Dès le berceau tu parlais aux hommes comme un vieillard. Je t'ai enseigné le Livre, la Sagesse, la Torah et l'Evangile. Tu crées, de terre, une forme d'oiseau - avec ma permission, tu souffles en elle, et elle est: oiseau - avec ma permission, tu guéris le muet et le lépreux - avec ma permission, tu ressuscites les morts - avec ma permission, ... ceux d'entre eux qui sont incrédules, dirent: "Ce n'est évidemment que de la magie!" (Sourate al-Mâ’ida 5:110).

Quelle surprise! Le Coran atteste en plusieurs endroits qu'il y a une parfaite coopération entre Allah, le Christ et le Saint-Esprit. Ces trois collaborent dans une complète unité, réalisant ensemble les miracles du Christ. Les Chrétiens aussi croient en l'action coopérante au sein de la Sainte Trinité.

Le jeune Créateur

Nous lisons dans le Coran - mais pas dans l'Evangile - que Jésus, encore enfant, modela en argile un oiseau, il souffla en lui, et celui-ci devint alors un oiseau vivant, volant dans le ciel:

Je suis venu à vous avec un Signe de votre Seigneur: je vais, pour vous créer d'argile, une forme d'oiseau. Je souffle en lui, et il est: oiseau, - avec la permission de Dieu. Je guéris l'aveugle et le lépreux; je ressuscite les morts - avec la permission de Dieu. (Sourate Âl ‘Imrân 3:49).

Dans ce verset, nous trouvons cette phrase unique; "Je vais créer pour vous", ce qui indique que le Christ est le créateur qualifié. Un humain ne peut pas créer quelque chose à partir de rien, ni insuffler la vie dans un objet inanimé.

Le Coran atteste que le Christ peut donner la vie par son souffle vivifiant. Il souffla en un oiseau façonné d' argile et celui-ci devint un oiseau vivant, tout comme autrefois Dieu, insuffla la vie en Adam. Ce miracle signifie que Jésus possédait en lui-même un Esprit vivifiant qui le rendait capable d'insuffler la vie dans de l'argile inanimée.

L'aimable pourvoyeur

Les multitudes, en Palestine, s'aperçurent du pouvoir illimité du Fils de Marie et le suivirent, même dans le désert, sans tenir compte du temps ni des circonstances défavorables. Ils l'écoutèrent jusque tard dans la soirée. Le Coran déclare que le Christ a pourvu au ravitaillement de la foule dans le désert, en faisant descendre du ciel, pour eux, une table garnie de nourriture.

Les Apôtres dirent: Ô Jésus, fils de Marie! Ton Seigneur peut-il, du ciel, faire descendre sur nous une Table servie? Il dit: Craignez Dieu, si vous êtes croyants! Ils dirent: Nous voulons en manger et que nos cœurs soient rassurés; nous voulons être sûrs que tu nous as dit la vérité, et nous trouver parmi les témoins. Jésus, Fils de Marie, dit: Ô Dieu, notre Seigneur! Du ciel, fais descendre sur nous une table servie! Ce sera pour nous une fête, - pour le premier et le dernier d'entre nous - et un signe venu de toi. Pourvois-nous des choses nécessaires à la vie; tu es le meilleur dispensateur de tous les biens. Dieu dit: Moi, en vérité, je la fais descendre sur vous, et moi, en vérité, je châtierai d'un châtiment dont je n'ai encore châtié personne dans l'univers celui d'entre vous qui restera incrédule après cela (Sourate al-Mâ’ida 5:112-115).

Les savants musulmans ont discuté, sous tous les angles, la quantité et la qualité de la nourriture fournie, plutôt que d'examiner la Personne qui la leur a procurée. Selon l'Evangile, le Christ utilisa cinq pains et deux poissons, rendit grâce, et avec ces aliments nourrit cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. En cela, il prouva son pouvoir créateur illimité, d'une façon pratique. Le Christ ne prononça pas de vaines paroles; il accomplit ce qu'il enseignait et manifestait sa volonté et son amour au travers de grands et puissants miracles.

Le Révélateur des secrets

Muhammad déclara dans le Coran: Je ne possède pas les trésors de Dieu; car je ne connais pas le mystère incommunicable [les choses cachées] (Sourate al-An’âm 6:50).

Mais pour le Christ, cela est différent. Muhammad souligne que Jésus-Christ est le seul qui connaisse les secrets des hommes et voie les choses cachées; cette aptitude est réservée à Dieu seul. Muhammad cite le Christ dans le Coran:

Je vous dis ce que vous mangez et ce que vous cachez dans vos demeures. Il y a là un Signe pour vous, si vous êtes croyants (Sourate Âl ‘Imrân 3:49).

Muhammad décrivit le Christ comme Omniscient, pour reprendre et avertir certains égoïstes parmi ses disciples. Il était écœuré par certains Musulmans de Médine, parce qu'ils cachèrent des aliments et des trésors dans leurs maisons, refusant de partager toute leur fortune avec les immigrants venus de la Mekke. Ainsi les avertit-il, que le Christ reviendrait bientôt en tant que juge, en statuant sur eux, au Jour du Jugement. Muhammad reconnut que le Christ saura tout ce qu'ils auront fait dans le secret de leurs maisons. Il ne connaîtra pas seulement ce qu'ils auront mangé, mais encore ce qu'ils auront caché. Ils ne pourront échapper à son regard au Jour du Jugement. Cette omniscience est pratiquement la plus grande preuve que donna Muhammad de la divinité du Christ, ou, si l'on veut, le meilleur aveu, de sa part, de cette divinité du Christ .Il reconnut, en effet, que le Christ connaît la vérité cachée et qu'il sait lire les secrets dans les cœurs des hommes. Il connaît tout le détail de nos cachotteries. Il dévoilera nos bonnes et mauvaises actions, car il est l'Omniscient. Personne ne pourra cacher quoi que ce soit devant lui.

Le sage Législateur

Nous lisons dans le Coran que le Christ permit à ses disciples des choses interdites par la Loi de Moïse. Le Christ ne les obligea plus d'accomplir toutes les ordonnances données par Moïse. Dans l'Evangile, le Christ nous apprend que ce ne sont pas les aliments qui entrent dans notre estomac qui nous rendent impurs; ce sont, au contraire, les pensées qui sortent de notre coeur qui nous rendent impurs: "Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, meurtres, adultères, prostitutions, vols, faux témoignages, blasphèmes" (Matthieu 15:19). Le Christ proposa une révolution législative, car il est le Législateur divin, celui qui s'arroge droit et autorité pour parachever la Loi. Le Coran confirme cet unique privilège du Christ qui n'était pas assujetti à la Loi, mais était au-dessus d'elle et il la rendait parfaite. Moïse, tous les prophètes, et toute personne de l'Ancien Testament vivaient sous la Loi. Ils essayèrent tous de l'accomplir, mais le Christ avait l'autorité et le pouvoir de la rendre parfaite et de la parachever. C'est pour cette raison, il déclare dans le Coran:

Me voici, confirmant ce qui existait avant moi de la Torah, et déclarant licite une partie de ce qui vous était interdit (Sourate Âl ‘Imrân 3:50).

Dans l'Evangile, le Christ a dit: "Vous avez entendu ce qu'il a été dit: 'Oeil pour œil, et dent pour dent'... Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent..." (Matthieu 5:38,44).

Bienheureux est celui qui comprend que le Christ n'est pas seulement un homme ordinaire ou un simple prophète, mais le divin Législateur ayant l'autorité de Dieu. Muhammad, au contraire, selon l'instruction que lui donna l'Ange, devait chercher conseil auprès des gens du Livre, afin de comprendre les révélations qu'il a reçues:

Si tu es dans le doute au sujet de notre Révélation, interroge ceux qui ont lu le Livre avant toi (Sourate Younus 10:94).

Le Christ n'avait pas besoin d'interroger les scribes de l'Ancien Testament sur les mystères de la Loi de Moïse, ni de demander des détails concernant le message mosaïque, car il était lui-même la Parole de Dieu et l'auteur de la Loi. Le Christ était réellement la Loi incarnée. Il avait le droit d'exiger l'obéissance à son égard. Le Coran rapporte ce que le Christ a dit:

Je suis venu à vous avec un signe de votre Seigneur; craignez-le et obéissez-moi (Sourate Âl ‘Imrân 3:50).

Tous les hommes, Hindouistes, Juifs, Musulmans et Chrétiens devraient étudier l'Evangile minutieusement, le garder dans leur cœur et suivre le Christ dans tous les domaines de leur vie. Le Christ a le droit et l'autorité de réclamer obéissance à tout individu.

Le Rénovateur des Cœurs et des Mentalités

Le Christ n'a pas seulement conduit ses disciples vers Dieu, il leur demanda de le suivre, lui, et de mettre en pratique ses enseignements. C'est pour cette raison que le Coran accorde aux disciples et aux martyrs du Christ les meilleurs qualificatifs: auxiliaires de Dieu, croyants, soumis à Dieu [Musulmans] (Sourate Âl ‘Imrân 3:52, 53). Concernant ses disciples, voici ce que nous pouvons encore lire dans le Coran:

Et nous avons envoyé après eux [les autres prophètes] Jésus, le Fils de Marie. Nous lui avons donné l'Evangile. Nous avons établi dans les cœurs de ceux qui le suivent la mansuétude, la compassion (Sourate al-Hadîd 57:27).

De même, dans le Coran, Allah dit: Ô Jésus! Je vais en vérité, te rappeler à moi; t'élever vers moi; te délivrer des incrédules. Je vais placer ceux qui t'ont suivi au-dessus des incrédules, jusqu'au Jour de la Résurrection; votre retour se fera alors vers moi (Sourate Âl ‘Imrân 3:55).

Ces versets coraniques établissent que les disciples de Jésus forment une catégorie toute particulière de gens, une classe à part et très honorable. Ils ont de la mansuétude et, dans leur humilité, ils ne cherchent pas à se vanter, ni à devenir puissants. Muhammad déclare:

Tu constateras que les hommes les plus proches des croyants par l'amitié sont ceux qui disent: Oui, nous sommes Chrétiens! parce qu'on trouve parmi eux des prêtres et des moines qui ne s'enflent pas d'orgueil (Sourates al-Mâ’ida 5:82).

Ce témoignage coranique signale un des plus grands miracles du Christ, à savoir sa capacité d'opérer discrètement des changements sociaux et politiques sans guerre, ni autre stratégie. Car il renouvèle et transforme des pécheurs rebelles, métamorphosant les égoïstes en gens altruistes remplis d'amour et les chefs hautains en humbles serviteurs de Dieu. Le Christ lui-même confessa n'être pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour plusieurs (Matthieu 20:28).

Quiconque compare les miracles de Muhammad à ceux du Christ, découvre que les "signes" de Muhammad résident seulement en des mots, alors que les "signes" du Christ sont des actes d'amour, des œuvres de miséricorde, des vies régénérées et transformées.


2.08 - La mort de Muhammad et celle de Christ

Ibn Hisham rapporte dans la biographie du Prophète que Muhammad mourut, après avoir souffert d'une forte fièvre. Avant sa mort, Muhammad disait que c'est le poison des Juifs qui lui aurait brisé le cœur. Une esclave juive avait introduit du poison dans la nourriture de Muhammad; un de ses convives, qui en mangea, mourut. Muhammad lui-même avait goûté la nourriture empoisonnée, mais il la recracha aussitôt sans l'avaler. Cependant, son organisme était déjà imprégné de poison, et c'est cela, sans doute, qui provoqua sa mort.

La mort du Christ, clairement prophétisée dans le Coran, était l'accomplissement du plan divin de salut pour tous les hommes. Dans le Coran, le Tout-Puissant s'adresse directement à Jésus en ces termes:

Ô Jésus! Je vais, en vérité, [par la mort] te rappeler à moi, t'élever vers moi (Sourate Âl ‘Imrân 3:55).

Bien que cette parole ne soit pas mentionnée dans l'Evangile, elle prouve que la mort du Christ, également selon le Coran, n'était pas accidentelle; aussi le Christ mourut-il sereinement, conformément à la volonté de Dieu.

Le Coran ne nie pas la mort historique du Christ comme certains incroyants le proclament, car nous pouvons lire la prophétie concernant sa mort, que le Christ lui-même proféra dans la sourate Maryam 19:33:

Que la Paix soit sur moi, le jour où je naquis, le jour où je mourrai, le jour où je serai ressuscité.

Cette importante déclaration du Coran confirme que le Christ est né, qu'il est mort et qu'il est ressuscité de son tombeau. Par cette déclaration précédente, Muhammad confirme les enseignements de l'Evangile. Quiconque croit aux retombées de cet événement historique pourra vivre avec celui qui est vivant maintenant et pour toujours!

Quand le Christ reviendra sur terre, il ne mourra plus. En effet, il n'est pas dit dans la Sourate Marie qu'il allait à nouveau mourir dans un avenir rapproché ou lointain. Le Coran atteste que le Christ est né, qu'il est mort et qu'il est ressuscité et que ces événements se sont ainsi succédés. Les Chrétiens sont convaincus de l'historicité de la mort et de la résurrection du Fils de Marie.

Le Christ est mort volontairement, dans une parfaite sérénité. Nous lisons cela dans l'Evangile et le Coran. Le Christ savait d'avance comment il allait mourir. Il fixa même l'heure et le jour de sa mort, afin qu'elle coïncide avec la fête de Pâque, conformément à la Loi de Moïse. Il a révélé qu'il mourrait en sacrifice expiatoire, pour sauver de leurs péchés et du feu éternel, tous ceux qui croiront en lui. Tous les hommes meurent, parce qu'ils ont péché; mais le Christ n'a jamais péché. Le Coran affirme cela en plusieurs endroits. Le Christ n'est pas mort pour ses propres péchés, mais il a pris nos péchés sur lui et est mort à notre place. C'est là la raison de cette paix divine, dont parle la Sourate Marie, et qui prévalut même au moment de sa mort, et dont la signification se résume ainsi: le Christ est l'Agneau de Dieu qui, dans son grand amour, a ôté les péchés du monde.


2.09 - Muhammad et Christ, apres leur mort

Muhammad fut enterré à Médine, et sa tombe est encore là aujourd'hui. Les Musulmans croient que son âme séjourne au séjour des morts, en un lieu intermédiaire (Barzakh), dans l'attente du Jour de la Résurrection.

Nous lisons dans le Coran que Dieu a promis au Christ de l'élever à lui:

Ô Jésus! Je vais, en vérité, [par la mort] t'appeler à moi; t'élever vers moi (Sourate Âl ‘Imrân 3:55).

Cette promesse, selon le Coran est un fait déjà accompli:

Mais Dieu l'a élevé vers lui (Sourate al-Nisâ’ 4:158).

En d'autres termes, Dieu appela le Fils de Marie hors de sa tombe et l'éleva vers lui. Il vit maintenant en la proximité de Dieu, étant hautement honoré sur terre et dans l'éternité. Le Coran lui-même atteste cela:

Ô Marie! Dieu t'annonce la bonne nouvelle d'un Verbe émanant de lui: Son nom est: le Christ, Jésus, fils de Marie; illustre en ce monde et dans la vie future; il est au nombre de ceux qui sont proches de Dieu (Sourate Âl ‘Imrân 3:45).

La tombe de Jésus est vide, puisqu'il est ressuscité comme il l'avait lui-même proclamé auparavant. Mais Muhammad est demeuré dans sa tombe. Le Christ est vivant; Muhammad est mort; il n'est ni ressuscité, ni élevé au ciel. Il y a une infranchissable distance entre la vie et la mort. Et comme la vie est plus grande que la mort, le Christ aussi est plus grand que Muhammad. Jésus est la vie éternelle en personne. C'est le Coran lui-même qui dépeint clairement, à tous ceux qui aspirent à la vie éternelle, le Christ Vivant.


2.10 - La paix de Muhammad et la paix de Christ

Tous les Musulmans, en mentionnant le nom de Muhammad, font cette prière:

"Qu'Allah daigne prier pour lui (le bénir) et lui accorder sa paix (son salut)". (salla-llahu 'alayhi wa-sallam)

Ces prières montrent que la paix d'Allah n'est pas encore venue sur Muhammad, bien que ses disciples aient prié pour lui depuis des siècles! Muhammad est le prophète qui a constamment besoin de l'intercession de son peuple, au lieu que ce soit l'inverse. Le Coran atteste qu'Allah lui-même, tous les Anges et tous les Musulmans doivent prier avec ferveur pour Muhammad, afin de le sauver au Jour du Jugement:

Oui, Dieu et ses anges prient pour le Prophète; ô vous, les croyants! Priez pour lui et appeler sur lui la paix (Sourate al-Ahzâb 33:56).

Dans la Sourate Marie, le Christ déclare:

La paix est sur moi, le jour où je naquis; le jour où je mourrai; le jour où je serai ressuscité (Sourate Maryam 19:33).

Le Fils de Marie est le Prince de la Paix, qui a vécu sa vie terrestre dans la paix avec Dieu du début jusqu'à la fin. Rien ne l'a jamais séparé de cette éternelle béatitude.

La naissance du Christ de la vierge Marie a eu lieu selon la volonté et par le pouvoir de Dieu. Il est né sans péché. La vraie paix de Dieu demeura sur lui dès le début de sa vie. Pour cette raison, à sa naissance, le ciel s'ouvrit et les anges proclamèrent: "Gloire dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée!" (Luc 2:14).

Jésus est mort d'une mort réelle. Il n'est pas mort pour ses propres péchés, mais comme substitut pour nos péchés. Même dans cette mort, le Christ expérimenta la paix avec Dieu. Les gens meurent à cause de leurs abominables péchés, "car le salaire du péché, c'est la mort" (Romains 6:23). Mais Dieu fut hautement satisfait quand le Christ mourut, car sa mort substitutive l'a réconcilié avec les hommes. Aussi, la paix de Dieu ne fit-elle pas défaut, même lors de la mort du Christ.

La résurrection des morts de Jésus-Christ est la plus grande preuve de sa sainteté. Si le Christ avait commis au cours de sa vie le moindre péché, la mort aurait eu le pouvoir de le retenir dans ses griffes, comme elle le fit pour Muhammad. Mais le Christ n'a jamais commis le moindre péché, aussi petit soit-il. Pour cette raison, il a vaincu la mort et est ressuscité, victorieux sur les puissances des ténèbres. Christ est vivant, Muhammad est mort! Tous les Musulmans reconnaissent cette réalité quand ils mentionnent le nom du Christ et disent: "la Paix est sur lui". Ils reconnaissent bien et attestent qu'il est vivant, en pleine paix avec Dieu.

Muhammad expérimenta d'amères persécutions à la Mekke; mais quand il est devenu politiquement et socialement puissant, il engagea de sévères attaques et des guerres sanglantes contre ses ennemis. Il devint parfois intolérant et impitoyable. Dans le Coran, il commanda plus de seize fois que soient tués tous ses ennemis, tous les incroyants et tous ceux qui ont quitté l'Islam:

Tuez-les partout où vous les rencontrerez; chassez-les des lieux où ils vous auront chassés; La sédition est pire que le meurtre. Ne les combattez pas auprès de la Mosquée sacrée, à moins qu'ils ne luttent contre vous en ce lieu même. S'ils vous combattent, tuez-les; telle est la rétribution des incrédules (Sourate al-Baqara 2:191).

Ne prenez donc aucun protecteur [ami] parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le chemin de Dieu. S'ils se détournent, saisissez-les; tuez-les partout où vous les trouverez. Ne prenez ni protecteurs [amis], ni défenseurs parmi eux (Sourate al-Nisâ’ 4:89).

Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de sédition, et que le culte soit rendu à Dieu en sa totalité (Sourate al-Anfal 8:39).

Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes, partout où vous les trouverez; capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades (Sourate al-Tawba 9:5).

Muhammad n'a pas apporté la paix au monde, mais de nombreuses guerres. Il envoya ses disciples accomplir des raids et des guerres saintes plus de trente fois, et lui-même participa à de telles attaques et expéditions vingt-neuf fois. Il commanda à son peuple de verser le sang de ses ennemis. Il fut l'exemple des croyants et le chef politique de la péninsule arabique.

Par contre, lorsque les Juifs persécutèrent l'aimable et doux Jésus, celui-ci ne se défendit pas lui-même avec l'épée. Il interdit à ses disciples de verser le sang de ses ennemis et dit à Pierre: "Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée" (Matthieu 26:52). Tout Chrétien qui combat pour l'expansion du Christianisme avec des armes meurtrières, versant le sang d'autres humains, viole la volonté de Dieu; il sera jugé comme transgresseur des commandements du Prince de la Paix.

Aux Musulmans, par contre, on fait la promesse, qu'en mourant durant la guerre sainte, ils iront droit au paradis. Le Christ est le seul qui ait établi une paix réelle, sans combats ni meurtres. Muhammad a fait du combat contre ses ennemis un devoir pour tout Musulman (voir aussi les Sourates al-Nisâ’ 4:95,96; al-Furqan 25:52). Le Christ a préféré verser son propre sang pour sauver ses ennemis, afin qu'ils ne périssent pas. Il a, en effet, prié pour ses bourreaux: "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" (Luc 23:34). Jésus était le seul vrai Musulman, si nous nous référons à la définition du mot "Musulman" qui dérive du mot arabe Salam, qui signifie "paix". Un vrai Musulman est un artisan de paix qui s'est livré à l'Amour de Dieu, le servant lui seul.


2.11 - L'unique "signe" de Dieu

La révélation islamique désigne Jésus comme un "Signe d'Allah" (Ayatollah). Selon l'Islam, Dieu a fait de Jésus et de sa mère un signe pour les hommes:

Nous ferons de lui un Signe pour les hommes (Sourate Maryam 19:21).

Nous lui avons insufflé de notre Esprit. Nous avons fait d'elle et de son fils un signe pour les mondes (Sourate al-Anbiyâ’ 21 21:91).

Le Christ n'a pas reçu ce titre exceptionnel des hommes, mais directement de Dieu. Il n'a pas reçu ce titre de "Signe de Dieu", pour avoir eu du succès dans ses études supérieures à une Université, mais il portait ce titre distingué dès le jour de sa naissance sur terre. Par contre, les plus hauts rangs chez les Musulmans Chiites sont réservés à des savants extraordinaires qui ont dû mériter le titre d'Ayatollah, qui signifie: rappelons-le, "Signe de Dieu". De nombreux Musulmans renchérissaient leurs louanges à Khomeyni, en l'appelant, non seulement Ayatollah (Le Signe de Dieu), mais encore Ruhullah (L'Eprit d'Allah). Les Chrétiens ont leur "Signe de Dieu" depuis 1900 ans, en Jésus-Christ! Les Chiites ont eu leur célèbre Ayatollah depuis peu. Quelle est la différence entre Khomeyni et Christ? Le fossé entre ces deux hommes est infranchissable. Le Christ guérissait les malades, purifiait les lépreux, ressuscitait des morts, rassasiait des affamés, réconfortait les affligés, bénissait ses ennemis, établissait la paix entre les hommes et Dieu et sauvait des millions de la condamnation au Jour du Jugement. Khomeyni, de l'autre côté, engagea son peuple dans deux guerres désastreuses, contre l'Iraq et contre l'Afghanistan, où des millions de Musulmans furent tués, mutilés, dépossédés, privés de leurs maisons et de leurs gagne-pain. Il maudit tous ceux qu'il considérait comme les ennemis de l'Islam, et particulièrement les Etats-Unis. Quelle différence énorme entre l'Ayatollah des Chrétiens et celui des Chiites!

Les Musulmans Sunnites se sentirent offensés par l'attitude de l'Ayatollah Khomeyni qui permit à ses adeptes de l'appeler "L'Esprit d'Allah" (Ruh-ul-llah) ou "L'Esprit du Saint" (Ruh-ul-qudsi). Même Muhammad ne revendiqua jamais pour lui-même de tels titres. Des savants sunnites de différents pays arabes, réunis à Casablanca (Maroc) se mirent d'accord pour condamner la pratique des Chiites iraniens. Le Roi du Maroc, Hassan II, déclara publiquement que si Khomeyni n'allait pas empêcher ses disciples de l'appeler Ruhullah ou Ruh-ul-qudsi, l'Ayatollah Khomeyni serait expulsé de la Communauté islamique et ne serait plus considéré comme Musulman. Le Roi du Maroc basait sa condamnation sur le fait, qu'en accord avec le Coran, un seul homme seulement dans l'histoire du monde avait le droit de se donner le titre de Ruh-ul-qudsi ("Esprit du Saint"): Jésus, le fils de Marie, parce qu'il était né du Saint-Esprit. En condamnant les Chiites, les Sunnites confessèrent pleinement cette vérité que Jésus est le seul être qui soit né de l'Esprit de Dieu.

Khomeyni avait été désigné "Signe de Dieu" par des hommes, qui vivaient essentiellement en Iran. Le Christ, par contre, était le vrai "Signe de Dieu" pour tous les hommes. Il n'est pas seulement le "Signe de Dieu" pour les Chrétiens ou les Juifs, mais aussi pour les Hindouistes, les Bouddhistes, les athées, les Musulmans et tous les autres. Quiconque étudie sérieusement la vie du Christ découvrira qu'il est le parfait Ayatollah, le vrai "Signe de Dieu".


2.12 - La misericorde de Dieu

Nous lisons dans le Coran que Allah a appelé Jésus:

Un signe pour les hommes et une miséricorde venue de nous (Sourate Maryam 19:21).

Muhammad aussi est appelé une "miséricorde" dans le Coran:

Nous t'avons seulement envoyé comme une miséricorde pour les mondes (Sourate al-Anbiyâ’ 21 21:107).

Nous avons déjà reconnu que la révélation de Muhammad différait fondamentalement de celle du Christ; il en est de même pour la signification et les implications de la "miséricorde" de ces deux hommes: elles diffèrent aussi radicalement.

L'Ange Gabriel est supposé avoir dicté le Coran à Muhammad. Le Christ n'avait pas besoin du ministère d'un ange, car lui-même était l'incarnation de la Parole éternelle de Dieu. De même que la différence entre la révélation de l'Evangile et celle du Coran est considérable, de même la différence entre la miséricorde du Christ et celle de Muhammad est incommensurable. La révélation donnée à Muhammad se trouve dans les versets du Coran, dans les dizaines de milliers de déclarations du Hadith (Tradition islamique) et dans les règles pratiques de la conduite quotidienne (Sunna). Ces sources ont été réunies et compilées dans la loi islamique (Charia), et qui consiste en obligations et en prohibitions. Cette loi organise toutes les facettes de la vie d'un Musulman, y compris la prière quotidienne, avec l'obligation des ablutions préalables, le jeûne durant le Ramadan, l'aumône légale, le pèlerinage et même la circoncision et l'enterrement. La Charia couvre ainsi l'ordre familial; l'héritage, les contrats, la guerre sainte et les châtiments sévères. La vie d'un Musulman est gouvernée par la Loi islamique qui, selon les théologiens musulmans, est considérée comme l'ultime manifestation de la miséricorde de Dieu à l'égard des Musulmans.

L'Evangile nous avertit que nul homme ne sera justifié par l'observance de la Loi, car pas une seule personne ne peut accomplir tout ce qui est demandé, de façon précise. Aussi la Loi islamique est-elle constamment violée par les Musulmans. Des millions ont négligé le commandement concernant les cinq temps de prières quotidiennes; d'autres, aussi nombreux, ne pratiquent pas conformément le jeûne du Ramadan; d'autres encore ne s'acquittent pas totalement de l'aumône légale qu'ils devraient verser; et la plupart n'accomplissent pas le pèlerinage correctement. De plus, combien souvent un homme ne pèche-t-il pas envers sa femme et ses enfants; et que de fois des contrats d'affaires ne sont-ils pas brisés par fraude ou coercition; combien souvent les lèvres d'un homme ne profèrent-elles pas des mensonges? Il n'y a jamais eu quelqu'un qui soit indemne des souillures de l'orgueil, de la rancune, de la haine ou des pensées obscènes. La Loi de Dieu condamne chacun selon ses actes, ses paroles et ses intentions. Le but final de la Loi est la condamnation de chaque homme pécheur pour ses manquements, ses actes coupables et sa corruption. Oui, la Loi de Muhammad a organisé le peuple islamique, comme le fit la Loi de Moïse, qui fit converger la vie des enfants d'Abraham vers Dieu et sa Parole. La Loi demande une entière capitulation devant Dieu et une entière soumission au Créateur. Mais aucune Loi ne peut rendre le pécheur juste, ni ne peut le libérer de sa culpabilité. La Loi a été donnée pour juger les transgresseurs et les détruire. A cause de la Loi, la destinée de tous est l'enfer. La Loi est le juste juge. Mais nul humain n'est capable de l'accomplir.

Toute personne ayant une certaine sensibilité religieuse espère et aspire à recevoir le pardon de Dieu. Les Musulmans pensent l'obtenir ainsi:

Les bonnes actions dissipent les mauvaises (Sourates Houd 9:114; Fatir 35:29-30).

Mais, selon l'Islam nul homme ne peut être sûr du pardon de ses péchés, avant le Jugement. Leur loi ne leur offre pas de sacrifice substitutif, ni ne leur apporte de salut gratuit. Chaque Musulman recevra son juste salaire, le Jour du Jugement, quand toutes ses iniquités et tous ses manquements seront dévoilés. Muhammad admit que tous ses disciples entreraient définitivement en enfer:

Nous les rassemblerons certainement, eux et les démons. Nous les placerons agenouillés autour de la Géhenne...Il n'y a personne de vous qui n'y sera précipité: c'est un arrêt décidé par ton Seigneur (Sourates Maryam 19:68, 71).

Et c'est pour cela qu'il les a créés. La Parole de ton Seigneur s'accomplit: Je remplirai certainement la géhenne de djinns et d'hommes réunis. (Sourate Houd 11:119, 120).

Nous admettons que tous les Chrétiens, Hindouistes, Bouddhistes et Musulmans sont de réels pécheurs par nature. Nul n'est bon, "tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" (Romains 3:23).

Le Christ seul a vécu en accord avec la Loi et demande que nous accomplissions, à notre tour, sa loi d'amour. Cependant, son but ultime n'était pas d'apporter une loi qui condamnerait les hommes, mais d'annoncer à tous les pécheurs la grâce de Dieu et de les justifier gratuitement. Le Christ a pratiqué ce qu'il a enseigné, et a lui-même parfait la Loi, et il a prouvé qu'il était digne d'être l'Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde (Jean 1:29).

Sept cents années avant la venue du Christ, le prophète Esaïe annonça d'avance que quelqu'un viendrait pour être notre substitut, souffrant sous le jugement de Dieu à notre place:

"Certes, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme atteint d'une plaie; comme frappé par Dieu et humilié. Mais il était transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l'Eternel a fait retomber sur lui la faute de nous tous". (Esaïe 53:4-6).

Le Christ sauve ses disciples de la malédiction de la Loi et les délivre du jugement du Dernier Jour. Il justifie ceux qui le reçoivent et qui croient en lui. Incontestablement, il réconcilie Dieu avec les hommes et leur donne un salut éternel. L'apôtre Paul nous presse d'accepter cette offre de salut, en écrivant:

"Soyez réconciliés avec Dieu! Celui qui n'a pas connu le péché, Dieu l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu" (2 Corinthiens 5:20,21).


2.13 - Qui est le plus grand?

Cette importante question ne peut pas être posée, convenablement, à propos du Christ et de Muhammad. A l'échelle humaine, tous les deux ont atteint un degré de considération auquel aucun autre fondateur de religion n'a accédé. L'Islam a atteint 1,3 milliards de personnes, 1373 années après la mort de son fondateur. Ceux qui proclament suivre le Christ ont dépassé le nombre de 1,8 milliards. Aucun parti politique, aucun école philosophique, aucune idéologie n'ont réuni autant d'adhérents que l'ont fait le Christ et Muhammad dans les siècles passés.

Muhammad avait semoncé son peuple à la Mekke et y endura de sévères persécutions durant douze ans. Mais après l'émigration à Médine en 622, toutes choses changèrent. Il devint un leader expérimenté en politique, en législation et en stratégie guerrière. Aux yeux de ses adeptes, il était aussi la tête (Imam) de tous les croyants et l'Ambassadeur d'Allah pour les nations musulmanes (Umma).

Le Christ lui, n'aurait pas été prêt à répondre à la question: Qui est le plus grand? Car il s'est humilié lui-même et déclara ne pas être venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme rançon pour plusieurs. Il disait à ses disciples: "Quiconque veut être grand parmi vous, sera votre serviteur et quiconque veut être le premier parmi vous sera votre esclave" (Matthieu 20:26,27). Il a promis que seuls les doux hériteront la terre (Matthieu 5:5). Le Christ ne se contenta pas seulement de prêcher l'humilité, mais il mit en pratique ce qu'il enseignait. En dépit de son pouvoir exceptionnel, il a choisi de vivre humblement, d'être rejeté par les hommes et finalement d'être écrasé par des mains malveillantes (Esaïe 53:1-3). Quand Pierre tenta de le défendre, le Christ le reprit, lui demandant de remettre son épée dans son fourreau et de ne pas s'opposer au plan de Dieu qui exigeait sa mort substitutive pour le salut de l'humanité (Jean 18:11).

Le Christ prouva aussi son autorité quand il rassurait les pieux quémandeurs de pardon: "Tes péchés sont pardonnés". De même aujourd'hui, le Christ dit à tout pécheur repentant; "Dieu vous aime; je vous ai réconcilié avec Lui. La porte vers Lui est largement ouverte pour vous".

Dieu n'a pas envoyé le Christ pour annoncer aux hommes une autre loi pesante. Le Christ a été la miséricorde de Dieu incarnée. En lui, l'amour du Dieu Saint est révélé. Ainsi, il aime les pécheurs, il bénit ses ennemis et encourage les désespérés. Jésus est la miséricorde du Tout Miséricordieux et du Compatissant. Il a prouvé lui-même qu'il était de la même essence que Dieu. Dans le Christ, l'Esprit de Dieu est devenu chair (Sourates al-Nisâ’ 4:171). Il n'y a pas de différence entre sa miséricorde et celle de Dieu. Son pardon est offert gratuitement par Dieu à tous les pécheurs perdus. Quiconque reçoit sa grâce et accepte sa justification est pour toujours réconcilié avec Dieu. Ceux qui croient en lui vont finalement découvrir et reconnaître la réelle position du Christ, assis à la droite du Tout-Puissant. La miséricorde du Christ, dès lors qu'elle nous a justifiés et sauvés, ne s'arrêtera jamais, ni ne nous condamnera, ni ne nous détruira.

Les disciples du Christ ne sont pas obligés de se soumettre à la Loi de Moïse, ni à la Charia de Muhammad. Ils demeurent sous la grâce de Dieu, telle qu'elle est révélée dans l'Evangile du Christ.

Que les gens de l'Evangile jugent les hommes d'après ce que Dieu y a révélé. Les pervers sont ceux qui ne jugent pas les hommes d'après ce que Dieu a révélé (Sourate al-Mâ’ida 5:47).

Le Coran libère légitimement les Chrétiens de la Charia et confirme la grâce de l'Evangile. La miséricorde du Christ accorde, à leurs cœurs et à leurs pensées, une paix parfaite. L'ardeur spirituelle, qui découle de leur assurance du salut, les pousse au dévouement altruiste, eux dont l'existence est fondée sur une espérance éternelle.

Le Christ s'abaissa lui-même plus que tout et glorifia son Père céleste, lorsqu'il dit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire par lui-même, mais seulement ce qu'il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils le fait également" (Jean 5:19). "Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis ne viennent pas de moi-même; le Père qui demeure en moi, accomplit ses oeuvres." (Jean 14:10). Ainsi, le Christ s'effaça devant son Père pour lui donner toute la gloire. Il confessa de même: "Mon Père est plus grand que moi ... Moi et le Père sommes un" (Jean 14:28 et 10:30).

Il résulte de cela que quiconque désire comprendre le Christ doit lui-même devenir humble et poser cette question: "Qui est le plus humble?" Le Christ s'est abaissé à ce point, qu'il a accepté d'être maudit à notre place, afin que nous recevions de lui la justice de Dieu. Il s'est offert lui-même en victime expiatoire pour tous les hommes et femmes indignes - même pour des meurtriers - afin qu'ils soient délivrés de la condamnation divine et qu'ils soient transformés en croyants comblés de son amour éternel.


2.14 - Conclusion

Les prisonniers écoutèrent en silence les paroles du serviteur de Dieu. Certains d'entre eux devinrent furieux et le fixèrent d'un regard haineux. D'autres étaient intéressés et stupéfaits. Quelques-uns se réjouirent intérieurement d'avoir reçu une claire réponse et ils y trouvèrent une espérance nouvelle.

Le porte-parole des prisonniers répondit au pasteur: "Nous reconnaissons que vous avez parlé clairement avec nous. Vous nous avez courageusement dit ce que vous croyez réellement. Nous allons réfléchir à vos paroles et discuter les points que vous avez soulevés, en les comparant sérieusement aux versets coraniques et à la Tradition. Plusieurs d'entre nous ne sont maintenant pas du tout d'accord avec vous, mais nous vous avons promis de vous laisser repartir en paix. Nous allons cependant étudier cette question assidûment.


2.15 - Questionnaire

Cher lecteur,
si vous avez étudié ce livret, vous serez capables de répondre aisément aux questions suivantes. Nous sommes prêts à vous adresser, gratuitement, un de nos livres, en récompense pour vos efforts. N'oubliez pas d'indiquer vos nom et adresse sur la feuille comportant vos réponses.

  1. Quelle question les prisonniers posèrent-ils au serviteur de Dieu?
  2. En quoi consistait la difficulté à répondre à cette question?
  3. Quelle est la différence entre la naissance du Christ et celle de Muhammad?
  4. Comment le Coran confirme-t-il la sainteté du Christ et la culpabilité de Muhammad?
  5. Combien de fois le Coran mentionne-t-il le nom de Marie? Pourquoi le nom de la mère de Muhammad n'est-il pas mentionné?
  6. Pourquoi le Coran appelle-t-il le Christ six fois "La Parole de Dieu", et que signifie ce titre?
  7. Quelle est la différence entre les miracles (ou "signes") de Muhammad et ceux du Christ?
  8. Quels sont les dix miracles du Christ mentionnés dans le Coran?
  9. Quels sont les titres donnés aux disciples du Christ dans la Sourate: La Maison de 'Imran (III)?
  10. Quelle est la différence entre la mort de Muhammad et la mort du Christ selon le Coran et les Traditions (Hadith)?
  11. Où est le Christ aujourd'hui d'après le Coran? Pourquoi tous les Musulmans prient-ils et intercèdent-ils pour Muhammad?
  12. Que faut-il entendre par "Paix Musulmane" et qu'est-ce que la "Paix du Christ"?
  13. La Loi peut-elle sauver ses observateurs? Pourquoi Allah doit-il envoyer en enfer tous les partisans de la Loi?
  14. Qui est le vrai "Signe de Dieu" et pourquoi mérite-t-il ce titre?
  15. Comment comprenez-vous ces mots: "Le Christ est la miséricorde de Dieu"?
  16. Qui vous paraît être le plus humble et pourquoi?

Quand vous aurez répondu a toutes les questions, envoyez vos réponses a l'adresse suivante:

GRACE ET VERITE (Grace and Truth),
Boîte Postale 1806,
70708 Fellbach,
Allemagne

N'oubliez pas d'écrire votre nom et votre adresse.

Ou par e-mail à:
info@grace-and-truth.net

Nos sites dans l’Internet:
Internet: www.grace-and-truth.net
Internet: www.grace-and-truth.org

www.Grace-and-Truth.net

Page last modified on June 29, 2012, at 10:19 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.50)